Pablo Villafranca : Ma peine maximum

Parce que j’aime son grain de voix. Parce que j’aime le regard farouche qu’il jette à ses bourreaux dans la comédie musicale. Parce qu’il réussit à chanter une chanson difficile à rendre vivante tant elle peut vite être monotone. Parce que j’ai aimé cette comédie musicale. Parce que … tout simplement.

http://www.dailymotion.com/video/398Wii35VQ7z17xgp



Barbara : Ma plus belle histoire d’amour

La force d’une belle chanson c’est que même les rides en accentuent la beauté et la poésie. La chanson m’a précédée, m’a rencontrée et en rencontrera d’autres après. Bravo à Barbara et merci. 

Image de prévisualisation YouTube

Du plus loin, que me revienne,
L’ombre de mes amours anciennes,
Du plus loin, du premier rendez-vous,
Du temps des premières peines,
Lors, j’avais quinze ans, à peine,
Cœur tout blanc, et griffes aux genoux,
Que ce furent, j’étais précoce,
De tendres amours de gosse,
Ou les morsures d’un amour fou,
Du plus loin qu’il m’en souvienne,
Si depuis, j’ai dit « je t’aime »,
Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous,

C’est vrai, je ne fus pas sage,
Et j’ai tourné bien des pages,
Sans les lire, blanches, et puis rien dessus,
C’est vrai, je ne fus pas sage,
Et mes guerriers de passage,
A peine vus, déjà disparus,
Mais à travers leur visage,
C’était déjà votre image,
C’était vous déjà et le cœur nu,
Je refaisais mes bagages,
Et poursuivais mon mirage,
Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous,

Sur la longue route,
Qui menait vers vous,
Sur la longue route,
J’allais le cœur fou,
Le vent de décembre,
Me gelait au cou,
Qu’importait décembre,
Si c’était pour vous,

Elle fut longue la route,
Mais je l’ai faite, la route,
Celle-là, qui menait jusqu’à vous,
Et je ne suis pas parjure,
Si ce soir, je vous jure,
Que, pour vous, je l’eus faite à genoux,
Il en eut fallu bien d’autres,
Que quelques mauvais apôtres,
Que l’hiver ou la neige à mon cou,
Pour que je perde patience,
Et j’ai calmé ma violence,
Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous,

Les temps d’hiver et d’automne,
De nuit, de jour, et personne,
Vous n’étiez jamais au rendez-vous,
Et de vous, perdant courage,
Soudain, me prenait la rage,
Mon Dieu, que j’avais besoin de vous,
Que le diable vous emporte,
D’autres m’ont ouvert leur porte,
Heureuse, je m’en allais loin de vous,
Oui, je vous fus infidèle,
Mais vous revenais quand même,
Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous,

J’ai pleuré mes larmes,
Mais qu’il me fut doux,
Oh, qu’il me fut doux,
Ce premier sourire de vous,
Et pour une larme,
Qui venait de vous,
J’ai pleuré d’amour,
Vous souvenez-vous ?

Ce fut, un soir, en septembre,
Vous étiez venus m’attendre,
Ici même, vous en souvenez-vous ?
A vous regarder sourire,
A vous aimer, sans rien dire,
C’est là que j’ai compris, tout à coup,
J’avais fini mon voyage,
Et j’ai posé mes bagages,
Vous étiez venus au rendez-vous,
Qu’importe ce qu’on peut en dire,
Je tenais à vous le dire,
Ce soir je vous remercie de vous,
Qu’importe ce qu’on peut en dire,
Je suis venue pour vous dire,
Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous



George Moustaki : ma solitude

C’est étrange j’ai aimé cette chanson avant d’entrer dans l’adolescence. Je me demande ce que j’en saisissais. Sourire

http://www.dailymotion.com/video/3zOOOnWUMOJLx3ojK

Pour avoir si souvent dormi
Avec ma solitude
Je m’en suis fait presqu’une amie
Une douce habitude
Elle ne me quitte pas d’un pas
Fidèle comme une ombre
Elle m’a suivi ça et là
Aux quatre coins du monde

Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude

Quand elle est au creux de mon lit
Elle prend toute la place
Et nous passons de longues nuits
Tous les deux face à face
Je ne sais vraiment pas jusqu’où
Ira cette complice
Faudra-t-il que j’y prenne goût
Ou que je réagisse?

Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude

Par elle, j’ai autant appris
Que j’ai versé des larmes
Si parfois je la répudie
Jamais elle ne désarme
Et si je préfère l’amour
D’une autre courtisane
Elle sera à mon dernier jour
Ma dernière compagne

Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude
Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude



Barbara chante l’aigle noir

Une place unique dans le paysage musical français.

http://www.dailymotion.com/video/54YxFe7UCjIs81OjQ

Un beau jour, ou peut-être une nuit,
Près d’un lac je m’étais endormie,
Quand soudain, semblant crever le ciel,
Et venant de nulle part,
Surgit un aigle noir,

Lentement, les ailes déployées,
Lentement, je le vis tournoyer,
Près de moi, dans un bruissement d’ailes,
Comme tombé du ciel,
L’oiseau vint se poser,

Il avait les yeux couleur rubis,
Et des plumes couleur de la nuit,
A son front brillant de mille feux,
L’oiseau roi couronné,
Portait un diamant bleu,

De son bec il a touché ma joue,
Dans ma main il a glissé son cou,
C’est alors que je l’ai reconnu,
Surgissant du passé,
Il m’était revenu,

Dis l’oiseau, ô dis, emmène-moi,
Retournons au pays d’autrefois,
Comme avant, dans mes rêves d’enfant,
Pour cueillir en tremblant,
Des étoiles, des étoiles,

Comme avant, dans mes rêves d’enfant,
Comme avant, sur un nuage blanc,
Comme avant, allumer le soleil,
Etre faiseur de pluie,
Et faire des merveilles,

L’aigle noir dans un bruissement d’ailes,
Prit son vol pour regagner le ciel,

Quatre plumes couleur de la nuit
Une larme ou peut-être un rubis
J’avais froid, il ne me restait rien
L’oiseau m’avait laissée
Seule avec mon chagrin

Un beau jour, ou peut-être une nuit,
Près d’un lac, je m’étais endormie,
Quand soudain, semblant crever le ciel,
Et venant de nulle part,
Surgit un aigle noir,

Un beau jour, une nuit,
Près d’un lac, endormie,
Quand soudain,
Il venait de nulle part,
Il surgit, l’aigle noir…



Claude Nougaro : Cécile ma fille

Incursion émouvante dans les tendresses d’un père qui fait d’une histoire intime une universelle.

Hommage à  Claude Nougaro.

http://www.dailymotion.com/video/1qirt8eiKLffM2OCt



Te revoir…

bateaunb.jpg

Te revoir une dernière fois 

Pour te dire mon amour pour toi 

Te revoir et  te regarder 

Imprégner mon cœur de tes traits 

Te parler et enregistrer 

La moindre inflexion de ta voix 

Oui te revoir encore une fois 

Passer ma main dans tes cheveux 

Trouver ta joue du bout des doigts 

Partager des moments complices 

 

Te dire je t’aime à l’infini 

Dans toutes les langues connues de nous 

Pour que dans le tour que tu prends 

Mes tendresses cheminent avec toi 

Il y a eu la terre creusée 

Le sable jeté et puis les fleurs 

Qui t’ont dérobé à la vue 

De ceux pour qui tu comptais tant

 

 Depuis il y a ton absence  Qui a parsemé de silences 

Les mots qui nourrissent ma mémoire 

Sur laquelle le temps prend le pas 

En parsemant de pointillés 

La trace de toi dans mes pensées 

 

Te revoir encore une fois 

Te dire je t’aime à l’infini 

Avant que tu partes pour toujours 

Là où je ne peux te trouver 

Juste le temps d’enregistrer 

Le nécessaire pour te survivre 

Te revoir toi  dont le souvenir 

Met des larmes derrière mes sourires 

 

Paris le 22 avril 2007

 

Une pensée ce soir juste pour dire qu’il y a un visage et une voix, un rire un enthousiasme qui me manquent au delà des mots, au delà de l’absence, au delà des larmes, au delà des regrets, au delà de la douleur, au delà de la consolation, au delà de tout. http://www.dailymotion.com/video/6aXHIL9hWQjR35iHZ



Amel Bent et Myriam Abel: Ma philosophie

Il y a des chansons qui parlent un peu de soi. Juste pour ça elle a sa place sur mon blog.

Et puis de vous à moi il y a de la voix les amis !

http://www.dailymotion.com/video/51EBRSeqyvjalxT2

Je nai quune philosophie
Être acceptée comme je suis
Malgré tout ce quon me dit
Je reste le poing levé

Pour le meilleur comme le pire
Je suis métisse mais pas martyre
Javance le coeur léger
Mais toujours le poing levé

Lever la tête, bomber le torse
Sans cesse redoubler defforts
La vie ne men laisse pas le choix
Je suis las qui bat le roi
 

Malgré nos peines, nos différences
Et toutes ces injures incessantes
Moi je lèverai le poing
Encore plus haut, encore plus loin

{Refrain:}
Viser la Lune
Ça me fait pas peur
Même à lusure
Jy crois encore et en coeur
Des sacrifices
sil le faut jen ferai
Jen ai déjà fait
Mais toujours le poing levé

Je ne suis pas comme toutes ces filles
Quon dévisage, quon déshabille
Moi jai des formes et des rondeurs
Ça sert à réchauffer les coeurs

Fille dun quartier populaire
Jy ai appris à être fière
Bien plus d‘amour
que de misère
Bien plus de coeur que de pierre

Je nai quune philosophie
Être acceptée comme je suis
Avec la force et le sourire
Le poing levé vers l avenir 

Lever la tête, bomber le torse
Sans cesse redoubler defforts
La vie ne men laisse pas le choix
Je suis las qui bat le roi



Chanter pour ceux qui sont loin de chez eux par Michel Berger

Merci à Michel Berger d’avoir compris et d’avoir mis des mots magnifiques sur ce que l’on ne dit pas ou que l’on ne sait pas dire. Ce n’est jamais facile loin de chez soi. Quoi qu’on dise…

J’aimais beaucoup Michel Berger. Je me souviens de la première écoute de cette chanson. J’ai été touchée au coeur. Au fil du temps, la chanson a des résonnances plus grandes. Par la force des choses. Alors merci à lui, par delà l’absence.

 Celui-là passe toute la nuit
A regarder les étoiles
En pensant qu’au bout du monde
Y a quelqu’un qui pense à lui

Et cette petite fille qui joue
Qui ne veut plus jamais sourire
Et qui voit son père partout
Qui s’est construit un empire

Où qu’ils aillent
Ils sont tristes à la fête
Où qu’ils aillent
Ils sont seuls dans leur tête

{Refrain:}
Je veux chanter pour ceux
Qui sont loin de chez eux
Et qui ont dans leurs yeux
Quelque chose qui fait mal
Qui fait mal
Je veux chanter pour ceux
Qu’on oublie peu à peu
Et qui gardent au fond d’eux
Quelque chose qui fait mal
Qui fait mal

Qui a volé leur histoire
Qui a volé leur mémoire
Qui a piétiné leur vie
Comme on marche sur un miroir

Celui-là voudra des bombes
Celui-là comptera les jours
En alignant des bâtons
Comme les barreaux d’une prison

Où qu’ils aillent
Ils sont tristes à la fête
Où qu’ils aillent
Ils sont seuls dans leur tête
{au Refrain}

Quand je pense à eux
Ça fait mal ça fait mal
Quand je pense à eux
Ça fait mal ça fait mal

Image de prévisualisation YouTube



A la découverte de Teri Moïse

terimose.jpg

Teri Moïse est une chanteuse américaine dont les parents d’origine haïtienne. Elle est chanteuse et bassiste. Elle a grandi aux Etats-Unis et a eu le privilège d’être bilingue. Elle a par ailleurs fait des études de lettres à la Sorbonne. Elle chante ici en français.

J’aime beaucoup la pureté de son style et de ses textes. Pour ceux qui la connaissent et apprécient Teri Moïse c’est une occasion de savourer la douceur de son univers. Ceux qui ne la connaissent pas je vous invite à découvrir cette artiste sensible et à la voix touchante. Vous avez ici deux chansons.

 FAIS SEMBLANT

http://www.dailymotion.com/video/5mQiu5EAKbrKv3FYS

 La chanson qui suit est très touchante et raconte avec pudeur les douleurs d’une petite fille et les moyens qu’elle trouve  pour s’en évader. J’aime beaucoup l’univers et la sensibilité de cette jeune femme. Ses textes ont du sens et de la délicatesse.

 http://www.dailymotion.com/video/3p5lTUAFBmObO3Rum

LES POEMES DE MICHELLE 

Michelle veut croire
En l’innocence que sa vie ne permet pas
Si jeune trop mûre
Elle connaît déjà la faim les nuits dures
Elle s’écrit une vie
Pour pouvoir tout changer, changer

Refrain :
Dans les poèmes de Michelle
Les enfants ont des ailes
Pour voler
C’est quand la nuit tombe
Qu’ils deviennent colombes
Pour rêver, rêver

S’enfuir de tout
Le crayon sera sa clef
Les feuilles son issue
Un vers une rime les mots s’unissent pour
Protéger la victime

Il lui faut ces mots
Pour pouvoir tout changer, changer

Refrain

Avec ces mots si beaux
Elle voudrait tout changer, changer

Refrain



Teri Moïse : Je serai là

amourange2.gif

Quand j’ai découvert cette chanson j’ai eu un coup de coeur pour elle, comme d’autres pour « Cécile ma fille » de Nougaro. Comme la précédente cette chanson est une belle incursion dans la parentalité et l’élargissement de l’amour qu’elle révèle. J’aime les mots, l’émotion et la voix de Teri Moïse et j’aime la sensibilité avec laquelle elle raconte l’ »être maman ». Je dédie cette chanson aux mamans et particulièrement à celles qui passent par ici et qui ont le privilège de voir grandir sous leurs yeux et environné(e)s de leurs tendresses leurs fils et filles.

Spéciale dédicace à : Etoile (et sa petite étoile), Nath-Christiane (et sa princesse africaine), et Solen (et son fiston). Je vous souhaite mille bonheurs à vous et à vos précieux trésors.

Pour toutes celles qui sont maman et qui ne sont pas nommées je suis sûre que ce chant vous touchera aussi.

http://www.dailymotion.com/video/2QdxDreWewrqS3tNB

 JE SERAI LA

Oublie tes erreurs et tes peurs

Je les efface
A chaque faux pas que tu feras
Je tomberai à ta place
Mon seul plaisir sera de t’offrir une vie idéale
Sans peine et sans mal

J’ai découvert qui je suis
Tout a changé le jour où je t’ai donné la vie
Et si jamais le monde t’es trop cruel
Je serai là toujours pour toi

Que tous tes amours soient sûrs
Tes amis sincères
Pour toi un domaine
Où la haine est la seule étrangère

Je ferai un monde où tout ira bien
Tu seras jamais seul tu manqueras de rien

Je voudrais pouvoir tout savoir
Pour te donner une vision plus claire
De ce mystère que l’on appelle la vie

Mon seul désir sera de t’offrir une vie idéale
Sans peine et sans mal



1234

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo