What If I Am A Black Woman?

9120139775946469682081469309931269052a.jpg

What If I Am A Black Woman?

Is it a disease? Well, if it is, I sure hope its catching

Because they need to pour it into a bottle,

label it, and sprinkle it All over the people

men and women who Ever loved or cried,

worked or died For any one of us.

So…What if I am a Black woman?

Is it a crime? Arrest me!

Because I’m strong, but I’m gentle,

I’m smart, but I’m learning,

I’m loving, but I’m hateful.

And I like to work because

I like to eat and feed and

clothe and house Me, mine

and yours and everybody’s,

Like I’ve been doing for the

past 300 years.

What if I am a Black woman?

Is it insane? Commit me!!

Because I want Happiness, not tears;

Truths not lies; Pleasure not pain;

Sunshine not rain; A man not a child!

What if I am a Black woman? Is it a sin?

Pray for me! And pray for you too,

If you don’t like women of color

because we are… Midnight Black,

Chestnut Brown, Honey Bronzed,

Chocolate Covered, Cocoa Dipped,

Big Lipped, Big Breasted, and BEAUTIFUL

all at the same time!

So what if I am a Black Woman?

Does it bother you that much because

I want a man who wants me…

Loves me and trusts me, and respects me

And gives me everything because

I give him everything back, PLUS!!

What if I am a Black woman? I’ve got rights,

same as you! I have worked for them,

died for them, played and laid for them,

On every plantation from Alabama to Boston and Back!

What if I am a Black woman?

I love me, and I want you to love me too,

But I am as I’ve always been,

Near you, close to you, beside you,

strong giving, loving,

For over 300 years, Your Black woman…Love me!

Author Unknown

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube



« DEBOUT MAINTENANT, MON PAYS ET MOI  » (Aimé CESAIRE)

n68208146920972204516363.jpg

Il est des textes qui sont une rencontre, une fondation, une base de lancement de soi tout en étant un lieu qui permet de se poser pour penser. Ce sont des écrits que l’on ne devrait pas laisser dormir au fond d’un tiroir ou de la mémoire, mais les relire encore et encore En effet à chaque saison de notre parcours ils ont quelque chose à nous dire, à nous dévoiler.

Le texte d’Aimé Césaire n’a pas pris une ride. Nous pouvons le constater pour peu que nous ouvrions les yeux sur l’œuvre d’asservissement des consciences par la dévalorisation de soi qui a encore cours dans de nombreux afro descendants.

Oh ! Il est vrai que certains discours ouvertement racistes se sont tus. Cependant, des siècles de méconnaissance de soi et de l’autre ont laissé des traces, notamment dans l’arrogance avec laquelle les occidentaux commercent avec l’Afrique, et par le positionnement des nombreux dirigeants Africains dans le rapport à l’occident.

Mais il est une vérité : TOUTE ÉTOILE CHUTE DU CIEL EN TERRE A NOTRE COMMANDEMENT SANS LIMITE !

Ce ne sont pas les autres qui nous donneront une place à la mesure de notre valeur dans le concert des nations. C’est à nous de la connaître, de nous donner les moyens de nous y établir. Quelle est notre ambition, quelle est notre vision, quels sont nos rêves d’Afrique ?

Nous ne sommes pas par essence satellites d’une puissance n’en déplaisent aux “résistants” d’un ordre ancien né dans la violence et le déni d’humanité à l’autre. C’est à nous de le savoir et de le faire savoir. Notre commandement est sans limite quand nos consciences s’éveillent. Notre commandement est sans limite quand nous savons qui nous sommes et ce à quoi nous pouvons aspirer. Pour cela il nous faut des gouvernants qui ont des ambitions autres que leur gloriole et des intérêts personnels ou de clan. Il nous faut des dirigeants africains qui pensent l’Afrique pour elle même et pour ses filles et ses fils. Ils nous faut des dirigeants qui ont un rêve, une vision et une stratégie pour développer leur pays et éduquer ses ressortissants.Il nous faut autre chose que des satrapes au service de l’ancienne puissance coloniale et qui en attend les ordres les doigts sur la couture du pantalon, privilégiant la volonté de cette dernière sur la vie des populations. L’Afrique a besoin de dirigeants qui sont de véritables résistants, des femmes et des hommes qui combattent le viol permanent d’un ordre ancien qui refuse de mourir quand bien même il avancerait masqué derrière des résolutions des Nations Unies.

Oui toute étoile chute du ciel en terre et c’est d’égal à égal que nous commerçons avec les nations. C’est possible, c’est faisable, et c’est nécessaire. Sortons de l’esclavage mental !

 

Ne nous servons plus du passé comme d’un prétexte pour ne pas avancer ou pour verser dans un consumérisme contre productif. Utilisons-le comme une base de lancement de laquelle nous monterons pour aller vers ce « nous » auquel nous aspirons. Servons-nous de cette mémoire pour ne plus accepter la moindre infériorisation, le moindre manque de respect.
Refuser en éduquant, en ne tolérant plus que les chaines héritées de l’asservissement soient transmises à nos enfants. Déprogrammer la résignation et la tentation de mendier ce qui est à soi.

A l’échelle de nos nations, c’est à notre commandement sans limite que doivent tomber les « étoiles » qui se croient inaccessibles et omnipotentes. La prise de conscience que l’ordre actuel n’est pas immuable parce que nos pays sont à nous et non à une caste nous invite à l’action. C’est à notre commandement sans limite que nous devons leur faire comprendre qu’il n’est plus acceptable qu’elles dilapident impunément les richesses de nos nations à des fins privées, et que, plus grave encore, elles dilapident le potentiel des filles et fils d’Afrique en tuant l’espérance en un lendemain autre et meilleur.

Ce dont nous devons être conscients c’est que, comme pour les nations étrangères à l’Afrique, « à notre commandement sans limite, toute étoile chute du ciel en terre », même celle de nos « immuables » dirigeants .

Le pays ne se lèvera pas sans nous.
Nous n’irons pas loin si nous oublions le bien de nos nations.

 » Et nous sommes debout maintenant, mon pays et moi »

MON PAYS ET MOI tout est dit.

Merci à Aimé Césaire d’avoir écrit des mots qui sont son testament et nous sont source d’inspiration.

Merci à Lucien Dissake pour l’inspiration par la remise en lumière de ce texte éblouissant d’Aimé Césaire.

Je vous invite à découvrir les mots d’Aimé Césaire. Ils sont magnifiques et puissants. Combien il est heureux qu’il ne les ait pas retenus.


 » Et nous sommes debout maintenant, mon pays et moi, les cheveux dans le vent, ma main petite

maintenant dans son poing énorme et la force n’est pas en nous, mais au-dessus de nous, dans une

voix qui vrille la nuit et l’audience comme la pénétrance d’une guêpe apocalyptique.

Et la voix prononce que l’Europe nous a pendant des siècles gavés de mensonges et gonflés de pestilences,

Car il n’est point vrai que l’œuvre de l’homme est finie
Que nous n’avons rien à faire au monde
Que nous parasitons le monde
Qu’il suffit que nous nous mettions au pas du monde

Mais l’œuvre de l’homme vient seulement de commencer
Et il reste à l’homme à conquérir toute interdiction immobilisée aux coins de sa ferveur
Et aucune race ne possède le monopole de la beauté, de l’intelligence, de la force
Et il est place pour tous au rendez-vous de la conquête et nous savons maintenant

Que le soleil tourne autour de notre terre éclairant la parcelle qu’a fixée notre volonté seule

ET QUE TOUTE ÉTOILE CHUTE DU CIEL EN TERRE A NOTRE COMMANDEMENT SANS LIMITE »

Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal,
Ed. Présence africaine



My brothers by Haki Madhubuti

My brothers i will not tell you
who to love or not love
i will only say to you
that
Black women have not been
loved enough.

i will say to you
that
we are at war & that
Black men in america are
being removed from the
earth
like loose sand in a wind storm
and that the women Black are
three to each of us.

no
my brothers i will not tell you
who to love or not love
but
i will make you aware of our
self hating and hurting ways.

Make you aware of whose bellies
you dropped from.
I will glue your ears to those images
you reflect which are not being
loved.
3513641389919646968208146951653096627388n.jpg



Danger ! Educated black woman

5843443071044146968208146955779103641167n.jpg

L’éducation ne devrait pas être une option pour l’humain en général et pour la femme en particulier.
Les êtres longtemps brimés et niés brisent les chaines et les entraves par chaque pas qu’ils font pour s’éduquer, s’élever par la pensée penser et comprendre le système de l’oppresseur pour en briser le pouvoir sur soi.

La femme noire, longtemps victime d’une double négation : niée en tant qu’humain parce que noire et niée en tant qu’adulte responsable parce que femme. Confinée à la tâche d’utérus sur jambes et femme d’intérieur, elle n’a pas fini de faire tomber des chaines mentales.

Elle ne saurait trouver confortable de demeurer dans l’ignorance et la passivité. Tant de choses sont mises en place notamment dans les pays dits ou développés pour qu’elle n’accède pas à l’éducation. Des raisons économiques certes mais des raisons aussi liées à un monde profondément machiste.

Une femme noire éduquée est un danger pour le pérennité des systèmes d’oppression parce que par essence elle est celle qui transmet le sens et une vision du monde à la génération d’après. Imaginez là dire à ses enfants qu’ils peuvent tout et ne devraient accepter aucune chaine de servitude. Par ce qu’elle est elle change le regard de ses garçons sur la femme.

La femme noire éduquée est plus qu’une bombe atomique elle porte par son verbe, par son regard, par son action une incroyable puissance pour défaire les systèmes.

Tremblez l’armée des femmes se lève et ce ne sont pas des mauviettes.
Elles sont résolues comme le sont des mères quand leurs enfants sont en jeu



Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo