le 17 janvier 1961, Patrick Emery Lumumba était assassiné

Patrice Emery Lumumba élu Premier ministre en 1960, il a été  destitué quatre mois après. 

Le 17 janvier 1961, il est assassiné sauvagement au Katanga à la suite d’un complot mêlant la puissance coloniale belge, la « CIA » et les services

secrets français. Panafricaniste, il croyait en une indépendance totale des pays ayant nouvellement accédé à l’indépendance. Cela aura été son crime. Rompre avec le colonialisme était son leitmotiv et son discours inattendu et féroce envers le colonialisme aura probablement signé son arrêt de mort.

 

« Congolais et Congolaises,

 

Combattants de l’indépendance aujourd’hui victorieux,

 

A vous tous, mes amis qui avez lutté sans relâche à nos côtés, je vous demande de faire de ce 30 juin 1960 une date illustre que vous garderez « ineffaçablement » gravée dans vos cœurs, une date dont vous enseignerez avec fierté la signification à vos enfants, pour que ceux-ci à leur tour fassent connaître à leurs fils et à leurs petits-fils l’histoire glorieuse de notre lutte pour la libertés.

 

Car cette indépendance du Congo, si elle est proclamée aujourd’hui dans l’entente avec la Belgique, pays ami avec qui nous traitons d’égal à égal, nul Congolais digne de ce nom ne pourra jamais oublier cependant que c’est par la lutte qu’elle a été conquise, une lutte de tous les jours, une lutte ardente et idéaliste, une lutte dans laquelle nous n’avons ménagé ni nos forces, ni nos privations, ni nos souffrances, ni notre sang.

 

C’est une lutte qui fut de larmes, de feu et de sang, nous en sommes fiers jusqu’au plus profond de nous-mêmes, car ce fut une lutte noble et juste, une lutte indispensable pour mettre fin à l’humiliant esclavage, qui nous était imposé par la force. Ce que fut notre sort en 80 ans de régime colonialiste, nos blessures sont trop fraîches et trop douloureuses encore pour que nous puissions les chasser de notre mémoire.

 

Nous avons connu le travail harassant exigé en échange de salaires qui ne nous permettaient ni de manger à notre faim, ni de nous vêtir ou de nous loger décemment, ni d’élever nos enfants comme des êtres chers. Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir, parce que nous étions des nègres.

 

Qui oubliera qu’à un noir on disait « Tu », non certes comme à un ami, mais parce que le « Vous » honorable était réservé aux seuls blancs ? Nous avons connu nos terres spoliées au nom de textes prétendument légaux, qui ne faisaient que reconnaître le droit du plus fort, nous avons connu que la loi n’était jamais la même, selon qu’il s’agissait d’un blanc ou d’un noir, accommodante pour les uns, cruelle et inhumaine Pour les autres.

 

Nous avons connu les souffrances atroces des relégués pour opinions politiques ou, croyances religieuses : exilés dans leur propre patrie, leur sort était vraiment pire que la mort même. Nous avons connu qu’il y avait dans les villes des maisons magnifiques pour les blancs et des paillotes croulantes pour les noirs : qu’un noir n’était admis ni dans les cinémas, ni dans les restaurants, ni dans les magasins dits européens, qu’un noir voyageait à même la coque des péniches au pied du blanc dans sa cabine de luxe.

 

Qui oubliera, enfin, les fusillades où périrent tant de nos frères, ou les cachots où furent brutalement jetés ceux qui ne voulaient pas se soumettre à un régime d’injustice ? Tout cela, mes frères, nous en avons profondément souffert, mais tout cela aussi, nous, que le vote de vos représentants élus a agréés pour diriger notre cher pays, nous qui avons souffert dans notre corps et dans notre coeur de l’oppression colonialiste, nous vous le disons, tout cela est désormais fini.

 

La République du Congo a été proclamée et notre cher pays est maintenant entre les mains de ses propres enfants (…). »

 

patricelumumba1.jpg



Still I rise by Maya Angelou

You may write me down in history
With your bitter, twisted lies,
You may trod me in the very dirt
But still, like dust, I’ll rise.

Does my sassiness upset you?
Why are you beset with gloom?
‘Cause I walk like I’ve got oil wells
Pumping in my living room.

Just like moons and like suns,
With the certainty of tides,
Just like hopes springing high,
Still I’ll rise.

Did you want to see me broken?
Bowed head and lowered eyes?
Shoulders falling down like teardrops.
Weakened by my soulful cries.

Does my haughtiness offend you?
Don’t you take it awful hard
‘Cause I laugh like I’ve got gold mines
Diggin’ in my own back yard.

You may shoot me with your words,
You may cut me with your eyes,
You may kill me with your hatefulness,
But still, like air, I’ll rise.

Does my sexiness upset you?
Does it come as a surprise
That I dance like I’ve got diamonds
At the meeting of my thighs?

Out of the huts of history’s shame
I rise
Up from a past that’s rooted in pain
I rise
I’m a black ocean, leaping and wide,
Welling and swelling I bear in the tide.
Leaving behind nights of terror and fear
I rise
Into a daybreak that’s wondrously clear
I rise
Bringing the gifts that my ancestors gave,
I am the dream and the hope of the slave.
I rise
I rise
I rise.

Maya Angelou



Martin Luther King song by Harry Belafonte

Image de prévisualisation YouTube

 

As I wondered round the world so lost and angry,
He called me home and reached out for my hand,
He spoke with words that sounded more like music,
The words my heart could finally understand.

He showed me pride and said I could feel better,
But no better than the smallest of the small,
He showed me victories where no one loses,
He showed me the answer for us all.

And the song I sing,
I sing for you, sweet Martin Luther King,
And the song I sing,
I sing for you, sweet Martin Luther King,

And as we walked the people gathered round him,
Open arms the only weapons that they bore,
He wore us into cloth of many colors,
And armed with love he marched us off to war.

And the song I sing,
I sing for you, sweet Martin Luther King,
And the song I sing,
I sing for you, sweet Martin Luther King.

The more he spoke of love the more they feared him,
The more he spoke the truth their lies would grow,
Then suddenly with no good-byes we lost him,
My sweet black prince of peace,
I miss you so

They cut his dreams down thinking they would not flower,
But he planted seeds everywhere he’d gone
So that someday in an endless field of colors,
A million dreams would bloom to carry on.

And the song I sing.
I sing for you, sweet Martin Luther King,
And the song I sing,
I sing for You, sweet Martin Luther King,

And the song I sing,
I sing for you, sweet Martin Luther King,
And the song I sing,
I sing for you, my sweet prince of peace,
My sweet prince of peace.



Don’t quit

 

When things go wrong, as they sometimes will,
When the road you’re trudging seems all uphill,
When the funds are low and the debts are high,
And you want to smile, but you have to sigh,
When care is pressing you down a bit,
Rest, if you must, but don’t you quit.

Life is queer with its twists and turns,
As every one of us sometimes learns,
And many a failure turns about,
When he might have won had he stuck it out;
Don’t give up though the pace seems slow–
You may succeed with another blow.

Often the goal is nearer than,
It seems to a faint and faltering man,
Often the struggler has given up,
When he might have captured the victor’s cup,
And he learned too late when the night slipped down,
How close he was to the golden crown.

Success is failure turned inside out–
The silver tint of the clouds of doubt,
And you never can tell how close you are,
It may be near when it seems so far,
So stick to the fight when you’re hardest hit–
It’s when things seem worst that you must not quit.

Auteur inconnu



What If I Am A Black Woman?

9120139775946469682081469309931269052a.jpg

What If I Am A Black Woman?

Is it a disease? Well, if it is, I sure hope its catching

Because they need to pour it into a bottle,

label it, and sprinkle it All over the people

men and women who Ever loved or cried,

worked or died For any one of us.

So…What if I am a Black woman?

Is it a crime? Arrest me!

Because I’m strong, but I’m gentle,

I’m smart, but I’m learning,

I’m loving, but I’m hateful.

And I like to work because

I like to eat and feed and

clothe and house Me, mine

and yours and everybody’s,

Like I’ve been doing for the

past 300 years.

What if I am a Black woman?

Is it insane? Commit me!!

Because I want Happiness, not tears;

Truths not lies; Pleasure not pain;

Sunshine not rain; A man not a child!

What if I am a Black woman? Is it a sin?

Pray for me! And pray for you too,

If you don’t like women of color

because we are… Midnight Black,

Chestnut Brown, Honey Bronzed,

Chocolate Covered, Cocoa Dipped,

Big Lipped, Big Breasted, and BEAUTIFUL

all at the same time!

So what if I am a Black Woman?

Does it bother you that much because

I want a man who wants me…

Loves me and trusts me, and respects me

And gives me everything because

I give him everything back, PLUS!!

What if I am a Black woman? I’ve got rights,

same as you! I have worked for them,

died for them, played and laid for them,

On every plantation from Alabama to Boston and Back!

What if I am a Black woman?

I love me, and I want you to love me too,

But I am as I’ve always been,

Near you, close to you, beside you,

strong giving, loving,

For over 300 years, Your Black woman…Love me!

Author Unknown

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube



Prendre un jour à la fois

 1363618838647146968208146935206266307569n.jpg

Soul’s Awakening by Keith Mallet

Entre fiel et miel
Les aubes se dévoilent
Sans cesse nous invitant
A embrasser l’instant

Caresses de ses sourires
Ou philtres lacrymaux
Enlacer chaque moment
Goulûment l’investir

Élargir les minutes
Amplifier les secondes
Ancrer l’évanescent
Au cœur du permanent

Les nostalgies d’hier
Paralysent le présent
Les fantasmes de demain
Anémient l’existant

Entre sourires et larmes
D’amour en désaccords
J’ai fait le choix de vivre
D’aimer quitte à pleurer

Prendre un jour à la fois,
Le vivre pleinement,
Passionnément l’étreindre
Sans le moindre répit

Puis le laisser mourir
A la jonction des temps
Pour accueillir l’aurore
Qui de la nuit éclot.

 
Image trouvée sur le site de Keith Mallet (artiste)
http://www.keithmallett.com/open_editions_1



« DEBOUT MAINTENANT, MON PAYS ET MOI  » (Aimé CESAIRE)

n68208146920972204516363.jpg

Il est des textes qui sont une rencontre, une fondation, une base de lancement de soi tout en étant un lieu qui permet de se poser pour penser. Ce sont des écrits que l’on ne devrait pas laisser dormir au fond d’un tiroir ou de la mémoire, mais les relire encore et encore En effet à chaque saison de notre parcours ils ont quelque chose à nous dire, à nous dévoiler.

Le texte d’Aimé Césaire n’a pas pris une ride. Nous pouvons le constater pour peu que nous ouvrions les yeux sur l’œuvre d’asservissement des consciences par la dévalorisation de soi qui a encore cours dans de nombreux afro descendants.

Oh ! Il est vrai que certains discours ouvertement racistes se sont tus. Cependant, des siècles de méconnaissance de soi et de l’autre ont laissé des traces, notamment dans l’arrogance avec laquelle les occidentaux commercent avec l’Afrique, et par le positionnement des nombreux dirigeants Africains dans le rapport à l’occident.

Mais il est une vérité : TOUTE ÉTOILE CHUTE DU CIEL EN TERRE A NOTRE COMMANDEMENT SANS LIMITE !

Ce ne sont pas les autres qui nous donneront une place à la mesure de notre valeur dans le concert des nations. C’est à nous de la connaître, de nous donner les moyens de nous y établir. Quelle est notre ambition, quelle est notre vision, quels sont nos rêves d’Afrique ?

Nous ne sommes pas par essence satellites d’une puissance n’en déplaisent aux “résistants” d’un ordre ancien né dans la violence et le déni d’humanité à l’autre. C’est à nous de le savoir et de le faire savoir. Notre commandement est sans limite quand nos consciences s’éveillent. Notre commandement est sans limite quand nous savons qui nous sommes et ce à quoi nous pouvons aspirer. Pour cela il nous faut des gouvernants qui ont des ambitions autres que leur gloriole et des intérêts personnels ou de clan. Il nous faut des dirigeants africains qui pensent l’Afrique pour elle même et pour ses filles et ses fils. Ils nous faut des dirigeants qui ont un rêve, une vision et une stratégie pour développer leur pays et éduquer ses ressortissants.Il nous faut autre chose que des satrapes au service de l’ancienne puissance coloniale et qui en attend les ordres les doigts sur la couture du pantalon, privilégiant la volonté de cette dernière sur la vie des populations. L’Afrique a besoin de dirigeants qui sont de véritables résistants, des femmes et des hommes qui combattent le viol permanent d’un ordre ancien qui refuse de mourir quand bien même il avancerait masqué derrière des résolutions des Nations Unies.

Oui toute étoile chute du ciel en terre et c’est d’égal à égal que nous commerçons avec les nations. C’est possible, c’est faisable, et c’est nécessaire. Sortons de l’esclavage mental !

 

Ne nous servons plus du passé comme d’un prétexte pour ne pas avancer ou pour verser dans un consumérisme contre productif. Utilisons-le comme une base de lancement de laquelle nous monterons pour aller vers ce « nous » auquel nous aspirons. Servons-nous de cette mémoire pour ne plus accepter la moindre infériorisation, le moindre manque de respect.
Refuser en éduquant, en ne tolérant plus que les chaines héritées de l’asservissement soient transmises à nos enfants. Déprogrammer la résignation et la tentation de mendier ce qui est à soi.

A l’échelle de nos nations, c’est à notre commandement sans limite que doivent tomber les « étoiles » qui se croient inaccessibles et omnipotentes. La prise de conscience que l’ordre actuel n’est pas immuable parce que nos pays sont à nous et non à une caste nous invite à l’action. C’est à notre commandement sans limite que nous devons leur faire comprendre qu’il n’est plus acceptable qu’elles dilapident impunément les richesses de nos nations à des fins privées, et que, plus grave encore, elles dilapident le potentiel des filles et fils d’Afrique en tuant l’espérance en un lendemain autre et meilleur.

Ce dont nous devons être conscients c’est que, comme pour les nations étrangères à l’Afrique, « à notre commandement sans limite, toute étoile chute du ciel en terre », même celle de nos « immuables » dirigeants .

Le pays ne se lèvera pas sans nous.
Nous n’irons pas loin si nous oublions le bien de nos nations.

 » Et nous sommes debout maintenant, mon pays et moi »

MON PAYS ET MOI tout est dit.

Merci à Aimé Césaire d’avoir écrit des mots qui sont son testament et nous sont source d’inspiration.

Merci à Lucien Dissake pour l’inspiration par la remise en lumière de ce texte éblouissant d’Aimé Césaire.

Je vous invite à découvrir les mots d’Aimé Césaire. Ils sont magnifiques et puissants. Combien il est heureux qu’il ne les ait pas retenus.


 » Et nous sommes debout maintenant, mon pays et moi, les cheveux dans le vent, ma main petite

maintenant dans son poing énorme et la force n’est pas en nous, mais au-dessus de nous, dans une

voix qui vrille la nuit et l’audience comme la pénétrance d’une guêpe apocalyptique.

Et la voix prononce que l’Europe nous a pendant des siècles gavés de mensonges et gonflés de pestilences,

Car il n’est point vrai que l’œuvre de l’homme est finie
Que nous n’avons rien à faire au monde
Que nous parasitons le monde
Qu’il suffit que nous nous mettions au pas du monde

Mais l’œuvre de l’homme vient seulement de commencer
Et il reste à l’homme à conquérir toute interdiction immobilisée aux coins de sa ferveur
Et aucune race ne possède le monopole de la beauté, de l’intelligence, de la force
Et il est place pour tous au rendez-vous de la conquête et nous savons maintenant

Que le soleil tourne autour de notre terre éclairant la parcelle qu’a fixée notre volonté seule

ET QUE TOUTE ÉTOILE CHUTE DU CIEL EN TERRE A NOTRE COMMANDEMENT SANS LIMITE »

Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal,
Ed. Présence africaine



Voyage d’une larme. Dédicace à une amie dans le chagrin

1363620679033646968208146936257434577619n.jpg

Une larme qui traverse

D’une face les paysages
Du regard au menton
Elle sillonne un visage

C’est celui d’une personne
D’un être qui nous est cher
Et sa peine nous déchire
Nous saisit aux entrailles

Entendre cette voix
Que l’on connait rieuse
Frémir de désarroi
Retenant des sanglots
Met le cœur en émoi.

On a l’âme qui se trouble
De ce chagrin qui hurle
Dans un silence humide
Dans une mer d’émotions

Il est perle et cristal
Ce pleur qui se répand
Parle qu’il coule de toi
Adoptée de mon âme

Car tu es loin de moi
Ma sœur par choix du cœur
Je me sens démunie
J’ai les bras inutiles

Comment trouver les mots
L’intonation, la voix
Qui inviteraient en toi
Quelque consolation ?

Les larmes que j’entends
Racontent des chagrins
Que les mots ne savent dire
Tes douleurs sont liquides

Laisse-les couler ma mie
Ne les enferme pas
Elles sont cri et prière
Elles nettoient les tourments

Par delà la distance
Je t’envoie mon amour
Et je sais que de là Haut
Le Père prend soin de toi

J’entends depuis ma foi
Un message pour toi
Qui dit que pour ta vie
Il y a de l’espérance.

@ Malaïka
14/12/2009

Dédicace à toi qui sais et que je t’aime.
Et à chaque ami(e) qui est dans la vallée de larmes



Dites à nos enfants qu’ils ne sont pas condamnés à l’échec. Dites leur que le monde leur appartient personne ne le fera à notre place

Ça y est- ça me reprend ce feu qui me saisit les entrailles. Cette passion qui me submerge et me met en état d’urgence. J’écoute en boucle « banlieusards » de Kery James rappeur sans concession. C’est un homme qui ne libère pas son rap pas dans le sens du poil d’une société qui voudrait qu’on célèbre une égalité qui n’est vraie que dans les texte mais qui est en échec sur le terrain de la pratique.

Ceux qui profitent largement du système chantent les louanges de l’égalité républicaine pour endormir les masses et nous pousser à nous contenter de ce que nous avons. Pourquoi rêver de palais alors qu’on a un terrier ? Oui il y a au moins deux France. Ce qui me met en mouvement c’est de secouer et d’encourager nos enfants pour qu’ils ne se contentent pas des strapontins sur lesquels on leur propose de faire leur voyage de vie. Je veux qu’ils se réveillent déterminés à secouer les jougs qui les retiennent dans des « identités déclassées ».

Merci à Kery James qui fait monter cette passion qui m’anime pour la génération d’après, cette jeunesse que j’ai à cœur. Je voudrais que chacun d’eux écoute ce morceau essentiel. Une jeunesse qui s’abime dans de territoires de désespérance. Une jeunesse qui grandit à l’ombre de l’échec comme si l’exclusion du système scolaire et le chômage et l’exclusion étaient la voie naturelle du banlieusard. Tragique formatage n’est-ce pas ?

La France peut être un rouleau compresseur des espoirs et un extincteur des rêves et des ambitions des descendants d’immigrés et des enfants issus des Caraïbes. Nos enfants évoluent dans un système qui les tuerait socialement dans l’œuf si leurs propres parents ne les rêvaient pas plus grands, ne les rêvaient pas aigles plutôt que poussins. Mais la génération des parents que nous sommes doit se défaire de ce que les extincteurs ont fait en eux. Se lever pour et avec la génération d’après. Ils sont la France.

Ne rêvons pas le système tel qu’il est conçu ne leur fera pas de place. L’égalité républicaine est un rêve qui confine parfois à la fumisterie. Dites leur que leur place est à prendre personne ne la leur donnera. Il faut qu’ils plus motivés, plus courageux que les autres. C’est injuste ? Probablement mais c’est ainsi.
Il faudra qu’ils la prennent en travaillant plus que d’autres, en rêvant plus grand que les autres, en croyant plus fort qu’eux. Il faudra qu’il aient deux, trois fois plus de courage que les autres.
C’est fini le temps de rêver juste d’un CDI au SMIC et de se croire arrivé si on peut avoir plus on va se donner les moyens d’y accéder. Nos enfants vont arrêter de déserter les lieux de scolarisation et de savoir. Ils vont s’instruire et ils sont riches d’un double ancrage qui devrait les mener plus haut que d’autres. LE SAVOIR EST UNE ARME.

Il y a d’autres montagnes à conquérir, il y a des plafonds de verre à faire exploser. Le rêve naît dans le regard des parents. Il grandit dans l’attention des aînés. Oui le système est tel que nous même plions souvent la tête plus qu’à notre tour mais il est temps de relever la tête pour eux, pour nous et par ricochet pour les terres de nos pères.

Pardon de m’immiscer dans ce qui à priori ne me regarde pas mais il y a dans mes entrailles ce cri et cette révolte : il est temps que nous nous levions, que « la deuxième France s’éveille ». Il temps de sortir des rêves étriqués et des réalités subies pour nous emparer des territoires sociaux de ce pays par le courage, le travail, l’ambition.

NOS ENFANTS NE SONT PAS CONDAMNES A L’ECHEC

J’aime que ce chant le dise dans une langue accessibles à vos enfants. Je trouve que c’est un bon coup de pied au derrière et un constat sans concession.
Pardon pardon mais quand ce feu me saisit je suis embrasée et vos enfants, je les aime forcément parce qu’ils sont un peu les miens. Ils iront plus loin que nous. Il le faut.

Amitiés à tous.

BANLIEUSARDS de Kery JAMES (la vidéo)
Image de prévisualisation YouTube

Banlieusards de Kery JAMES (Le texte) :

http://www.rap2france.com/paroles-kery-james-banlieusards.php




Know your worth

 

2523438515196646968208146944256232236131n.jpg

 

Not sure of the origin of this but READ…

In a brief conversation, a man asked a woman he was pursuing the question:

 »What kind of man are you looking for? »

She sat quietly for a moment before looking him in the eye and asking,

 »Do you really want to know? »

Reluctantly, he said,  »Yes ».

She began to expound…

 »As a woman in this day and age, I’m in a position to ask a man what he can do for me that I can’t do for myself. I can pay my own bills. I can take care of my household w/o the help of any man..or woman for that matter. So I’m in the position to ask,

 »WHAT CAN YOU BRING TO THE TABLE? »

The man looked at her.
Clearly he thought that she was referring to MONEY.

She quickly corrected his thought and stated.

 » Im not referring to MONEY. I need something more.I need a man who is striving for excellence in every aspect of life. »

He sat back in his chair, folded his arms, and asked her to explain.

She said,

 »Im looking for someone who strives for excellence mentally because I need conversation and mental stimulation. I dont need a simple-minded man.

Im looking for someone who is striving for excellence spiritually because I don’t need to be unequally yoked..believers mixed with unbelievers is a recipe for disaster. And even as a believer; he needs to believe as I do.

I need a man who is striving for excellence financially because I dont need a financial burden.

Im looking for someone who is sensitive enough to understand what I go through as a woman, and strong enough to keep me grounded when I go through changes.

I don’t need a man who is going to purposely bring me grief.

Im looking for someone who I can respect. In order to be submissive, I must respect him and he must respect me. I cannot be submissive to a man who isn’t taking care of his business or who is  »messy » in his personal affairs. I have no problem being submissive..but he has to be worthy. God made woman to be helpmate for man. I can’t help a man if he can’t help himself then he definetely can’t help me.

When she finished her spill, she looked at him. He sat there with a puzzled look on his face. He said,  »You are asking a lot.

She replied,  » I’M WORTH A LOT. »

Send this to every woman you know who’s worth a lot. You never know she may be suffering from low-self esteem and may not know her worth.

And send this to every man who needs to know this and ask him:

 » WHAT CAN YOU BRING TO THE TABLE? »



1234

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo