Bisso na bisso : Tata Nzambe -Un cri qui rejoint mes cris d’Afrique, mes cris pour le Cameroun, mon pays blessé

Je n’ai pas de mots pour dire combien ce cri me touche. Cette chanson est sortie si mes souvenirs sont exacts au coeur d’une guerre qui a laissé exsangue un Congo déjà blessé par tant de guerres fratricides.

Tant de douleurs et de larmes d’Afrique sont contenues dans ce cri. Larmes de femmes, d’hommes et d’enfants. « La mère patrie pleure des rivières de sang » ça et là en Afrique. Larmes de sang qui recouvrent la terre parce que des humains ont l’outrecuidance de rêver leur vie autrement que sous le joug de la tyrannie, de la gabegie, de la corruption, des pouvoirs autocrates « de droit divin ». Un peuple qui a le mauvais goût de vouloir se réapproprier son destin et son droit au futur reçoit en retour exactions et vindicte d’Etat. L’Etat qui détient le monopole de la violence physique légitile selon Weber. Cette violence physique entre les mains d’un état délégitimé qu’est-ce que ça donne ?

Des opposants disparaissent au Tchad, au Cameroun les forces de l’ordre tirent sur la population sans sommation, au Kenya on confisque sans vergogne le pouvoir, instrumentalisant l’ethnicité pour ouvrir à la barbarie. Et « la mère patrie pleure des rivières de sang »

Dans mon pays on interdit à une télévision d’émettre probablement pour mâter les rebelles loin des caméras de télévision, pour enfermer dans le silence les cris nés de la terreur. Tant de « guantanamo » du côté de l’Afrique dans une sourde indifférence.

Quand de l’autre côté de l’océan la famille, les amis, le pays sont prisonniers d’une situation qui pourrait dégénérer en boucherie il dur de ne pas avoir peur. L’inquiétude et la peur de perdre les miens et mon pays paralysent mes capacités d’analyser, je suis dans l’instant et non dans la distance, dans l’émotion et non dans la raison. Je ne vais pas m’excuser ni regretter d’être humaine, simplement humaine. Et me voilà accrochée au téléphone pour être sûre qu’ils sont en vie, qu’ils sont prudents et qu’ils vont bien. Grâce à Dieu ma famille va bien, mais des morts dus à cette situation font couler des larmes dans ma grande famille du Cameroun, chez mes compatriotes, le peuple de mon coeur. « La mère patrie pleure des rivières de sang »

Je n’arrive même pas encore à me mettre en colère contre ceux qui au nom de leurs panses avides détruisent mon pays, mes frères et soeurs, nos enfants et leurs espoirs pour de meilleurs lendemains. Je n’arrive pas encore à les vomir alors qu’ils pèsent sur nos estomacs, nous un peuple à l’agonie. Le peuple dans la rue ose demander la changement. Crime de lèse ploutocrate. La paix sans le pain, tel est le deal que l’on nous propose. Et ce peuple d’abrutis qui ose descendre dans la rue pour demander que ça change. Ils osent avoir l’indignité aux lèvres. Ils aspireraient à la démocratie ? La démocratie kezako ?

Ils n’ont pas de pain ? Mais qu’on leur donne de la brioche et qu’ils ne nous saoulent pas avec des rêveries libertaires. Et pourquoi pas le gouvernement du peuple par le peuple pendant qu’on y est ? Et v’là t-il pas qu’il lui prend la fantaisie, à ce peuple de rêveurs de s’indigner de ce qu’un président veuille s’installer à vie à la tête de l’Etat au détour d’un tripatouillage de la constitution ? Mais de quoi il se mêle le peuple ? La constitution ça ne le regarde pas. Non mais ! Allez un coup de lacrymogènes et une pluie de gourdins sur le corps et ça devrait leur remettre les idées en place. Sion les laisse faire ils sont fichus de demander le rapatriement des capitaux dont le pays a été spolié. Qu’on les fasse taire.

C’est bien connu voyons bande d’ignares l’Afrique n’est pas mûre pour la démocratie. Jacques Chirac l’a affirmé en son temps. C’est bien connu l’homme africain est un enfant qui fantasme sur un passé merveilleux et qui n’a pas existé. C’est bien connu il est incapable de sortir de la répétition pour s’inventer un destin. Nicolas Sarkozy nous l’a dit en juillet 2007. Alors le petit peuple ne va pas se laisser aller à la fantaisie de sortir de la répétition pour s’inventer un destin. Il ne va pas s’égarer vers des aspirations démocratiques et des aspirations à une vie meilleure qui trancheraient avec l’infantisation dans laquelle bien des fantasmes l’enferment.

Et pendant ce temps un jeune homme devant le collège Alfred Saker de Deïdo aurait trouvé la mort pour avoir accompagné des amis devant le portail. Que voulez-vous nul n’est sensé ignorer la loi. Surtout si elle est martiale. Dans le cas d’espèce, la loi c’est le couvre feu. Mais non la police ne tire pas sans sommation dans les rues de Douala et d’ailleurs. La sommation a été donnée par la fermeté du discours présidentiel. Un homme averti en vaut deux. Quand je dis que je n’arrive pas à garder de la distance ? Voilà que je m’énerve n’est-ce pas ? Et pendant ce temps : « La mère patrie pleure des rivières de sang »

Je n’arrive pas à trancher entre la vindicte et l’analyse. Je verse dans un concept nouvellement fondé, celui de la vindicte analytique navigant entre émotion et raison. Souffrez que je déverse ma bile sur ceux à cause de qui des enfants de 8 à 12 ans sont dans la rue, formant une armée qui fait craindre le pire de ce que l’on a vu du Liberia au Congo en passant par l’Angola, l’ex Zaire et la Sierra Leone.

J’ai peur que mon pays enfante des enfants soldats. Je structurerai mon énervement plus tard, j’analyserai calmement plus tard. J’ai juste peur, et au nom de tous les miens j’espère que ceux qui sont au pouvoir ne radicaliseront pas leurs positions pour garder une illusion de force, de puissance et de légitimité. J’espère que l’on n’instrumentalisera pas la quête légitime d’une vie meilleure d’un peuple pour conquérir des positions de pouvoir. Les souvenirs de la Côte d’Ivoire, de la RDC, du Congo et d’ailleurs soulèvent des frayeurs irrépressibles car l’histoire de mon continent est jonchée de cadavres tombés au front des ambitions des hommes. « La mère patrie pleure des rivières de sang »

Quand un peuple aspire à la liberté, tôt ou tard il la conquiert. Quand la misère et la détresse deviennent des jougs intolérables, quand un peuple sait qu’on ne lui donnera pas ce à quoi il peut légitimement aspirer : liberté, éducation, soins médicaux, travail, avenir, alors il se lève pour aller l’arracher.

L’inconnue de l’équation c’est le prix à payer pour cette liberté, pour une vie meilleure. La somme sur la facture dépendra de la volonté des gouvernants à donner la primauté à la nation sur leurs ventres jamais rassasiés de leurs rapines et sur leurs tentations monarchiques.

La balle, à mon humble avis, est dans le camp d’une classe dirigeante repliée sur ses privilèges au détriment de la nation. La balle est dans le camp de ceux qui, s’il leur reste une once de considération à défaut d’amour pour la terre de leurs pères, sauront nous aider à tourner des pages sinistres sans bain de sang, parce qu’il auront compris qu’il serait temps de quitter la scène dans la paix.

Parce qu’il y a un temps pour tout, parce que l’aspiration à la liberté et à un monde différent est là, dans le coeur d’une nation, jusque dans les jeunes coeurs d’enfants pas encore adolescents, parce qu’il n’est plus possible que dès l’enfance on renonce à rêver et à espérer, il serait temps que les sourds entendent et que les aveugles voient. Croyez-vous qu’ils entendront le cri qui vient du coeur d’un pays ? Croyez vous qu’ils verront que l’heure est critique ?

En attendant je me laisse porter par la voix de cette chanteuse. En effet j’aime la voix de Mpassi la chanteuse, accessoirement cousine de Passi initiateur du projet. Sa voix est de celles qui atteignent l’intime de mon être pour et qui d’une certaine façon me racontent.

Dès le cri, l’onomatopée d’entrée je suis dans le chant, dans le cri, l’invocation,la supplique…Tata Nzambe !

http://www.dailymotion.com/video/1iPadNYw4Ffbs6Aef

[PASSI]
La mère patrie pleure des rivières de sang,
Le rouge est dans ses yeux, le peuple est mécontent.
Dans ces drames qui rentrent les armes du mal,
De qui coulent les larmes. Miséricorde à ces félins
Qui laissent veuves et orphelins. Vallées de l’angoisse,
Pêchés, enfant égarés, règne de la tristesse,
Beaucoup trop de gens sont tombés.
Tour à tour nos pays sont bombés, les nôtres bombés.
Jalousie, haine, hostilité, Ah ! Moundombé.
Tata Nzambé, Tata Nzambé
[LINO]
Les anges font la grève, mes rêves deviennent cauchemars
Une brève nouvelle du front, la sève du mal coule, fin de la trêve.
C’est comme une jungle en slalom entre flingues et came,
L’homme crève parce qu’Eve avait un faible pour les pommes.
Je lève les yeux, m’élève vers les cieux.
Dieu bénisse mon âme, préserve de la lame des
Envieux, du drame et du feu, ça crame, je rime,
Rame entre le crime et les pleurs, les fleurs fânent, la foi prime,
Lino en mission pour le seigneur.
Tata Nzambé, Tata Nzambé 

[D.O.C]
Des sorciers, des médiums et marabouts, des chiens enragés,
De l’opium le patron est le Moucouyou.
Des sorts jetés, tant de mort sur la jetée.
Prier et crier, de souffrance mon corps veut lâcher.
Je veux marcher auprès de l’Eternel, ne plus me faire acheter
Et fuir les querelles, dans un monde qui ne pardonne pas,
Sans foi ni loi. Tata Nzambé, ici-bas on a besoin de toi.

Tata Nzambé, Tata Nzambé

[BEN-J]
Que le Seigneur soit avec nous et avec notre esprit, afin d’affermir notre foi. Le bon chemin est si étroit que sa lumière nous éclaire Afin que l’on soit sur la bonne voie.
Au-delà des inéquités et des plaisirs charnels,
Bisso Na Bisso revient louer L’Eternel.
Les 7 anges ici-bas ont bien reçu l’appel.
Je prêche ces quelques mots, les yeux rivés vers le ciel.

Tata Nzambé, Tata Nzambé

[MYSTIK]
Au nom de Dieu le Tout-puissant, le Miséricordieux.
Louange à toi, Seigneur de l’univers.
Guide nous vers le droit chemin,
Chemin de ceux que tu a comblé de tes faveurs
Prions avec ferveur. Frères et soeurs,
Sachez attendrir vos coeurs.
Dans le jardin des hommes que la foi boulverse et gêne le pêcheur
Qu’elle incite, qu’elle entraîne à se dépasser, qu’elle communique
Quelle que soit ta foi, un seul Dieu unique.

Tata Nzambé, Tata Nzambé

[G-KILL]
Je ne suis sage qu’à mes propres yeux
Je veux ma place dans le royaume des cieux
Tata Nzambé, ta venue est proche, mes frères ouvrez vos coeurs
Ainsi que ceux de vos proches
Car dans sa droite une longue vie, sa gauche la richesse,
La gloire, là haut pas de mauvais esprits
Ni de bleu, ni de blanc, ni de rouge, le troisième millénaire se profile
Et la jeunesse voit rouge.

Tata Nzambé, Tata Nzambé

[CALBO]
Regarde ce que ce monde a fait de moi,
Ça fait des mois que je me cherche,
Pêche dans mes recherches, recherche
En vain des portes, une brèche.
À cent milles lieues sous la merde,
Ça merde à chaque fois, essaie de m’en sortir,
Écarte foi et opte pour 4 mois de folie.
Échappe-toi du chemin, il me disait « Viens dans la luxure,
Appelle tes potes, la belle vie pour tous, j’assure » Amen.
J’ai su me relever alors que d’autres reposent en paix,
Je dois ma vie à une seule personne dans ce monde,
Tata Nzambé.

Tata Nzambé, Tata Nzambé…
Alléluia, Alléluia…
Hosanna, Hosanna…
Tata Nzambé, Tata Nzambé…



17 commentaires

  1. RAYMAN 9 juin

    C’est une superbe chanson tant dans le rythme que dans le sens des paroles.
    j’aime tout dans cette chanson et surtout le clip dont une bonne partie est tournée au Sénégal.
    J’aimerais savoir la signification de « tata nzambé » et « Hosanna »

  2. Malaïka 10 juin

    Réponse à Rayman,
    Merci pour votre visite et je suis heureuse de croiser une personne touchée par cette chanson magnifique :-)
    Je ne savais pas que le clip avait été tourné au Sénégal. J’ai fait deux séjour dans ce pays et j’ai aimé (nostalgie…)
    Je ne parle pas le lingala mais il me semble que « Tata Nzambé » veut dire Dieu le Père ou Dieu notre Père et « Hosanna » veut dire etn hébreu : « Sauve o Dieu nous te prions »
    Pourla partie lingala s’il y a des compléments d’informations pour rayman n’hésitez pas à nous éclairer.
    Amitiés

  3. Michel-Forêt 4 juillet

    Ça parait que « tata nzambé » veux dire « père célèste » plus ou moins (père qui est en ciel, quoi).

  4. Malaïka 13 juillet

    Réponse à Michel Forêt

    Merci pour la précision. Amicalement

  5. Aurore 19 juillet

    venue par hasard sur votre blog , j’apprécie énomément celui ci.
    la musique africaine me touche beaucoup, tant les rythmes enjoués qui me donnent toujours le sourire que les paroles touchantes qui nous remettent les idées en place! j’ai lu que vous appréciaient la voix de Mpassy et bien … je vous livre un secret si vous ne le connaissez pas encore … écoutez  » JUA  » de Chébly et Mpassi , un album divin mélange de rumba congolaise et blues comorien , un délice, j’ai eu la chance de découvrir cet album sorti en mars, j’aimerais que vous le découvrez à votre tour … notamment le titre 11 intitulé « malaika » « les anges » en comorien, petit clin d’oeil .

  6. Malaïka 20 juillet

    Heureuse de trouver quelqu’un qui apprécie la voix de mpassi. Merci pour le secret je vais tâcher de découvrir ce duo. Je me délecte davance. Merci pour le clin d’oeil…

  7. Elenga 20 juillet

    Je garde un souvenir intarissable et impérissable de ces jeunes, qui ont fait plus que ces politiciens verreux et égoïstes qui divisent les enfants d’un même pays, pour s’enrichir davantage. Mundombe dans le texte signifie « noir ». C’est dit péjorativement comme pour désigner un idiot (comme nos gouvernants) qui le restera toute sa vie, pendant que les autres travaillent pour le bohneur de tous… Ah Mundombe…
    J’ai par ailleurs appris que les 2 bal, les jumeaux de ce groupe ont repris du service et font une tournée en France et en Afrique… Bon vent !

  8. Malaïka 20 juillet

    Bonsoir Elenga,
    Merci pour votre visite et pour les infos. Comme vous j’ai été touchée par la démarcje initiée par Passi qui a donné naissance à Bisso na Bisso. j’ai vu un clip dans lequel ils parlaient de la corruption qui gangrène nos nations. Je comprends la colère sourde d’un enfant d’Afrique face à ces « politiciens ».
    Merci encore pour votre passage.

  9. mhétos 10 août

    Bonjour a tous
    Je voulait moi aussi dir a quelle point cette chason m avait toucher car je suit un jeune afrik1 quia grandi en france et a l étranger et que ce type de musique m aide énormement a retrouver mes racine cette chanson a pris un sens diférent après que j ai passer un ans dans mon pays d origine grace a sa j est pu mieux comprendre le sens des parole de ce son.

  10. Malaïka 11 août

    Réponse à Mhétos,
    Bienvenue sur le blog.
    J’aurais aimé que vous nous en disiez plus sur le sens du son et de ce que vous avez compris des paroles. Ca doit être une vraie expérience que cette année là dans votre pays d’origine. merci d’être passé

  11. moundélé 29 février

    bonjour a toi et merci pour ton blog
    pour moi cette chanson me dechire le coeur et me touche enormement encore plus depuis que je suis allez au congo en 2007 j’y ait decouvert labas ce que je cherchais dans ma vie et une bonté d’ame de ce peuple extraordinaire
    j’y retourne mis installer le 20 mars et retrouver mes freres et mes soeur ainci que mon amie.
    tata n’zambé signifie dieu le pere tout puisant
    et bisso na bisso entre vous et nous
    et continu ton blog et super

    Merci Moundele pour ce commentaire. Merci de donner un bel aperçu du Congo. Bonne installation dans ce magnifique pays et mille souhaits de bonheur sous le regard de Tata Nzambe. Trouver ses racines c’est un incroyable privilège. J’ai passé deux ans de mes toutes premières années à Brazzaville. Le Congo garde pour moi de jolis parfums d’enfance et j’espère de tout coeur que le temps des larmes et du sang est fini, bisso na bisso. Merci d’apprécier ce blog. Amitié

  12. mikaoli 29 février

    Bonjour Malaïka
    Je viens de lire de trés beaux textes bonne idée de nous les faire partager.
    Je n’aime pas les tags en principe; mais là le texte est beau; si tout le monde entier pouvait le lire, il y aurait peut-être moins de haine; on peut toujours rêver!!!!
    « Si les bisous étaient de l’eau , je te donnerais la mer
    Si les câlins étaient des feuilles je te donnerais un arbre
    Si la vie était une planète je te donnerais une galaxie Si l’amitié était la vie , je te donnerais la mienne
    C’est la semaine de la famille et des meilleurs ami( es)  »
    Si tel est ton désir envoies ce message à ceux que tu considères comme des amis.
    En toute amitié en te souhaitant une agréable journée
    marilou

  13. binicaise 29 février

    Notre terre reste en nous quelque soit la distance qui nous en sépare, elle est nos racines, la musique est un lien même si parfois les paroles nous sont incomprehensibles.
    Bonne fin de journée bises Jacqueline

    Dernière publication sur Binicaise : Blog en pause pour une durée indéterminée.

  14. michelotte 29 février

    MALAIKA / JE CROIS QUE TON BLOG A UN GROS PROBLEME . REGARDE LE ;;;;STP JE NE COMPREND PLUS RIEN ?????????????
    calin de Michelotte

    Je ne comprends rien Michelotte, tu sembles être la seule à avoir un problème. Comme je ne vois pas lequel c’est je n’arrive pas à proposer de solutions. C’est frustrant !!!! Je suis désolée de ne pouvoir rien faire. Bises

  15. Melly 1 mars

    Oh la la, ton blog a mué ! – bravo !

    à bientôt pour plein de découvertes musicales !

    Merci pour ta visite. Amitiés

  16. skyllie 30 mai

    tres touchante

  17. tchitchi 14 octobre

    J’adore « tata Nzambé » ça me rappelle tant de choses. Nous avions effectué un voyage scolaire à Gorée le jour du tournage de cette chanson. J’en garde un souvenir aimu et des autographes de tout le groupe ( hihihihi, je sais, je sais, y a pas de jusctice)..j’ai rayé deux disques de Bisso Na Bisso…

Laisser un commentaire

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo