Patrick BEBEY en concert le 10 Mars au Zèbre de Belleville

patrickbebey1.jpgJe ne sais pas pour vous mais j’aime que les musiciens me surprennent, me transportent, me fassent sortir des sentiers battus de la musique sans surprise qui inonde les ondes. J’aime que le temps d’un concert voire de l’écoute d’un CD, je sois ailleurs, que l’artiste par son univers, son talent, sa sensibilité et sa créativité se saisisse du lasso d’une note ou d’un accord pour capturer mon attention. Patrick Bebey est de ceux là.

Il y a plus bientôt deux ans, je l’ai vu dans une petite salle de concert à Paris et il m’a, il nous a offert, par sa musique, un magnifique voyage.

Ce musicien multi instrumentiste est un explorateur de sons qui vous ballade d’une forêt tropicale d’Afrique à l’Amérique du Sud sans rupture. L’artiste qui a commencé sa carrière professionnelle en 1986, en tant que musicien a été au contact de musiques africaines d’horizon divers, il a par ailleurs œuvré dans des formations de jazz en tant que pianiste, et a accompagné des chanteurs de l’hexagone. L’homme a visiblement absorbé des influences musicales et sonores sur plusieurs continents. C’est ainsi que son univers musical est à la fois surprenant et cohérent.

Son talent de musicien n’est plus à prouver son parcours musical parle de lui-même. Heureusement parce que l’homme n’est pas disert. Comme les artistes, son langage est son art et le lieu de rencontre avec lui. Des figures importantes de la musique telles que Miriam Makeba, Francis Bebey, Papa Wemba, CharlElie Couture, Geoffrey Oryema, Ray Lema, Wasis Diop et  bien d’autres ont fait appel à son talent de pianiste et de réalisateur pour un album ou un autre.

Le talent de Patrick Bebey aura mûri au en travaillant pour et avec d’autres. Belle école pour laisser parler son propre univers le temps venu.

Ce 10 Mars à 20h30, Patrick Bebey présentera son album « Oa na Mba ».

Le titre de l’album est en soi un jeu de mot qui apparaît à qui est attentif. Il ressemble à l’artiste tout en finesse, en pudeur et en nuances. Oa na mba en langue Duala veut dire d’une part « toi et moi » et d’autre part « tu dis que c’est (à) moi ».
Dans cet album voulu comme un hommage à Francis Bebey son père disparu il y a la double dimension du duo par delà les mondes entre le père et le fils unis par la passion de la musique et des explorations sonores. Il y a aussi le passage de témoin « tu dis que c’est à moi, que c’est mon tour ». Il prend son tour avec grâce et maestria ! Dans l’album il y a une chanson, une mélopée superbe qui de cette absence majeure.

L’Album est superbe. Patrick est un défricheur de son absolument extraordinaire et le voir sur scène est un bonheur. Simplicité, humour,  convivialité, et décontraction accompagnent la beauté de sa musique.

Patrick nous offrira aussi des titres de son prochain album. J’ai hâte de les découvrir !

Les franciliens ont la possibilité de rencontrer cet univers musical à Paris :

LE 10 MARS au ZEBRE DE BELLEVILLE

à 20H30

 Metro : Belleville ou Couronnes

Prix des places : 13€ ou 15€ (selon que l’on ait réservé ou pas).

Réservations : reservation.sinaperformance@gmail.com

(En précisant votre nom et le nombre de billets que vous souhaitez réserver. Le paiement se fera en caisse le jour du concert et chaque billet vous coûtera 13€)

Pour ceux qui n’auront pas réservé le prix de la place sera de 15€

Patrick Bebey sera accompagné sur scène de :

Luiz Augusto Cavani :   batterie
Moussa Sissokho :         percussions
Marc Bertaux :              basse


Merci de faire passer l’information



We are the world for Haiti

Haïti au coeur

 

haitichrie.jpg

Haïti au coeur

Haïti,

Haïti chérie

Image de prévisualisation YouTube



Nelson Mandela, une âme indomptable, un héros dans le siècle

J’ai pour Nelson MANDELA une admiration sans bornes et un profond respect.

Il fait partie de ces hommes (j’utilise le mot homme dans son acception générique) qui m’inspirent et me donnent envie de me dépasser et d’espérer encore en une humanité plus belle.

Sa vie n’intimide pas, elle inspire, défie, et encourage. Derrière l’icône planétaire se trouve un homme à l’âme indomptable, un homme qui a refuser de se laisser briser par un régime abject, un homme qui a mis sa vie et sa famille au second plan parce que la cause du plus grand nombre primait sur ses intérêts particuliers. C’est de cette race d’hommes que l’Afrique a besoin. Puisse cette vie au delà des louanges légitimes inspirer et faire lever, et pourquoi pas en nous, ces leaders qui nous manquent et qui construiront dès aujourd’hui notre continent.

Le vingtième anniversaire de sa libération est une occasion de lui rendre hommage par un montage vidéo.

http://www.dailymotion.com/video/xc7881

Le parcours de cet homme ne doit pas faire de nous des statues de sel à force de regarder en arrière mais être une émulation pour que notre génération ne trahisse pas sa mission. Nous sommes responsables de notre continent devant ceux qui nous ont précédés et ceux qui nous suivront.

Merci Madiba pour l’exemple.

A notre tour de nous lever et de bâtir fortifiés par l’exemple de son âme indomptable, choisissant de devenir capitaines des nôtres.

Amandla !

 

 



Mon panthéon personnel : des visages, des voix, des vies qui m’inspirent

mosaiqueafrique.jpg

Ce sont des visages, des voix, et des messages qui m’inspirent, me défient, me remettent en question et me donnent envie de me lever pour avancer dans ma vie  et participer à faire avancer les choses.

Ils me sont une saine contagion, magnifique une émulation, parfois une intimidation tant leurs vies sont nobles. Ils sont de précieux carburants quand l’espérance en l’humain ou les circonstances pourraient me conduire à baisser les bras.

Certaines de ces personnes ont versé leur sang pour nous ouvrir la voie vers la liberté. Merci à eux.Au nom de leur sacrifice nous devrions avoir la quête de la liberté et de la dignité de l’homme exigeante.

Le film qui suit se veut un hommage certes imparfait, mais sincère. Il se veut un rappel pour que ces visages ne soient pas oubliés au milieu des clameurs des « héros » éphémères et auto-proclamés de notre temps. Il s’en lève chaque jour des demi-dieux en carton pâte qui habillent par la communication et les apparences un vide de sens.

J’admire les esprits brillants et engagés qui par leurs écrits, participent à structurer ma façon de penser le monde.Puissent ces vies être des vents sous les voiles de nos luttes pour accéder à la liberté, à la démocratie et à la dignité dans nos pays.

Tant d’afro descendants ont livré leur sang pour libérer leur peuple sur la terre d’Afrique ou sur d’autres continents.

L’état des lieux de la situation des fils d’Afrique fussent ils de la diaspora ou de la terre mère n’est pas à la hauteur du sacrifice de leurs vies. Ils ont payé ce prix ultime pour que nous ne soyons plus comptés parmi les damnés de la terre.

Qui se lèvera pour prendre la suite de la course ? Notre génération et celle de nos enfants peut choisir secouer les jougs qui la gardent dans la résignation ou dans une admiration passive pour décider de devenir actrice de son histoire. Ils y a tant  de terres de liberté, de dignité, de démocracitie, d’égalité à conquérir ou à reprendre.

Nous avons une responsabilité vis à vis de la génération qui nous a précédés et vis à vis de celle qui nous suit. Tel était le message de Frantz Fanon.
Respect et gratitude à vous mes héros.

Avec passion pour la terre de mon coeur.

Amandla !

Je vous laisse découvrir la vidéo que j’ai faite pour rendre hommage à ces femmes et hommes et pour les remercier d’avoir croisé ma vie, nos vies.

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube



Oh oh oh oh Mandela Day !

cadremandeladay.jpg

 Le 11 février 1990.

 

20 ans déjà.

 

Je n’oublierai jamais

 

La force de ce jour.

 

Il nous était enfin rendu.

 

Il était magnifique,

 

Tout en lui respirait

 

Une grande sérénité.

 

J’espérais avec force

 

Qu’il ne trahirait pas

 

La force de nos espoirs

 

Et il ne l’a pas fait

 

Merci à notre héros.

 

Merci Madiba.

 love.gif



Ann Peebles en live avec Joe Duke

Image de prévisualisation YouTube



Candi Staton : Glorify

Chanteuse de soul et de gospel, Candi Staton a une voix magnifique. Ce chant enchante mon âme ce matin. Je partage alors qu’il me transporte.

http://www.dailymotion.com/video/x7q072



Ann Peebles : Until you came into my life

Un bijou de la soul music par une chanteuse dont la voix me bouleverse inexplicablement. La chanson est superbe certes mais il y a ce petit plus qu’elle apporte par la manière dont elle pose sa voix. J’aime beaucoup.

http://www.dailymotion.com/video/x9ctam



« Invictus » de William Ernest Henley

 

Ce poème est magnifique. Il me touche d’autant plus qu’il est semble t-il le poème préféré de Nelson Mandela. L’on peut, à la lecture des mots qui le composent, mesurer la force de la poésie.
Invictus ne veut pas dire invincible, mais invaincu.
Mandela est pour moi un bel exemple d’un homme invaincu, d’un homme à l’âme indomptable.
A l’idée que ces mots l’ont accompagné dans les années terribles qu’il a dû traverser ils semblent se dilater et m’inviter à y puiser quelque encouragement pour ma vie, pour ma terre.

« Depuis l’obscurité qui m’envahit,
Noire comme le royaume de l’enfer,
Je remercie les dieux quels qu’ils soient
Pour mon âme indomptable.

Dans l’étreinte féroce des circonstances,
Je n’ai ni bronché ni pleuré
Sous les coups de l’adversité.
Mon esprit est ensanglanté mais inflexible.

Au-delà de ce monde de colère et de larmes,
Ne se profile que l’horreur de la nuit.
Et pourtant face à la grande menace
Je me trouve et je reste sans peur.

Peu importe combien le voyage sera dur,
Et combien la liste des châtiments sera lourde,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme. »

 

20150_295898101469_682081469_3996053_3685884_n dans Nelson Mandela

 

« Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbow’d.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul. »



Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo