Le lion est mort hier soir

Nouvelleimage.gif picture by maddyspaceQuand son jour s’est levé
La nuit t’avait happé
Elle savait pas encore
La visite de la mort

Et ses éclats de rires
Contredisaient les larmes
Qui là bas sur sa terre
Inondaient les visages

Son cœur n’avait rien dit
Et son âme rien senti
La vie a continué
Malgré ton échappée

Elle a pris ces bonheurs
Qui lui tendaient les bras
Elle savait tes combats
Mais elle te savait là

Tu ne pouvais partir
Aussi vite après ELLE

Il fallait que tu vives
Rêve de te retenir

Quand elle s’est réveillée
En elle tu étais vivant
La pensée de ta mort
Lui était inaccessible

Un mois et puis dix jours
Tu serais dans ses bras
Elle avait ta promesse
Et elle comptait les jours

Anticipant l’étreinte
Les moments de tendresse
Imaginant vos rires
Volés à l’agonie

Ton cœur était d’accord
Mais ton corps t’a trahi
Ton corps vous a trahis
Son cœur n’est pas d’accord

Demain en se levant
Elle devra affronter
Un autre « n’est plus là »
Au cœur de ses amours

Il paraît que c’est normal
Il paraît que c’est la vie
La seule vie qu’elle entend
Est cri dans ses entrailles

Le lion est mort hier soir
La joie s’endort ce soir
Elle s’use encore un peu
Confrontée à l’adieu

Je t’aimais.



4 commentaires

  1. natty 10 novembre

    c’est beau triste à la fois.
    Ta plume à ce truc qui ne me laisses jamais indemne après lecture…

    Merci precious sista.
    Mélancolies de Malaïka.

  2. marie 10 novembre

    C’est beau et triste, Natty a raison, je ne suis pas originale!
    Comme notre ombre la mort nous suit, le plus souvent on l’oublie, parfois elle semble plus présente.
    Mais de qui parles-tu? Quel lion est parti pour l’autre rive?
    Bisous Malaïka. Marie.

    Mon oncle très aimé.
    Merci ma Marie. Je t’embrasse

  3. Edouard 12 novembre

    Mes condoléances Malaïka. Je dois avouer que malgré la beauté du texte, j’ai été très intrigué et même embrouillé. Parce que je me demandais de qui tu parles. Surtout qu’il n’y pas longtemps… :(
    Au fait, félicitations pour ton post en hommage à Hoïgen Ekwalla. Je viens de le lire dans le quotidien le Jour paraissant au Cameroun.
    J’y découvre un prénom :)

    Merci pour l’appréciation du professionnel…Me voilà dévoilée frangin. :-)
    Celui que j’ai perdu c’était mon oncle. No comment. Though times. Once and again…

  4. tchitchi 13 novembre

    Mes condoléances Malaïka. Le texte est vraiment troublant et beau. triste et fort…

Laisser un commentaire

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo