Paul Newman s’en est allé

Paul Newman est mort, ce soir d’un cancer du poumon. 

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2008/09/27/l-acteur-paul-newman-est-mort_1100493_3476.html

Paul Newman est mort ce soir, il avait 83 ans selon l’état civil. Dans ma mémoire il a tous les âges. Les âges des personnages  qui ont marqué ma mémoire. Celui des personnages de Butch Cassidy et le Kid, de l’arnaqueur, du verdict, de la chatte sur un toit brulant, de l’arnaque, de Luke la main foide, de la couleur de l’argent et de bien d’autres films. Jeunesse et maturité se télescopent dans ma mémoire au rythme des films qui  l’ont marquée. En cela il a atteint cette forme d’immortalité à laquelle accèdent tous ceux qui par leur art nous touchent. Il y a quelques semaines il avait choisi de rentrer auprès des siens.Je remonte un vieux post ici juste pour rendre hommage à un acteur qui a accompagné mes parcours de cinéphile.Pour information, j’aime les vieux films.Sourire

paulnewmannb.jpg picture by maddyspace

Ce soir au détour d’une lecture sur internet j’ai appris que Paul Newman avait décidé d’arrêter le cinéma. Je ne peux pas dire que c’est un acteur auquel je pensais tous les jours et de vous à moi il n’y en a pas. Que voulez vous, je n’ai plus de posters dans ma chambre pour diriger le cours de mes pensées. Clin doeil Hé oui ça vous surprendra sûrement mais j’ai dépassé l’âge légal de voter sur toute la surface de la terre. Le temps qui passe est sans pitié et pas que pour les acteurs… Bon revenons à nos moutons. La nouvelle du jour : monsieur Paul Newman prend sa retraite.

 » LOS ANGELES (AFP) – L’acteur américain Paul Newman,paulnewmanvignette.jpg picture by maddyspace l’un des monstres sacrés de Hollywood, a annoncé qu’il ne tournerait plus de films, s’estimant trop vieux à 82 ans pour pouvoir donner sa pleine mesure à l’écran.

« Je ne suis plus capable de travailler comme acteur au niveau que je voudrais », a déclaré le comédien aux légendaires yeux bleus, interrogé par la chaîne ABC qui a mis l’entretien en ligne vendredi sur son site internet.

« On commence à perdre la mémoire, on commence à perdre la confiance, on commence à perdre la capacité d’invention. Donc je pense que (jouer au au cinéma) est une page qui s’est définitivement tournée », a ajouté le partenaire à l’écran d’Elizabeth Taylor dans « La chatte sur un toit brûlant », film qui lui avait valu en 1959 la première de ses dix nominations aux Oscars.

 

http://fr.news.yahoo.com/25052007/202/paul-newman-annonce-que-sa-carriere-au-cinema-est-terminee.html

Je peux comprendre que cette nouvelle laisse la plupart d’entre vous dans une belle indifférence, mais pour moi c’est une page de souvenirs qui se tourne. Dès souvenirs qui comme beaucoup trouvent leurs racines dans la terre lointaine qui est mienne.

J’ai découvert cet acteur quand j’étais pré adolescente et pour être aussi originale que des centaines de milliers voire des millions de porteuses de chromosomes XX je l’ai trouvé beau. Quelle originalité n’est-ce pas ? J’ai lu ça et là que cet acteur immense à mes yeux (voir le Verdict de Sydney Lumet) ne supportait pas qu’on lui parle de ses yeux dont la couleur fascinait des générations de femmes. Il ne pouvait pas avoir des yeux marrons comme tout le monde s’il ne voulait pas qu’on en parle ?

Bon par respect pour sa volonté j’appuie sur la pédale de frein et ne parle pas de ses yeux. Par contre la démarche de Denzel Washington… Quel rapport ? Aucun mais il faut bien compenser les amis, je suis sur la lancée « je complimente » alors ma victime du soir comme souvent c’est mister Washington. Il avait qu’à être moin beau à mes yeux. Et le sieur sus mentionné n’a pas à ma connaissance interdit de parler de sa démarche ( qui l’a vu marcher dans Mo better blues ? My my my ! Ok j’arrête le cours de mes digressions avant de perdre définitivement votre considération Langue).

J’ai envie de rendre hommage à un acteur qui m’a donné de belle émotions cinématographiques. Je me souviens de la Chatte sur un toit brulant avec la magnifique Liz Taylor, de l’Arnaque et de Butch Cassidy et le Kid avec Robert Redford, du Rideau déchiré de Hitchcok et de bien d’autres films.

Cet acteur me rappelle la découverte du cinéma via les films loués au vidéo club de Douala. J’ai été prise d’une véritable passion pour les vieux films et Frédéric Mitterand ne m’a pas aidée à me désintoxiquer.

Paul Newman, comme Gary Cooper, James Stewart, Spencer Tracy, Gregory Peck (oh vacances romaines), Greta Garbo, Rita Hayworth, Grace Kelly, Marylin Monroe, James Dean (vous l’avez vu dans à l’Est d’Eden ? Son jeu n’a pas vieilli !!!), Marlon Brando (il a réinventé le jeu d’acteur. C’était ma claque avant ma période de Niro), Montgomery Clift (le talent tourmenté) , Audrey Hepburn, Cary Grant (y a t-il quelqu’un qui portait le costume comme lui ?), Ava Gardner, Elisabeth Taylor, Katherine Hepburn (l’intelligence, la classe et l’image de la femme indépendante) Laurence Olivier, Sydney Poitier (la classe), Harry Belafonte (mon Denzel d’avant) et j’en passe m’ont fait rêver et m’ont donné de belles émotions cinématographiques.

Cette retraite annoncée raconte une page qui se tourne, une page que j’ai aimé et que j’aime encore parcourir. Des images me reviennent de films, d’émotions qui font sourire mes souvenirs. Dans ma videothèque (ou DVD thèque) idéale ils ont leur place sans la moindre hésitation.

Alors qu’il tourne la page d’une carrière de 55 ans j’ai envie de dire merci à Paul Newman pour m’avoir offert, grâce à son talent tout en nuance et en retenue de bien beaux moments.

Biographie trouvée sur :

http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=118.html

Paul Newman se forme à l’Actors Studio et en devient l’un des plus célèbres ambassadeurs. Il rencontre le succès à Broadway grâce à Picnic en 1953 et dès lors, s’essaye à la mise en scène.Son premier film Le Calice d’argent aurait pû être le dernier car il va jusqu’à s’excuser par le biais d’une page publicitaire auprès de tous ceux qui avaient vu le film pour sa prestation qu’il trouve mauvaise. Il rencontre cependant deux ans plus tard le succès auprès des journalistes et du public en interprétant le boxeur Rocky Graziano dans Marqué par la haine de Robert Wise. C’est au cours du tournage des Les Feux de l’été, qu’il fait la connaissance de Joanne Woodward avec qui il se marie et à qui il donne de nombreuses fois la réplique comme dans Les Feux de l’été (Martin Ritt, 1958) ou La Toile d’araignée (Stuart Rosenberg, 1962). Il devient un sex symbol aux yeux bleus perçants en 1958 en jouant dans La Chatte sur un toit brulant de Richard Brooks et Le Gaucher d’Arthur Penn.Dès 1968, Paul Newman réalise son premier long métrage Rachel, Rachel. Viennent ensuite Le Clan des irréductibles (1970), De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites (1972), et plus tard La Menagerie de verre. Paul Newman entretient des rapports privilégiés avec certains réalisateurs comme Stuart Rosenberg qui le dirige à plusieurs reprises, notamment dans Luke la main froide, et Martin Ritt pour Paris Blues. De même pour George Roy Hill avec qui Paul Newman tourne Butch Cassidy et le Kid (1969), L’Arnaque (1973) et La Castagne.Paul Newman tourne beaucoup moins à partir des années 80. Après Absence de Malice, il réalise et interprète L’Affrontement. Martin Scorsese lui offre alors de reprendre son rôle de L’Arnaqueur dans La Couleur de l’argent. Le film lui vaut son premier Oscar, après huit nominations infructueuses. Paul Newman revient dans les années 90 à un cinéma plus intimiste en 1994 avec Le Grand Saut des frères Coen et en créant par exemple avec Joanne Woodward le couple de Mr and Mrs Bridge. Après avoir joué aux côtés de Kevin Costner dans Une Bouteille à la mer en 1999 et donner la réplique à Tom Hanks dans Les Sentiers de la perdition en 2001, Paul Newman prète sa voix à Doc Hudson, une voiture du film d’animation signé Disney Cars en 2006. Parallèlement à sa carrière d’acteur, il a fondé une ligne de produits alimentaires « Newman’s Own » dont les bénéfices sont reversés à des oeuvres charitatives

Quelle belle carrière n’est-ce pas ? Une belle page du cinéma contemporain se tourne. Je lui souhaite une belle vie pour le reste de son parcours.

Merci à Mr Paul Newman pour des moments de cinéma qui, comme la musique font sourire mes souvenirs :

Butch Cassidy et le Kid

La scène du vélo : l’insouciance comme une parenthèse dans la chronique d’un drame annoncé

http://www.dailymotion.com/video/3FTf4WjNxDCOFawFW

L’Arnaqueur

http://www.dailymotion.com/video/4rgICvokdefwy4KMY



Sean Connery ou l’invention de la classe : Pour les yeux de Véro

Et les autres ….

Je vous affirme que la classe a été inventée le 25 aoû 1930 à Edimbourg. Oui votre honneur elle a été inventée le jour de la naissance de celui qui a fait précéder le chiffre 7 par un double zero sans en offenser la perfection. Il donné aux moines sous le regard de Jean Jacques Annaud une dimension concentrée dans l’ironie de son regard. Oui votre honneur la classe et la prestance naquirent par lui. Quoi comment ? Ue camisole de force ? Mais votre honneur voyez vous même le spécimen… Oui j’ai un témoin, un chat nommé Tao. Ne serrez pas si fort la camisole, je vous affirme que c’est un chat qui parle et fait des photos. Et pour ne rien gâcher c’est un acteur d’une grande finesse.

seanpourvro.jpg picture by maddyspace

Il a débarqué dans mon univers comme ceci, mettant très haut la barre de James Bond. Y a qu’à demander à Miss Money Penny. Le charme…

L’homme prend de l’âge et mystère il se bonifie. Voyez vous même votre honneur :seanlaclasse.jpg picture by maddyspace

Vous n’êtes pas convaincu ? Regardez encore :

seanc.jpg picture by maddyspace

Je vous assure qu’il vous donnerait envie de vieillir. Ok votre honneur je sors !

seanclassetotale.jpg picture by maddyspace

Cette dernière c’est un hommage à la photographe que tu es. Je la trouve sublime.

Bisous seanconneryvignette.jpg picture by maddyspaceVéro !

 

 

 



Lumineuse Meryl Streep

merylstreep1.jpg

 Meryl Streep est une une comédienne dont le talent me laisse sans voix. Je l’ai croisée dans Kramer contre Kramer et depuis elle n’a cessé de m’impressionner. Le mystère Silkwood, le choix de Sophie, Out of Africa, La route de Madison et tant d’autres films qu’elle éclabousse de son talent. Je la trouve lumineuse.

 Des images d’une carrière magnifique

Image de prévisualisation YouTube

Cet homme est fou !!! Quel hommage à l’incomparable Meryl Streep ? Ahhhhh Meryl !!!!

Image de prévisualisation YouTube

En route vers l’overdose de Meryl Streep ? Meuh naaaaaaaaan !!!! N’est-elle pas lumineuse ? Et elle a de l’humour, bref elle est classe !

Image de prévisualisation YouTube



Sur la route de Madison : kleenex exigés

surlaroutedemadison.jpg

 Ok moi je pleure à volonté et je fonds. Le film est beau sensible, magnifiquement joué et l’alchimie entre les deux acteurs est telle qu’ils sont une évidence.

Incomparable Meryl Streep streep.jpg! Qui l’a vue dans le choix de Sophie ? Comme je n’ai pas du tout le sens de l’exagération, il y a eu une époque où à mes yeux elle devair avoir l’oscar tous les ans, même pendant les années sabbatiques.Rire Hé oui je suis comme ça quand  j’aime je ne fais ni dans la nuance ni dans le détail genre “bon sens élémentaire”. Vouiiiiiiiiii ! Bon je me suis calmée depuis mais avouez que son boulot sur ce film devrait lui offrir l’oscar au moins jusqu’en 2022 !!!  Même ses cheveux jouent juste. (sourire) Bon je me calme. 

A l’époque j’avais une adulation totale por cette dame et Bob de Niro.

Et Clint Eastwood clint2.jpgest incroyable. Cet homme a su se réinventer de manière admirable et il a le cinéma intelligent. Il en a fait des films brillants ces dernières années. Je cite bien sûr la route de Madison, Million dollar baby, son double film sur la seconde guerre mondiale vue du Japon et des USA. L’inspecteur Harry était un arbre qui cachait une forêt de sensibilité.

Image de prévisualisation YouTube



Bobby et Al

pacino.jpg picture by maddyspacebobbydeNiro.jpg picture by maddyspace

Deux « monstres sacrés » comme on dit. Des acteurs magnifiques qui ont laissé dans la mémoire des cinéphiles des moments inoubliables. De l’ »après-midi de chien » à « Taxi driver » en passant par « Scarface » et « voyage au bout de l’enfer » pour ne citer que ceux là des prestations éblouissantes. Un point commun le parrain qu’ils tournent sans avoir de scène ensemble. Grrrhhh

Alors quelle est la source de leur immense talent ? Le fait d’être originaires d’Italie ? Hum hum pas sûr Aldo Maccione aussi l’est aussi.Rire Est-ce le fait qu’ils soient bruns (des bruns il y en aune floppée dans les soap opera. Ah l’Actor’s studio peut-être ? Oui mais un fer à repasser ferait dix ans de cette académie il ne serait pas un acteur brillant. Je n’ai pas la réponse mais qu’est-ce que leur talent m’a fait du bien.Ils ont cette animalité instinctive qui les rend denses. Bon le Bobby dans les années 90 faisait du Bobby, il cabotinait le sommet étant atteint dans Nerfs à vifs. Nos routes se sont séparées le temps qu’il se reprenne. Clin doeil

Ces deux acteurs me font penser à Brando l’acteur absolu à mes yeux qui jouait aussi dans « le parrain ». Tiens… Avez vous remarqué le passage de témoin à Andy Garcia ?

Image de prévisualisation YouTube



BO du film la couleur pourpre : God is trying to tell you something

C’est la scène qui m’a marquée, le retour de la fille du pasteur

Image de prévisualisation YouTube



Michel Serrault a discrètement quitté la scène

serrault2.jpg

Un visage dont la place dans la mémoire du cinéma n’est pas usurpée. Du burlesque au grave le génie d’un acteur incroyable se manifestait. Je ne peux dire pourquoi mais dans les silences qui se glissaient entre ses mots et ses interventions burlesques, il laissait affleurer, à mes yeux du moins un homme de bien. Personne n’est indispensable et c’est probablement vrai, mais il est vrai aussi que personne n’est remplaçable.

serrault3.jpg

 Un acteur habité par un talent qui confinait au génie.

 

 

 

 serrault.jpg 

R.E.S.PE.CT.

 



Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo