Talking about a revolution…will you know ? Will you hear the sound ?

ForbiddenInnocence.jpg picture by maddyspaceBillet écrit il y a bientôt deux ans. L’actualité me donne envie de le remonter. La crise née des subprimes a mis à nu des mécanismes cyniques des plus abjects qui ont conduit à la tragédie bien des familles. Par ailleurs, dans un monde qui se prétendait dans l’incapacité de débourser les sommes nécessaires pour éradiquer la faim dans le monde, nous entendons les sommes faramineuses qui sont déboursées pour sauver des banques. Je ne suis pas pour la faillite bancaire et encore moins celle des états mais cette situation met en évidence la valeur de l’humain au coeur du système mondial. Avez vous entendu le gouvernement fédéral américain se mettre en quatre pour ceux qui avaient perdu leurs maisons ? Il y a deux jours, selon un sondage, un de plus me direz-vous, 60% des personnes interrogées en France ont peur de se retrouver SDF. C’est terrifiant n’est-ce pas ? Et les mois ont passé, et la crise semble s’estomper révélant jour après jour que le système n’a pas été refondu, que malgré les slogans et les effets d’annonce le capitalisme n’a pas été réinventé. Faut-il que tout explose pour qu’ils entendent. Des surdités d’antan ont enfanté des révolutions qui ont changé les systèmes politiques. Dans un pays, un roi et sa famille ont perdu la tête. Dans d’autres il a fallu passer par des guerres et des tragédies pour essayer de penser autrement la justice sociale. 90% de la société ne sauraient indéfiniment regarder 10% de cette dernière faire ripaille et gaspiller en futilités ce qui servirait à l’essentiel pour d’autres. Will they know ?

Bonne lecture.

Cette chanson date me semble t-il de 1988. Elle m’avait marquée à l’époque mais avec la maturité (l’un des avantages de l’âge) je l’entends en profondeur et les injustices de nos sociétés le font résonner de plus en plus fort. Ce chant semble annoncer prophétiquement des révolutions qui se préparent dans nos sociétés post-modernes, celles qui laissent sur le bas côté des hommes et des femmes qui n’ont pas d’autre ressource que de faire la queue des heures durant, devant des endroits comme les restos du coeur  pour recevoir de la nourriture de tous les jours. Il arrive qu’on entende en interview des personnes qui sont réduites à cette indigence et elles racontent pour certaines d’entre-elles la violence contre soi que représente le fait de se sentir réduit à la mendicité.

Elle annonce les révolutions qui se préparent dans des banlieues dites sensibles dans lesquelles se sont retrouvées parquées des populations dont l’homogénéité était celle d’être des personnes en difficulté et dans des parcours potentiellement générateurs d’exclusion et de désocialisation. Un son gronde dans les immeubles oppressant de certaines zones urbaines sensibles, qui deviennent des zones de non droit générant des règles internes qui les confortent dans une désadaptation à la société.

Il y a des colères qui se lèvent face à la débauche de moyens déversés pour des futilités et les parapluies que représentent les stock options pour les « grands patrons » dans un pays dans lequel le nombre de travailleurs pauvres et incapables de trouver un logement ne fait que croître. Des révolutions s’annoncent dans des pays dont le système génère de nombreux chômeurs sans espérances et des sans abris de plus en plus jeunes, de plus en plus nombreux. Il faut que quelque chose se passe…

Qu’allons nous faire ? Nous mettre la tête sous le sable en nous disant « tout va très bien madame la marquise « . Allons-nous entendre le son qui monte et qui gronde ça et là dans la société ? Allons-nous en anticiper les conséquences pour que ne se lève pas des révolutions qui laisseraient exsangues nos sociétés. Allons-nous avoir le courage d’initier de vraies réformes pour que la violence sociale et la violence de l’exclusion des populations les plus fragiles diminue dans nos pays. Allons-nous avoir le courage de reconnaître la défaite de certains schémas dans lesquels nous fonctionnons, nous privant de certains de nos conforts à être pour laisser de la place pour l’éducation et l’insertion de ceux qui sont déjà abandonnés au désespoir et/ou à la colère. Il y a un prix à payer et des renoncements à faire pour ceux qui comme moi sont plutôt du bon côté de la barrière. Tant de choses superflues semblent m’être, nous être devenues si nécessaires et essentielles que nous ne serions pas aisément prêts à nous en priver pour faire de la place aux autres dans le confort auquel nous prenons part. J’ai entendu parler il y a un moment de partage du travail et l’idée me revient. C’est sûrement une piste de réflexion mais j’avoue que l’idée de partager mon travail, de renoncer à quelques heures avec une diminution de salaire relative à la baisse des heures de travail ne me sied pas Il y a du chemin à faire dans nos bonnes idées et dans nos générosités dont les limites se révèlent souvent au moment où chacun de nous doit payer un prix. Je crois qu’une révolution est nécessaire dans ma mentalité. Dans d’autres aussi sûrement.

Il y a un murmure qui monte de ça et de là dans nos sociétés et ce murmure prend parfois des formes odieuses, des formes abjectes, des formes intolérables et intolérantes.

Dont you know … ?

Ecrit le 30 décembre 2006

Image de prévisualisation YouTube

Don’t you know
They’re talkin’ bout a revolution
It sounds like a whisper
Don’t you know
They’re talkin’ about a revolution
It sounds like a whisper

While they’re standing in the welfare lines
Crying at the doorsteps of those armies of salvation
Wasting time in the unemployment lines
Sitting around waiting for a promotion
Poor people gonna rise up
And get their share
Poor people gonna rise up
And take what’s theirs
Don’t you know
You better run, run, run…
Oh I said you better
Run, run, run…
Finally the tables are starting to turn
Talkin’ bout a revolution



Coup de foudre pour une voix : Ilene Barnes

J’ai du mal à mettre les mots sur l’effet que m’a fait cette rencontre musicale. Je l’ai découverte une nuit sur une émission tardive je ne sais plus si c’était celle Frédéric Taddei, soit celle de Guillaume Durand. A la fin de l’émission en question, j’ai vu une femme à la guitare avec une voix à la fois belle et grave. Elle communiquait quelque chose d’authentique et il se dégageait une incroyable énergie. J’ai reçu cette voix grave avec bonheur. Vous commencez à me connaître pour certains d’entre vous je suis sensible aux belle voix, celles qui un un je ne sais quoi qui fait que vous êtes touché.

Ca m’a rappelé  la rencontre il y a environ vingt ans avec une voix qui chantait un « fast car » qui m’avait a accrochée d’emblée : la voix de Tracy Chapman. Je vous laisse découvrir Ilene Barnes et pourquoi pas laisser en quelques mots vos impressions ? Pour ceux que ça intéresse elle est en concert à l’européen en ce moment jusqu’au mois de mars.  Bon début de semaine. Amitiés.

My eyes are blue 

Image de prévisualisation YouTube

 Please

http://www.dailymotion.com/video/x4a4ro 

 



Redécouvrir I will survive grâce à Gladys Knight

Une interprète de grand talent se saisit d’un standard et nous le fait découvrir dans ses profondeurs. Cette version est touchante et émouvante. C’est impressionnant de maîtrise jusque dans la gestuelle. La chanteuse ne surjoue pas, elle interprète littéralement ce chant. Merci à lady Knight  qui m’offre ma version favorite de ce standard. Et puis c’est Gladys !!! Et vous comment trouvez vous cette interprétation?

Image de prévisualisation YouTube



Piero Battery – L’amour restera

 

donnersoncoeur.gif picture by maddyspace

 

Le plus important c’est l’amour… 

http://www.dailymotion.com/video/xu71d



Freddy Jackson chante You are my lady et je tombe en pamoîson

Oui oui rien que ça les amis ! Pâmoison comme les belles de cour Cool. Viiiiiite mes  sels !  C’est le genre de voix, d’ambiance qui a sur moi un effet « trou d’air dans un avion ». Inexplicable sensation d’être en apesanteur et sans passer par la case Calogero.Rire Un tel talent vocal devrait être criminalisé. Oui oui je persiste et je signe ça devrait être interdit par la loi de faire preuve d’une telle dextérité vocale tandis que d’autres doivent prendre l’ascenseur pour passer d’un accord de base à un autre. Si vous me surpreniez en train de courir après une note sur laquelle une Céline Dion, Withney Houston ou Mariah Carey se baladerait, vous comprendriez pourquoi j’en appelle aux forces de l’ordre.

Mais que fait la police chargée de la régulation des traffics vocaux ?  Il me fait penser à Johnny Gill ou à Luther Vandross, funambules de la soul music se balladant d’une note à l’autre faisant des effets de voix qui conduisent dans des états modifiés de conscience. Okay j’abuse mais c’est moi qui écris le billet (hi hi).

Bon je concède que notre Freddy a une gestuelle un peu singulière (si ça se trouve c’est encore un coup chorégraphique de Kamel Ouali Clin doeil) mais la musique je l’écoute avec le coeur et les oreilles, souvent les yeux fermés et cette musique abaisse mes paupières et élève mes émotions. Merci à mister Freddy Jackson, magnifique voix qui a accompagné ma période coeur de fille magnitude 7 . J’espère que vous apprécierez la ballade. Amitiés.

Image de prévisualisation YouTube 



Take 6 : Grandma’s hand

Un classique chanté notamment par Bill Withers revisité de fort belle manière. Du belouga les enfants ! Clin doeil  Savourez…
Image de prévisualisation YouTube



Souad Massi : Raoui, Matebkiche & Amessa

massismiles.jpg picture by maddyspaceSouad Massi est né le 23 août 1972 à Alger dans une famille de mélomanes. Très vite elle se passionne pour la musique et prend des cours de guitare et étudie la musique classique. Influencée par le rock, le flamenco et d’autres univers elle les synthétise magnifiquement dans l’univers musical qu’elle a construit. Sa voix magnifique, sa sensibilité et le thèmes qu’elle traite dans ses chansons font qu’elle est une chanteuse que l’on n’écoute pas en passant mais plutôt que l’on s’arrête pour écouter. Même quand je ne sais pas de quoi parle une chanson, il y a des choses qui passent de sa voix et qui arrivent jusqu’à moi qui ne s’expliquent pas par des mots. C’est la force et la vérité de l’art que de toucher sans expliquer.

Je trouve pour ma part qu’elle a une voix superbe et une sensibilité qui transcende les frontières de la langue et quand je l’écoute il me prend l’envie de fermer les yeux et de me laisser porter, tout simplement.

massiguitare.jpg picture by maddyspace

Raoui (le conteur) Merci à Maatmamuse pour le texte de la chanson et sa traduction en français.Sourire

Je ne sais pas ce que ce chant raconte mais qu’est-ce que c’est beau !
Image de prévisualisation YouTube

Raoui

 

Raconte, conteur
Raconte une histoire, une légende
Parle-nous des gens d’antan
De Loundja, la fille de l’ogresse et du fils du Sultan

 

Commence par “Il était une fois”,
Offre-nous de rêves
Commence par “Il était une fois”
Chacun d’entre nous a une histoire au fond de son cœur

 

Raconte, oublie que nous sommes grands
Comme si nous étions des enfants
Nous voulons croire à toutes les histoires
Parle-nous du paradis et de l’enfer
De l’oiseau qui n’a jamais volé
Donne-nous le sens de la vie

 

Raconte, comme on t’a raconté
Sans en rajouter, sans en enlever
Prends garde, il existe une mémoire
Raconte, fais que l’on oublie notre réalité
Abandonne-nous dans ce “Il était une fois”.

 

Hki ya Raoui hki hkaya
Mada bik tkoun riouaya
Hkili âla ness zmene

 

Hkili âlef lila oulila
Ouâla Lounja bent elghoula
Ouâla wlid el soultane

 

Refrain
Hajitek, Majitek
Oudina behîd mada denia
Hajitek, Majitek
Klouahed menne fqelbou hkaya (2)

 

Hki ounsa belli hna kbar
Fi belek kelli rana sghar
Ounemnou koul hkaya

 

Hkina âljenna, hkina âlnar
Oualtir liâmrou ma tar
Fahemna mâna denia

 

Refrain

 

Hki ya Raoui kima hkaoulek
Matzid matneqess men ândek
Kene li yechfa ouâla balek

 

Hki ounessina mhad zmene
Khelina fkene ya makene
Fi kene ya makene

 

Matebkiche (ne pleure pas) Merci Milla pour la traduction du titreSourire

Celle ci atteint aux tripes. C’est fou ce qu’elle fait passer par la voix.

Image de prévisualisation YouTube


Amessa

Image de prévisualisation YouTube

Photos trouvées sur le site :

ICI



Randy Crawford : joyau d’interprète

Que dire ? Je vous laisse vous émerveiller.

I’m glad there is you

Image de prévisualisation YouTube

The end of the line (avec Joe Sample). La classe !

Image de prévisualisation YouTube



A la rencontre de la voix magnifique de Maya Azucena

mayaazucena.jpg

J’aime les artistes qui ont de la personnalité et un unvvers dans lequel ils vous invitent. Je vous laisse découvrir celui de Maya Azucena qui allie à la fois jeunesse et maturité. Son interprétation de la première chanson me laisse pour le coup sans voix.

 Halleluyah

Image de prévisualisation YouTube

Warrior

Image de prévisualisation YouTube

 Too Much

Image de prévisualisation YouTube

Satisfy what I’m yearning

Image de prévisualisation YouTube

 Vous pouvez écouter sa magnique voix et rencontrer son univers sur son site internet. Ce ne sont pas juste de courts extraits mais quatre belles plages musicales. Je suis sous le charme… et vous ?

http://www.mayaazucena.com/ 

ou

http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendid=47740166



Boyz II Men : Une harmonie vocale qui semble une évidence

Des voix qui s’harmonisent pour le plaisir de ceux qui écoutent. Une secousse sur la planète RNB des nineties. Je crois me souvenir qu’ils ont été produits au départ par Bell Biv et Devoe (BBD) trois des New Edition. La beauté de leurs voix ensemble est telle que l’on se dit qu’elle devait être, tout simplement.

Thank you in advance

http://www.dailymotion.com/video/5vKIYmboEV4862Boj

The end of the road

http://www.dailymotion.com/video/4GWfyAqvbe42haP3I



12345...9

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo