Young gifted and black par Donny Hatthaway : un défi et une affirmation aux enfants afro-descendants

J’aime beaucoup ce chant parce que par delà la voix et le phrasé uniques de ce chanteur incroyable, au delà de cette sensibilité qui passe par la voix et parle à mes entrailles, la chanson est à la fois affirmation et défi. Défi pour la jeunesse d’origine africaine qui doit revoir se regarder et se projeter autrement.

Des décennies après, la thématique reste d’actualité. Ne nous leurrons pas c’est à nous de protéger nos enfants des visions que l’on veut leur imposer pour les maintenir à la périphérie de tout, les mots ignobles devenant des prophéties auto réalisatrices.

Est-il besoin de citer ceux qui notamment en France veulent les réduire à une population de trafiquants de stupéfiants entre autres fantasmes abjects ?

Il ne suffit pas de s’offusquer. Il faut déconstruire ces murs en eux et bâtir les fondations nécessaires à leur accomplissement. Ils sont nos fils, ils sont l’Afrique et sa diaspora.

C’est quand la dernière fois que nous avons dit à ces petits qui nous sont confiés qu’ils sont merveilleux, brillants, beaux et capables de tout conquérir par le travail, le savoir et la connaissance ?

Le combat est là, dans la mentalité de nos enfants. Ne laissons pas les autres y construire des forteresses qui les amèneraient à rêver petit, étriqué, resserré. Nous les savons aigles et non poussins. Nos encouragements et aides seront les vents ascendants dont ils ont besoin pour aller le plus hait possible, à la rencontre d’eux mêmes.

Que Dieu bénisse nos enfants.

Dédicace particulière aux enfants et jeunes adultes TTAKK.Luv always

 

YOUNG GIFTED & BLACK

 

« To be young, gifted and black,

Oh what a lovely precious dream

To be young, gifted and black,

Open your heart to what I mean
In the whole world you know
There are billion boys and girls
Who are young, gifted and black,
And that’s a fact!

You are young, gifted and black
We must begin to tell our young
There’s a world waiting for you
This is a quest that’s just begun

When you feel really low
Yeah, there’s a great truth you should know
When you’re young, gifted and black
Your soul’s intact

Young, gifted and black
How I long to know the truth
There are times when I look back
And I am haunted by my youth

Oh but my joy of today
Is that we can all be proud to say
To be young, gifted and black
Is where it’s at »

 

http://www.dailymotion.com/video/xd54lo



Ann Peebles en live avec Joe Duke

Image de prévisualisation YouTube



Ann Peebles : Until you came into my life

Un bijou de la soul music par une chanteuse dont la voix me bouleverse inexplicablement. La chanson est superbe certes mais il y a ce petit plus qu’elle apporte par la manière dont elle pose sa voix. J’aime beaucoup.

http://www.dailymotion.com/video/x9ctam



Club nouveau : Lean on me

Dédicace à Lénaelle. Dédicace à Tchitchi.

Dédicace à chacun(e) de vous surtout si des vents contraires ou mélancoliques venaient à souffler sur vos vies.

Pensées amicales

Malaïka

friends_poetry.gif picture by maddyspace

Sometimes in our lives we all have pain

We all have sorrow

But if we are wise

We know that there’s always tomorrow

(Chorus)

Lean on me, when you’re not strong

And I’ll be your friend

I’ll help you carry on

For it won’t be long

‘Til I’m gonna need

Somebody to lean on

Please swallow your pride

If I have things you need to borrow

For no one can fill those of your needs

That you don’t let show

(Chorus)

If there is a load you have to bear

That you can’t carry

I’m right up the road

I’ll share your load

If you just call me

So just call on me brother, when you need a hand

We all need somebody to lean on

I just might have a problem that you’d understand

We all need somebody to lean on

(Chorus)

Lean on me…

 

Image de prévisualisation YouTube



Stevie Wonder …ful !

43a3068b-002aa-02e58-400cb8e1.jpg picture by maddyspaceCe soir Stevie Wonder est à Bercy. A quelques minutes à pied de chez moi et je n’y serai pas. On ne peut pas être partout n’est-ce pas ? Dans moins de quatre heures des privilégiés vont assister au concert de celui dont le pseudonyme « Wonder » n’est pas usurpé. C’est un musicien multi instrumentiste du piano à l’harmonica en passant par les percussions.  Il a offert à la musique contemporaine quelques morceaux de choix. Né en 1950 dans le Michigan Stevie Wonder est très tôt au coeur d’une double exclusion intrinsèque. Aveugle et noir. Lourd bagage dans une Amérique qui ne reconnaissait pas aux noirs de droits civiques. Recruté à 11 ans par la motown, son premier album paraît en 1962 sous le nom Little Stevie Wonder.Il a 12 ans. A sa majorité à 21 ans il renégociera son contrat pour obtenir un contrôle total sur sa musique. S’ouvrira une période créativité magnifique jusqu’aux années 1980.

Stevie Wonder fait partie de ces chanteurs dont je n’arrive pas à dater en conscience l’immixion dans mon univers musical. J’ai des souvenirs d’éblouissements anciens comme avec « master blaster », un sommet musical, ou son fameux happy birthday to you hommage magnifique à Martin Luther King. Plus tard « isn’t she lovely »  (écrit pour sa fille Aïsha), ou you are the sunshine of my life ou My cherrie amour viendront nourrir la case « coeur de fille » de ma mémoire. La liste n’est pas exhaustive. Stevie Wonder est pour moi au delà de son talent évident voire de son génie un homme qui a les « yeux » ouverts sur son époque. En chanson il offre son regard sur le monde. Il y a des années j’ai été touchée par overjoyed.

Quand il chante heaven help us : c’est le cri et la prière d’un homme conscient des  drames  et des tourments de son époque

Image de prévisualisation YouTube

free la conscience sociale toujours…

Image de prévisualisation YouTube 

 I just call to say I love you

Image de prévisualisation YouTube 

India Arie lui rend un magnifique hommage auquel peuvent s’identifier les admirateurs de Stevie Wonder. Cette chanteuse est un véritable joyau qui redonne à la soul music et à la RnB ses lettres de noblesses. La voix, la musique, les textes en font une artiste comme je les aime, ceux qui ont l’âme à fleur de voix. Elle offre de la musique intelligente et de qualité. Toute la musique que j’aimeeuhhh ! Comme dirait un chanteur qui fait de la pub pour des lunettesLangue. La familiers du blog savent qu’elle est un de mes coups de coeurs, un joyau.  Quand je l’écoute chanter je suis rassurée de voir que je ne suis pas la seule sur qui la musique a des effets renversants. Ecoutez la lui dire  au début du chant « you are the sunshine of my life, another Shakespeare of your time » (wow!!! qui dit mieux ?) Elle assume en musique le fait qu’il est de ceux qui l’inspirent et à qui elle voudrait ressembler.J’aime beaucoup la chanson d’India Arie parce qu’elle mêle subtilement les titres des chants de Stevie à ses mots, s’identifiant aux personnages de ses chants. La musique est superbe et la bass en intro est renversante. Le final du chant est aussi de toute beauté. C’est un cri damour et d’admiration qui atteint son sommet dans ce final magnifique dans lequel s’entrecroisent Stevie wonderful et Stevie beautilful scandés comme dans une litanie. Cette chanson tourne en boucle dans mon lecteur MP3, hommage à un musicien de génie. Si la  lumière médiatique est moins dirigée vers lui, Stevie n’en demeure pas moins celui qui a semé des joyaux dans la musique soul et RnB. Le génie dont il a fait preuve est manifeste dans le fait que bien de ses chansons ont traversé les décennies. Hommage à Stevie Wonderful.

StevieWonder-5.jpg image by maddyspace

 India Arie : Wonderful (tribute to Stevie Wonder)

aduction du chant si elle vous intéresse se trouve sur le site de coccinelle :

http://www.lacoccinelle.net/traduction-chanson-8080-.html

Je vous laisse découvrir l’hommage d’India Arie. Hommage d’un joyau à une merveille.

Image de prévisualisation YouTube

p18116w7pw7.jpg picture by maddyspace



Une voix légendaire de la soul music fait silence : le 10 août 2008 Isaac Hayes emporte sa voix singulière

Parfois la nouvelle de la mort d’un acteur, d’un chanteur, d’un personnage public ouvre des pans de la mémoire, parce que des souvenirs quotidiens sont attachés  à une chanson, un film, un événement.

Isaac hayes a tiré sa révérence ce dimanche 10 août 2008. Il avait moins de 68 ans. 

Je 2008.jpg picture by maddyspacen’ai pas connu Isaac Hayes dans les années durant lesquelles il était au sommet de sa gloire.

Hé faut pas abuser quand même ! Ancêtre soit.

Mais australopithèque ?

Guère !Rire

Je n’ai pas connu la période de Shaft, un film qui aura compté dans la scénarisation de la figure du noir dans le cinéma américain. 

Photos piquées sur le site  : http://www.isaachayes.com/

Dans les années 60/70 Isaac Hayes était une légende de la soul music. La nouvelle de sa mort a ouvert des pans de ma mémoire cherchant à quels souvenirs il est lié.  Il est lié à des slows interminables. Oh la la il valait mieux apprécié son cavalier sinon l’éternité paraissait brève par rapport à ces moments là. Rire Ils étaient quelques uns comme ça parmi lesquels James Brown. Croyez moi avant d’aller sur la piste de danse il valait mieux connaître le morceau sinon on risquait des surprises. Je vous passe les désagréables suprises olfactives liées aux pannes de déodorant. Cri

Il me revient des moments dans lesquels mon souvenir l’associe à  Millie Jackson. Je Picture_18.jpg image by maddyspaceme souviens de l’art avec lequel ils mêlaient leurs timbres envoutants et offraient des morceaux de musique d’anthologie. Je ne comprenais alors rien au sens de leurs chansons mais mes grands cousins et cousines fans de slows écoutaient ces deux chanteurs assez souvent. Isaac Hayes est lié à des souvenirs de la curiosité d’une adolescence balbutiante. C’était le temps où la FM n’avait pas encore formaté la durée d’un morceau autour de 3 minutes. C’était le temps où les chanteurs s’autorisaient des fantaisies intéressantes que l’on gravait sur le vinyle.  Sa reprise de by the time I get to phoenix durera 18 minutes ! Imaginez vous 18 minutes sur la piste de danse avec un cavalier ou une cavalière subi(e). Saperlipopette n’est-ce pas ?

Isaac Hayes a connu un des sommets de sa carrière avec un morceau de musique légendaire bande originale du film Shaft avec Richard Roundtree. Ah Shaft !!!! Ce morceau lui vaudra un oscar en 1972.

Shaft  

Image de prévisualisation YouTube

Le Isaac Hayes de ma mémoire chantait comme ceci : One woman.

Image de prévisualisation YouTube 

En 1995 il chantait Fragile prouvant que le groove ne s’était pas évaporé avec les années. Le timbre singulier est toujours là.

Image de prévisualisation YouTube 

Isaac Hayes : 1942-2008 bilde.jpg image by maddyspace



Yolanda Adams : Georgia on my mind

J’ai envie de vous inviter à découvrir deux interprétations de ce standard de la soul music par Yolanda Adams. Que voulez-vous quand j’aime je me ressers !!!Clin doeil Jel’ai écoutée en boucle ce soir, alors je remonte ce post pour mon plaisir et pour le vôtre aussi j’espère.Sourire

Georgia on my mind a été écrit en 1930 par Stuart Gorrel(pour les paroles) et Hoagy Carmichael (pour la musique). Depuis 1979, chant est l’hymne officiel de l’Etat de Georgie. En 1960, Ray Charles s’en saisit et enfait un standard qui sera repris par de nombreux interprètes parmi lesquels James Brown, originaire de Georgie qui lui donnera une dimension affective liée à cet état de fait. D’autres chanteurs tels l’immense Ella Fitzgerald, Louis Armstrong, Gladys Knight et bien d’autres.

Le temps passe et révèle l’intemporalité des harmonies de cette chanson.

Les paroles de la chanson laissent affleurer une ambiguïté qui font qu’elle peut être perçue comme dédiée à l’Etat de Georgie ou à une femme appelée Georgia. Il se raconte que Gorrel a écrit les paroles à propos de Georgia Carmichael, la soeur de Hoagy.

 

Ici l’interprète rend hommage à James Brown. Regardez James Brown est sous le charme. Laisse tomber c’est la classe !!! Rire

 

Quand elle dit « all time Georgia you stay, you stay… on my mind «  je suis upside down, la tête à l’envers. Je trouve l’interprétation de la première vidéo incroyable.

 

Mais comment voulez-vous que je guérisse de ma « Yolandite aigüe » ???? Incurable docteur…

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Devant le Capitole

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Georgia, Georgia,
The whole day through
Just an old sweet song
Keeps Georgia on my mind

 

I’m say Georgia
Georgia
A song of you
Comes as sweet and clear
As moonlight through the pines

 

Other arms reach out to me
Other eyes smile tenderly
Still in peaceful dreams I see
The road leads back to you

 

I said Georgia,
Ooh Georgia, no peace I find
Just an old sweet song
Keeps Georgia on my mind

 

Other arms reach out to me
Other eyes smile tenderly
Still in peaceful dreams I see
The road leads back to you

 

Georgia,
Georgia,
No peace, no peace I find
Just this old, sweet song
Keeps Georgia on my mind

 

I said just an old sweet song,
Keeps Georgia on my mind

 

 



Redécouvrir I will survive grâce à Gladys Knight

Une interprète de grand talent se saisit d’un standard et nous le fait découvrir dans ses profondeurs. Cette version est touchante et émouvante. C’est impressionnant de maîtrise jusque dans la gestuelle. La chanteuse ne surjoue pas, elle interprète littéralement ce chant. Merci à lady Knight  qui m’offre ma version favorite de ce standard. Et puis c’est Gladys !!! Et vous comment trouvez vous cette interprétation?

Image de prévisualisation YouTube



Gladys Knight & the Pips : Neither one of us

Je ne me lasse pas d’écouter cette voix. Gladys addiction ? may be … Cool Et la chorégraphie aérienne des frangins c’est un monument non ?

http://www.dailymotion.com/video/x1u4rh



Diana Ross & Stevie Wonder : I gonna make you love me

Attention collector.

C’était avant que le monde sache quel génie musical Mr Steveland Morris allait se révéler être. 

Image de prévisualisation YouTube



12345...9

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo