Blick Bassy : Maria

Jeune et talentueux artiste originaire du Cameroun dont j’ai déjà parlé sur le blog, Blick Bassy dont nous étions nombreux à attendre l’album  et je ne suis pas la seule à penser qu’il est réussi.  Je vous conseille son album Léman (Miroir). J’aime la manière dont ce chanteur fait résonner le bassa sa langue maternelle. Bien que cette langue ne soit pas la mienne et que je ne comprenne pas ce qu’il dit il y a une grâce, un talent qui font que tout naturellement j’y entre et la visite sans le moindre sentumen d’étrangeté.

Maria est l’une des premières chansons que j’ai découverte. Je ne m’en lasse pas. 

 

Image de prévisualisation YouTube



Retrouver l’âme de notre terre pour bâtir ensemble : une réflexion autour de Tet’ekombo hommage à Rudolph Douala Manga Bell

photo2.jpgJ‘ai écouté ce soir une chanson qui m’a touchée et comme souvent a fait naître en moi des émotions et des réflexions. Les hélices sous mon crâne comme à leur habitude prennent leur indépendance et m’entrainent vers des réflexions non anticipées (oh l’excuse nulle hi hi !). Il n’est pas question ici de m’étendre avec une érudition factice sur la musique, les notes ou les accords mon seuil de compétence technique en matière de musique mange les pissenlits par la racine. Et c’est peu de le dire. C’est une chanson de Charles Ewanje qui me touche parce qu’elle fait oeuvre de salut public. Comment ça oeuvre de salut public ? Me serais-je en douce mise à fumer de la moquette ? Que nenni les amis ! Je ne fume ni moquette ni rideaux.
Pour moi, on fait œuvre de salut public quand on travaille à ne pas se laisser perdre la mémoire. Quand on ramène à la vie des figures du passé que l’histoire officielle enterre opportunément ou non.
Il y a quelques semaines j’ai lu un article qui disait que la majorité des jeunes camerounais en général, et même les Sawa ne savaient pas qui était Rudolph Douala Manga Bell ! Caramba y carambista ! J’en aurais perdu mon dentier si j’en avais eu un. En une génération à peine des figures essentielles de l’histoire du 20ème siècle sont progressivement gommées de la mémoire collective. Pour être remplacées par qui ? Par quoi ? Par quels héros, quelles référents positifs pour se bâtir ? Bien qu’ayant subi la dictature de Zembla, Tarzan etc, nous avions au moins été enseignés sur Douala Manga Bell, sur Martin Paul Samba, sur la résistance au colon allemand même si d’autres étaient opportunément passés sous silence. Et voici que la jeunesse de mon pays n’a pas eu vent de leur rôle dans l’histoire du Cameroun ! Et nombre de ces jeunes vous situeraient peut être Napoléon et Bismarck sans hésiter. Je crie au viol ! Viol de la mémoire rapt de l’identité collective. Quand on mentionne Martin Paul Samba des billes remplacent les yeux de notre fringante jeunesse en se disant « na who that ? »

Rudolph Douala Manga Bell : une figure essentielle de l’histoire de ma terre. Un homme dont l’âme peut des inspirer générations. Un de ces hommes qui a dit non à un pouvoir colonial injuste, insultant et sans vergogne. Rudolph Douala Manga Bell comme Martin Paul Samba martyrs du Cameroun sont des noms que la mémoire collective ne doit pas laisser se perdre pour rappeler que l’âme de notre terre c’est la liberté. « Va debout et jaloux de ta liberté ! »
Mais où va un peuple qui avance sans racines ? Et comment peut on ne pas prendre conscience que la mémoire commune, les figures héroïques communes participent à la construction de l’âme d’une nation ? Hééééééééééé ! Entendez vous le crépitement des bibliothèques qui brûlent ? On va arrêter ! A l’ère d’internet et de la communication, il est possible d’œuvrer au travail de mémoire pour les générations. Attendre passivement le biberon de la connaissance de notre histoire, compter sur les autres pour la transmettre à nos fils est un leurre. En revanche, si les uns et les autres nous faisons fourmis pour aller chercher ça et la un morceau de la mémoire collective pour participer à la construction, la reconstruction, la réappropriation d’un socle commun qui participerait à bâtir cet « être ensemble » qui fait l’âme d’une nation par delà les clivages ethniques et sociaux. Clivages soit dit en passant largement instrumentalisés par ceux qui ont intérêt à l’oubli voire à la négation du rôle des figures historiques de nos nations africaines. Clivages qui font le lit de guerres sanglantes et qui font le tour des médias internationaux liant l’Afrique à la barbarie. Hum… Jusqu’à quand notre histoire sera t-elle prise en otage, truquée ou tronquée pour éviter que se relève l’âme de nos nations ?

J’ai vu récemment sur une page sur Internet des visages de Camerounais qui ont compté dont je ne connaissais pas le contour des traits. Pour l’anecdote je connaissais le nom de Mbappe Leppe légende du football camerounais mais pas son visage et voici que je découvre un visage qui m’émeut et un sourire à me redonner 15 ans et trois mois mais là n’est pas le propos (hihi). Merci à celui qui m’a permis de mettre des visages sur bien des figures immenses du Cameroun il se reconnaitra ( heu bro j’ai piqué la photo sur ta page oh la voleuse !). Aller à la rencontre de son histoire, s’enraciner permet de pousser haut et fort. Certains vont encore m’accuser « d’Etiennadiction » (addiction assumée soit dit en passant) mais je conseille l’écoute de « Miso ma Munami » les yeux de mon fils qui disent l’importance de transmettre le socle historique et culturel à nos enfants et les étoiles qui se lèvent dans leurs yeux sont des semences pour voir pousser haut et fort et oser aller à la rencontre d’eux mêmes.

C’est pour toutes ces raisons que je suis reconnaissante à Charles Ewanje qui a pris sa guitare, ses mots, sa sensibilité pour dire la mémoire d’un homme que nous ne devrions pas nous donner le droit d’oublier. Il fait partie de ce socle commun qui nous rappelle que notre âme s’appelle liberté et nous appelle à être debout à l’intérieur et à résister à ce qui viole ce que nous sommes.
La vidéo sur You Tube raconte de manière sommaire la vie de Rudolph Douala Manga Bell et c’est déjà un début, une semence pour les générations qui ne savent pas qui il était.

Et voici que de mon coeur, du fond de mes entrailles, jaillit une ritournelle , un chant, une mélopée qui met en émoi. Le Cameroun au coeur, celui que je chéris  jaillit de mes entrailles  par des mots qui s’écoulent me ramenant à et l’appelant à moi :

Mon Cameroun ma terre,
Cameroun mon pays,
Cameroun terre de mes pères
Cameroun mon amour
Cameroun de ma joie
Cameroun de mes larmes
Cameroun de mes prières
Cameroun de mon chant
Cameroun mon espérance
Cameroun ma douleur
Cameroun ô sublime
Vibration de mon cœur,
« Va debout et jaloux de ta liberté ! »

Ce Cameroun qui m’est cher la sève de mes racines. Cette terre qui m’est chère et que j’emporte en moi qui souvent me conduit de la joie à la rage, des larmes à l’espérance. Et le rêve qui m’habite c’est qu’un jour ensemble nous bâtissions ce « nous » que mérite notre terre. Que ses filles et ses fils connectés à ce qu’ils sont soient enfin les acteurs de sa destinée.

Merci à Charles Ewanje pour rappeler combien le souffle qui animait cet homme nous manque !

Merci à Douala Manga Bell d’avoir donné sa vie par ce qu’il était libre.

Tet’ekombo di meya oa
Image de prévisualisation YouTube

 



La dernière lettre de Patrice Lumumba

lumumba.jpgA la confluence des cultures, il est des choses qui font que d’Afrique, d’occident ou d’ailleurs, des choses nous sont communes. L’une d’elle est l’importance immense que l’on donne aux derniers mots d’une personne qui meurt. Cette importance est magnifiée, amplifiée par la conscience de sa probable mort prochaine que l’on prête à celui qui est mort. En cela ses mots deviennent testament et une lettre privée devient patrimoine commun à ceux qui sont dans le cours de l’histoire. La dernière lettre connue de Patrice Lumumba à son épouse Pauline vaut la lecture parce que l’homme privé se confond avec le combattant, invite son épouse dans cet absolu pour lequel il va donner sa vie. Cet absolu pour lequel on va lui prendre la vie avec violence, l’assassiner. Patrice Lumumba est de ces hommes dont le passage et la mémoire sont des lueurs sur bien des parcours de vie et, dans mon panthéon personnel il a une de ces places que choix qui attise mes panafricanismes et mes passions d’Afrique.

 

Comme il est utile de puiser aux sources de ces vies des inspirations pour aller de l’avant et construire. Parce que les mots de Patrice Lumumba revêtent à postériori une dimension testamentaire leur force et leur résonance est d’autant plus grande et l’on se surprend à admirer celui qui a érigé en valeur absolue l’indépendance, la dignité et la liberté de son pays au point de les faire primer sur sa vie. Hommage respectueux à la mémoire et à la vie de celui qui demeure pour moi un exemple, un modèle, une inspiration. Il est une Afrique autre que celle véhiculée par des satrapes qui ont dans un intérêt commun avec ceux de leurs complices à donner de notre terre une image de continent désespéré, dépendant par essence et mendiant pour survivre. De la terre d’Afrique une voix a résonné en son temps pour dire :

« Ni brutalités, ni sévices, ni tortures ne m’ont jamais amené à demander la grâce, car je préfère mourir la tête haute, la foi inébranlable et la confiance profonde dans la destinée de mon pays, plutôt que vivre dans la soumission et le mépris des principes sacrés. »

Merci Patrice Lumumba pour l’exemple.

Bonne lecture à tous, inspirons et laissons-nous inspirer par ces vies et ces voix qui nous rappellent que notre futur ne se dessine pas dans une échine constamment courbée. Des vies qui nous rappellent que les fatalismes de nos désespérances peuvent laisser la place à des têtes levées qui embrassent à nouveau des rêves et des destinées d’Afrique. Il est une autre Afrique à bâtir, à réinventer, à redécouvrir, à rencontrer à réveiller. Une Afrique mise en sommeil par une histoire à assumer et à dépasser. Nkosi Sikeleli Afrika. Que Dieu bénisse l’Afrique

___________________________________

Ma compagne chérie,

 

Je t’écris ces mots sans savoir s’ils te parviendront, quand ils te parviendront et si je serai en vie lorsque tu les liras. Tout au long de ma lutte pour l’indépendance de mon pays, je n’ai jamais douté un seul instant du triomphe final de la cause sacrée à laquelle mes compagnons et moi avons consacré toute notre vie. Mais ce que nous voulions pour notre pays, son droit à une vie honorable, à une dignité sans tache, à une indépendance sans restrictions, le colonialisme belge et ses alliés occidentaux – qui ont trouvé des soutiens directs et indirects, délibérés et non délibérés, parmi certains hauts fonctionnaires des Nations-Unies, cet organisme en qui nous avons placé toute notre confiance lorsque nous avons fait appel à son assistance – ne l’ont jamais voulu.

 

Ils ont corrompu certains de nos compatriotes, ils ont contribué à déformer la vérité et à souiller notre indépendance. Que pourrai je dire d’autre ?

 

Que mort, vivant, libre ou en prison sur ordre des colonialistes, ce n’est pas ma personne qui compte. C’est le Congo, c’est notre pauvre peuple dont on a transformé l’indépendance en une cage d’où l’on nous regarde du dehors, tantôt avec cette compassion bénévole, tantôt avec joie et plaisir. Mais ma foi restera inébranlable. Je sais et je sens au fond de moi même que tôt ou tard mon peuple se débarrassera de tous ses ennemis intérieurs et extérieurs, qu’il se lèvera comme un seul homme pour dire non au capitalisme dégradant et honteux, et pour reprendre sa dignité sous un soleil pur.

 

Nous ne sommes pas seuls. L’Afrique, l’Asie et les peuples libres et libérés de tous les coins du monde se trouveront toujours aux côtés de millions de congolais qui n’abandonneront la lutte que le jour où il n’y aura plus de colonisateurs et leurs mercenaires dans notre pays. A mes enfants que je laisse, et que peut-être je ne reverrai plus, je veux qu’on dise que l’avenir du Congo est beau et qu’il attend d’eux, comme il attend de chaque Congolais, d’accomplir la tâche sacrée de la reconstruction de notre indépendance et de notre souveraineté, car sans dignité il n’y a pas de liberté, sans justice il n’y a pas de dignité, et sans indépendance il n’y a pas d’hommes libres.

 

A mes enfants que je laisse et que peut-être je ne reverrai plus, je veux qu’on dise que l’avenir du Congo est beau.

 

Ni brutalités, ni sévices, ni tortures ne m’ont jamais amené à demander la grâce, car je préfère mourir la tête haute, la foi inébranlable et la confiance profonde dans la destinée de mon pays, plutôt que vivre dans la soumission et le mépris des principes sacrés. L’histoire dira un jour son mot, mais ce ne sera pas l’histoire qu’on enseignera à Bruxelles, Washington, Paris ou aux Nations Unies, mais celle qu’on enseignera dans les pays affranchis du colonialisme et de ses fantoches. L’Afrique écrira sa propre histoire et elle sera au nord et au sud du Sahara une histoire de gloire et de dignité. Ne me pleure pas, ma compagne. Moi je sais que mon pays, qui souffre tant, saura défendre son indépendance et sa liberté.

 

Vive le Congo ! Vive l’Afrique !

200pxpatricelumumba.jpg

Patrice Lumumba



Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo