Salut à Fred Chichin

fredchichin.jpg picture by maddyspace

http://fr.news.yahoo.com/public/20071128/img/pen-deces-de-fred-chichin-g-fe85f5580bd70.html

En 1985 un ovni déboule sur les ondes : Rita Mitsouko et leur « Marcia Baila »

Au jourd’hui pour paraphraser la chanson c’est la mort qui a assassiné Fred Chichin.

Cancer fulgurant…

Pensées émues à ceux à qui il va manquer dans la vraie vie et à Catherine Ringer son alter ego.

Même si je ne suis pas cliente de toutes les musiques je suis sensible à la créativité et à l’originalité et au coeurs des années 80 inondées par Stock Aitken et Matthewman et autres clones musicaux un vent d’originalité a soufflé par ce groupe.

Marcia Baila

Image de prévisualisation YouTube

Andy

Image de prévisualisation YouTube



Randy Crawford : joyau d’interprète

Que dire ? Je vous laisse vous émerveiller.

I’m glad there is you

Image de prévisualisation YouTube

The end of the line (avec Joe Sample). La classe !

Image de prévisualisation YouTube



Le groupe Shai : juste pour le plaisir d’entendre ces voix

Ecoutez simplement et savourez !

Baby I’m yours

http://www.dailymotion.com/video/5GBnzUFWRyWXR4HTt

If I ever fall in love (un accapela pour les harmonies)

http://www.dailymotion.com/video/6Wrtm24AWpoSU4HN2 

 



Soul II Soul : Back to life

femmeenchapeau.gif picture by maddyspace

Pour le plaisir, pour le souvenir, pour le présent. Le passé et le présent se confondent et se fondent dans une même mélodie au rythme des souvenirs qui dansent et rythment les danses du présent. Les parfums du passé et les fragances d’aujourd’hui se marient pour raconter un peu de soi, un peu de sa mémoire. Back to the past, back to the future, Back to life.

Est-il normal que la musique que j’aime ne prenne pas une ride à mes oreilles ? Back to life, back to reality allez on pousse les meubles et on se laisse porter. Qui se souvenait qu’on dansait comme ça ? Caramba ça ne nous rajeunit pas tout ça ! Clin doeil

Image de prévisualisation YouTube



Respects à Coretta Scott King

Une dame est passée…

CSK.gif picture by maddyspace



Kelly Price : For every mountain

Parce que Tu me vois. Parce que Tu es là. Merci…

http://www.dailymotion.com/video/5CdLRXyqvBl5LfMVO



Comme les aigles…

RetourlavieCommelesaigles.jpg picture by maddyspace



Monsieur Vicky Edimo bassiste. Ok je suis fan et j’assume !

covervickyedimopp.jpg picture by maddyspace

Il y a des voix, ils y a des mélodies, des atmosphères, des émotions qui font du bien à la mémoire. La voix, la musique, les mélodies, la couleur et les saveurs de celui que j’appelle Vicky Edimo en font partie. Je suis tombée dans sa musique alors que j’étais adolescente. « Je vous parle d’un temps que les moins de … ne peuvent pas connaître ». Je vous parle d’un temps où le clonage musical n’était pas de mise. C’était le temps où j’écoutais Toguy (mais où es-tu Toto Guillaume chanteur et producteur de génie), Dina Bell (Miel à mes oreilles), Ben Decca (Deïdo en avant), Eboa Lottin (Laisse tomber ça c’est la Master Class), Ekambi Brillant (Mot’a muegna), Francis Bebey (poète de son temps), Jean Dikotto Mandengue et tant d’autres. Il y avait hors de mes limites ethnocentrées Tala André Marie reconnaissable à la première note de musique, Anne Marie Nzie (grande dame de la chanson) Sam Fan Thomas dont le « sitcha » nous a fait danser à user nos souliers du côté du Timmys. Le clônage venu de l’identification au zaïko n’avait pas frappé la musique du Littoral du Cameroun. Mais où êtes vous ???? Je ne veux pas faire ma vieille mais quand même comme dirait une mamie qui se respecte la musique n’est plus ce qu’elle était. Voui ! voui !!! J’assume mes rides et mes nostalgies. 50 cent et Eminem ne passeront pas par moi. Ne me parlez pas non plus de Petit Pays ! (rires).

Je me souviens des chansons de Vicky Edimo qui est celui qui m’a donné mes premiers frissons à l’écoute de la guitare Basse qu’il faisait résonner. C’était avant Richard Bona, c’était avant Etienne Mbappe, c’était même avant Marcus Miller. C’est grâce à Vicky Edimo que je suis tombée incurablement amoureuse de la basse. C’est frustrant pour moi de voir qu’il n’est pas connu à la mesure de son talent. Mais je ne suis pas attachée de presse, je me contente d’apprécier et de le dire. J’entends dans ma mémoire sa voix rendre un hommage à sa mère qui fait écho à mes tendresses pour ma maman. La chanson que j’ai choisie n’est pas la plus emblématique de son talent de bassiste mais c’est elle qui me fait le plus voyager parce qu’il alliait avec brio la langue duala et le français les fondant dans une même émotion, dans une même nostalgie d’une une histoire d’amour enfuie et dont les pointillés s’effacent. Et puis c’était le temps des premières boums et des premiers slows (hihi). Caramba le temps passe ! Cachez moi ce cheveu blanc que je ne saurais voir !

Monsieur Vicky Edimo allie les sons Makossa (la musique de mon chez moi à mouahhhhhhhh) à la musique funk pour le bonheur des métissés culturels tels que moi. Si la basse est l’instrument de prédilection de ce musicien Vicky Edimo est multi instrumentiste. Je dois avouer que j’ai un reproche à lui faire (oui monsieur Edimo) la rareté avec laquelle il vient à la rencontre de ceux qui l’admirent. On va arrêter de faire le fantome monsieur Edimo (jeu de mots accessible à ceux qui comprennent le duala). Je vous encourage à écouter la chanson « Ongwanemo » elle est à tomber par terre. Comment la découvrir ? Vous voulez que je vous trouve l’adresse du disquaire le plus proche, non mais !!! (hi hi). Je l’écoute au moment où j’écris. Je m’accroche à ma chaise pour ne pas tomber. C’est la classe tant dans la ligne mélodique que dans les arrangements. Mister Edimo respect !

Le dernier album de Vicky Edimo s’intitule « Jambo Afrika » et il est à découvrir absolument !!!

En passant le Jambo Afrika est à découvrir je danse sur ma chaise. Ca devient grave cette histoire, si les chaises parlaient elle en aurait de belles à raconter. Les racines ont sur moi un effet à nulle autre pareil, « jambo, jambo ! ». Allez, on fonce sur le My Space de Vicky Edimo, on met le son à fond, « jambo, jambo ! ». Du cheveu à la plante du pied on danse les amis. On pousse les meubles et on y va. Rire

http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendid=124439420

Ecoutez le « nongo ponda » la mélodie est magnifique et les paroles me touchent. Et il y a en prime monsieur Manu Dibango.

Sur « skeletons » et « matanga » si quelqu’un doute que c’est un bassiste. Je vous laisse juges…Langue

Bref tout ceci pour dire que j’aime Vicky Edimo (qui l’eût cru à la lecture de ce qui précède n’est-ce pas ?Clin doeil), et que je suis fière qu’il soit l’un des talents de ma terre natale.

Pour acheter le dernier album de Vicky Edimo Jambo Afrika : http://www.nocturne.fr/produit.cfm?id_produit=7034&liste=vicky%20ed;0;0;0;0

Pour le plaisir du partage j’ai commis cette petite video pour vous faire découvrir un de ses standards repris en leur temps par Henry Dikongue et Tom Yoms notamment.

Onguele veut dire souviens-toi. Je me souviens…

Je vous invite à écouter Onguele avec un montage video que j’ai réalisé avec mes moyens rudimentaires et balbutiants.Clin doeil

http://www.dailymotion.com/video/4E8ySiqaucJXHoFZX

 

vicedimo.jpg picture by maddyspace



Battement d’ailes

Papillonbleu.gif picture by maddyspace 

battementdailes.jpg picture by maddyspace

Comme le battement d’ailes

D’un joli papillon

Tu as effleuré sa vie

Pour lui donner l’espoir

Les couleurs de l’attente

Se faisaient rose ou bleu

Pas besoin de choisir

L’essentiel était là

Tu étais dans sa vie

Et ses yeux s’attardaient

Sur des rayons qu’avant

Ils n’osaient regarder

femmeenceinte.gif picture by maddyspace

Tu as tout chamboulé

En elle autour d’elle

Dès avant ta venue

Tu régnais sur ses rêves

Germe de ses espoirs

Sa semence d’avenir

Couleurs aux tons pastels

Musique de ses attentes

Sublime chant Son âme

Tu étais son amour

Puis sans la prévenir

Sous un soleil d’été

Tu t’es évanoui

Prenant la clé des champs

Papillonmarron.gif image by maddyspace

Papillon éphémère

Trop beau pour perdurer

Tu lui as offert un rêve

Le réveil est amer

Depuis ta dérobade

Ses bras étreignent le vide

Quand elle dort elle te cherche

Au réveil tu es larmes

Dans un tiroir reposent

Une petite robe rose

Et une grenouillère bleue

Témoins de son malheur

papillons-53.gif image by maddyspace

Papillon éphémère

Son enfant sa douleur

Elle ne saura jamais

Si tu étais fils ou fille

Le papillon de rêve

S’en est allé trop tôt

Enfant indéfini

Espérance anonyme

Peu de personnes savent

Que tu l’as effleurée

Avant de t’en aller

Sans faire le moindre bruit

Il paraît qu’ils estiment

Qu’il est temps de guérir

Ils disent qu’il valait mieux

Te perdre sans te voir

bb1.gif image by maddyspace

C’est pire affirment-ils

De se voir naître un fils

De lui fermer les yeux

Pour ensuite lui survivre

Sa douleur et sa peine

Dépassent la date limite

Tacitement fixée

Par la délicatesse

Au cœur de leurs bonheurs

Des vies qui continuent

La durée du chagrin

Apparaît criminelle

enlarmes2.gif image by maddyspace

Alors elle ferme les yeux

Et ravale ses larmes

Elle a appris à taire

Les cris de ses entrailles

Alors que sa bouche rit

Prétendant qu’elle va mieux

Au fond de son cœur battent

Les ailes d’un papillon.

fairy-16.gif image by maddyspace

 

 



Beverly Knight : une voix de la scène soul

Je vous invite à rencontrer une chanteuse à la voix et à l’interprétation magnifique. Elle vaut largement le détour. Posez vous un instant et savourez. C’est soul, c’est classe. Née en 1972 cette chanteuse est britannique d’origine jamaicaine. Comme beaucoup de grandes voix de la soul, elle a fait ses classes en chantant du gospel. Je le trouve impressionnante de maîtrise vocale et la maîtrise n’aseptise pas pour autant le chant.

No one never love in vain 

Image de prévisualisation YouTube

Pieces of my heart

Image de prévisualisation YouTube 

En duo ave Lionel Richie : Endless love

Image de prévisualisation YouTube

Ne vaut-elle pas le détour ? Clin doeil



12

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo