Savent-ils que c’est Noel ?

 

sansabri.jpg picture by maddyspace

 

C’est bientôt le jour de Noël et pour la plupart d’entre nous, bien au chaud dans nos appartements et autres maisons nous nous préparons à passer des moments chalereux au milieu de ceux qui nous sont chers. Il y en a qui anticipent déjà les visages émerveillés de leurs enfants au pied du sapin le 25 décembre. Ils voient déjà en pensée les étoiles dans les yeux de leurs petites filles et petits garçons face au cadeau tant espéré. Et les éclats de rire en famille, et les chamailleries usuelles quand le champagne ne pétille pas que dans les verres. D’autres pensent à tante Yvonne ou oncle Gérard qui sur le coup de minuit raconteront la même blague dont on ne connaitra jamais la fin tant le fou rire du conteur sera inextinguible. Noël et ses joies, ses jolis moments.

Il y a plus de vingt ans, au milieu des années 80, des visiteurs inattendus se sont introduits dans le confort de nos logis, emmenés par Yves Mourousi, Bernard Rapp ou Claude Sérillon. En les regardant, nous sommes devenus les témoins à la fois passifs et émus d’une tragédie qui se déroulait dans une Ethiopie victime de la sécheresse entre autres tragédies. Quand nous étions à table, et que la télévision nous montrait dans leur détresse habitaient un désespoir et une douleur qui prenait aux entrailles. Il y avait ces regards de mères et d’enfants dans lesquels semblaient lutter un désir de vivre et celui de quitter une vie devenue trop dure. Des yeux immenses d’enfants affamés hanteraient longtemps nos mémoires. les regards de ces enfants d’Ethiopie qui ne pensaient probablement pas à la venue d’un éventuel Père Noël, loin de nos sapins, de nos dindes aux marrons, de nos Ndole*, Ngodo**, Poisson Braisé, Poulet DG***, Yassa****, Tieboudienne*****, et que sais-je encore. Prisonniers d’une vie en pointillé, condamnés à survivre sans avoir pour autant les moyens de le faire, tels étaient les victimes de cette horrible famine. La télévision les faisait entrer chez nous égratignant un peu nos consciences, donnant comme un goût de cendres à nos repas. C’est à cette époque, le gratin de la pop music britannique s’est réuni à l’initiative de Bob Geldof et ils ont poussé un cri qui nous invitait à considérer ceux qui, prisonniers de la famine, étaient bien loin de nos Noël « Do they Know it’s Christmas ? »Je me souviens que ce chant m’avait touchée et j’avais acheté le 45 tours (45 tours kezako ?Clin doeil). Plus tard les Etats-Unis avec « USA for Africa » et des chanteurs français et francophones ont chanté les enfants d’Ethiopie s’engouffrant dans la brèche de cette nouvelle expression de l’implication des artistes dans l’humanitaire. Vingt ans plus tard nous sommes habitués à cette forme d’expression entre la famine, le tsunami, la lutte contre le sida et toutes les autres tragédies humaines dans lesquelles les artistes s’impliquent etc. On se souvient du disque pour soutenir les restos du coeur et la voix de Coluche « Moi je file un rencart à ceux qui n’ont plus rien, sans idéologie discours ou baratin. Je ne vous promettrai pas les toujours du grand soir, mais juste pour l’hiver à manger et à boire ! »

 

Noël 2007

Il fait froid. Il y a quelques jours un homme, un être humain est mort place de la Concorde synthétisant dans sa tragédie personnelle les contradictions fondamentales de nations riches. Mourir de froid et de misère à quelques pas du Crillon et des autres palaces parisiens, à quelques minutes du palais de l’Elysée. Hé oui ! Là tout près de nous des drames se nouent sous le froid où femmes et hommes dépouvus d’un toît s’abiment dans le désespoir et l’alcool. Savent-ils que c’est Noel ? Probablement parce qu’ils voient nos caddies remplis de cadeaux tandis que nos pensées sont légitimement prises dans l’organisation de nos festivités et quelquefois nous ne les voyons plus ou pire encore nous avons tellement intégré la présence de la misère à nos portes qu’imperceptiblement nous l’avons simplement intégrée dans le décor. En cette saison, l’on entend souvent dire que le sens de Noël c’est le partage. Et ces hommes et femmes, déclassés sociaux, expulsés de l’espérance, déchus dans bien des regards de l’état d’humains confinés qu’ils sont dans trois lettres fourre tout qui masquent d’immenses détresses et dans lesquelles on met ensemble des réalités disparates qu’il existe d’être humains : S.D.F.

Savent-ils encore ce qu’est Noël ? Depuis combien de temps n’ont-ils pas été au chaud un jour de Noël ? Alors que le jour de Noel approche mes pensée se tournent vers ceux qui moins chanceux que moi seraient heureux de recevoir comme cadeau une couverture, une soupe, un repas chaud, et pourquoi pas un regard, une parole et un sourire qui accompagneraient une éventuelle petite pièce, juste pour leur dire que nous les savons nos frères et soeurs en humanité.


Band Aid : Do they know it’s Christmas ?

Image de prévisualisation YouTube

 

* Plat typique du Littoral du Cameroun à base de légumes verts délicieux à s’en mordre les doigts.

** Plat du Cameroun fait à base de pistaches locale dans lesquels on met du poisson ou de la viande… A s’en mordre les doigts !!!

*** Plat du Cameroun fait de Poulet, Plantains et autres saveurs. Attention les doigts !Clin doeil

**** Plat du Sénégal à base de poulet

***** Plat du Sénégal à base de poisson

 

 



12 commentaires

  1. katara 23 décembre

    Oui tu as bien raison de faire cet article, j’ai parlé des sans abris il y a un peu plus d’un mois au début de l’hiver … Noël ce n’est pas que de la joie pour tout le monde loin de là.. gros bisous et bon week-end à toi

    Oui il y a des personnes seules, des personnes sans abri etc. C’est dur de se dire que tout près de nous on meurt de froid. Bises et merci pour ta visite.

  2. Nagagate 23 décembre

    J’ai connu il y a bien longtemps, cette période dans une situation presque similaire à celle que tu décris et je peux t’assurer que c’est très dur psychologiquement en plus de physiquement car malheureusement on ne peux pas faire autrement que de savoir que ce sont les fêtes de noel.
    Je souhaite à chacune de ses personnes de pouvoir s’en sortir et d’avoir la chance qu’une bonne âme leur tende la main. Car sans une aide extérieur il est presque impossible d’y arriver seul.
    Tout les ans lors de l’approche des fêtes de fin d’année, j’ai toujours une pensée pour toutes ses personnes qui sont seules et de plus en plus souvent dehors et comme ils ne méritent pas d’être traités différemment de nous autres entourés d’une famille ou d’amis et vivant bien au chaud, je leurs souhaite donc tout particulièrement un joyeux noël !

    Merci Nagagate pour ton intervention. La roue de la vie tourne quelquefois de manière tellement radicale que nul n’est totalement à l’abri d’un accident dramatique de la vie. J’espère qu’ils trouveront des mains tendues, une aide extérieure pour sortir du cycle de l’exclusion.
    Joyeux Noël à toi et encore merci.

  3. monétoile 23 décembre

    je viens te souhaiter de passer de très Heureuses Fêtes avec ta petite famille… .
    Bisous

    Merci, à toi aussi.

  4. saudade 23 décembre

    A toi Malaïka et à tous tes bien-aimés, je vous souhaite de Bonnes Fêtes de Noël ! Oui, la pauvreté existe et existera toujours et il faut y penser au quotidien, mais n’enlevons pas la Joie de Noël et son symbole, gardons-la précieusement pour être plus forts et donner d’avantage tout le reste de l’année. Que Noël puisse briller continuellement dans nos vies pour que ceux que nous rencontrons en profitent à leur tour…
    Bises affectueuses.
    Martine

    Merci Martine ! Oui je n’oublie pas l’espérance qui s’attache à cette célébration. Joyeux Noel à toi aussi et à ceux qui te sont chers. Bises

  5. Milla 23 décembre

    Hello Malaika, je trouve ça fou, j’ai encore en brouillon cette vidéo sur mon blog parce que je pensais à ceux qui ne passeront pas noel parce qu’ils ne savent plus ou ils en sont… quelle misère!, et je ne peux que m’incliner sur ton texte empreint de vérité, y penser est énorme et il faut te remercier pour ton empathie…

    bises et amitiés Malaika et merci pour ces coucous …Talk Talk aussi souvent que tu le souhaites…

  6. Petit Ange 24 décembre

    Oui et malheureusement il faut y penser…
    très bonnes fètes de noel à toi et ta famille…Milles bisous bien doux…
    Petit Ange…

  7. Lynn 24 décembre

    Bonjour Malaïka,

    Je te souhaite de passer de bonnes fêtes , meilleurs voeux à tous.
    Excellente journée
    Lynn

  8. katara 24 décembre

    Chère Malaika je te souhaite un joyeux noël et une très bonne soirée. gros bisous de katara

  9. marie 24 décembre

    ils le savent… mais ils sont seuls et c’est tellement triste!
    que cela ne t’empêche pas de fêter ce noêl dans la paix du coeur et l’amour. je t’embrasse malaïka. marie.

  10. vink 24 décembre

    Salut Malaïka

    C’est bien d’avoir une pensée pour tous ces gens qui n’auront pas la chance de célébrer ce jour si particulier.

    Je te souhaite de passer un très bon Noël
    Bisous

  11. Minipoucine 24 décembre

    Si seulement le monde pouvait être moins égoïste de façon générale et partager un peu plus, le temps d’une soirée…
    Merci à toi de penser à eux. Mes pensées rejoignent les tiennes.
    Joyeux Noël!:o)

  12. fulele 26 décembre

    Jooyeux noel à toi et à vous tous!
    « Savent-ils que c’est Noel ? » Oh que oui ils le savent mais n’y participent pas. Ils ne peuvent pas l’ignorer avec toutes ces lumières autour d’eux , et nous qui passant avec nos cadeaux.
    Merci d’attirer notre attention.

    Dernière publication sur maat ou vanite ? : UN MONDE SANS LES NOIRS

Laisser un commentaire

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo