Il n’est pas venu

romantik.jpg picture by maddyspace

Dans le vide le regard perdu 

Découvrir qu’il n’est pas venu 

Toute sa vie l’avoir attendu 

Cette rencontre l’avoir vécue 

Bien des fois par l’imaginaire 

Elle est au midi de sa vie 

Et tous ses rêves sont enfouis 

Sous des monceaux de désespoir 

Sous de nombreux rêves avortés 

Insuccès de ses espérances 

Fausses couches de rêves de mère 

L’enfant voulu n’est pas venu 

A jamais scellées ses entrailles  
 

 tristessebis.jpg image by maddyspace

 Sur ses joues coule de la rosée 

Le soir venu quand elle s’endort 

Et celui qui s’endort près d’elle 

Même s’il l’aime au plus fort 

N’a pas su apaiser l’angoisse 

Guérir de l’opprobre les morsures

Parfois elle se découvre haineuse 

Ne supportant pas sa tendresse 

Elle voudrait qu’il dise sa colère 

Face à ses échecs maternels 

Alors comme prise de folie 

Elle lui rend la vie intenable 

Voulant l’obliger à partir 

Avant que son coeur ne la quitte 

Le temps et l’espoir ont passé 

Elle n’a plus qu’une seule envie 

Dans un profond sommeil sombrer

De ceux qui oublient de penser 

Les rêves qui viennent à elle la nuit 

Lui offrent des entrailles remplies 

Dans ses songes elle est une mère 

Et les aurores la désespèrent  

Son regard totalement perdu 

L’est d’avoir tellement attendu 

Celui qui ne la rend plus mère 

Qu’au coeur de son maginaire 

Un frais matin du mois d’avril 

Elle sent sa raison en péril 

Elle sait qu’il est temps de fermer 

La porte d’espoir en prison muée 

Elle se saisit d’une main tendue 

lovers.gif lovers image by maddyspace

Celle de son homme tant négligé 

Pour réapprendre à être femme 

Toutes ses peines apprivoiser 

Accepter enfin de guérir 

Le printemps apprendre à accueillir 

Tandis qu’au loin à l’horizon 

Se profile une solution 

livraisondebb.gif image by maddyspace 



26 commentaires

  1. binicaise 29 juillet

    Un poème bien triste mais dont la fin lève un espoir puisse celui ci se concrétiser.
    Bonne soirée bisous jacqueline

    Dernière publication sur Binicaise : Blog en pause pour une durée indéterminée.

  2. Malaïka 29 juillet

    Merci pour ta visite. Bisous.

  3. Laudith 30 juillet

    Ton poème me parle beaucoup, j’ai été élevée par une nourrice dont le seul regret a été de ne pas pouvoir être mère, pour moi elle en fut une.

    Bisous et douce nuit chère Malaïka

  4. LAURA 30 juillet

    Un long poème triste et beau de l’espoir de l’espoir de la fin.

  5. objectif-plume 30 juillet

    toujours de si beaux mots

  6. babyoflove 30 juillet

    ton poeme est tres beau et il me touche bcp parcequ’avec mon mari on a des pbm pour avoir un bb
    c’est tres joliment ecrit

  7. binicaise 30 juillet

    Si il n’y avait qu’un endroit à visiter près de chez moi je dirai il faut voir le Mont Saint Michel et choisir de préférnece un jour de grande Marée en Septembre par exemple.
    Chaque fois que je le vois je le trouve différent.
    Bisous merci pour ta visite Jacqueline

    Dernière publication sur Binicaise : Blog en pause pour une durée indéterminée.

  8. elisabeth 30 juillet

    Bonjour,

    Ton poème est triste et je n’ai pas vécu ce problème mais je sais que certaines femmes l’on vécu. Mais il ne faut jamais désespérer. J’ai une amie qui a eu son premier enfant à 35 ans, elle désespérait depuis 10 ans et, sans plus y penser, est tombée enceinte. Voilà un message d’espoir.

  9. natureinsolite 30 juillet

    Parmi les épreuves de la vie, en voici une qui pour une femme doit être difficile à accepter, et peut sans doute devenir une épreuve insoutenable.
    Mais le chagrin est l’agonie d’un instant et s’y complaire serait l’erreur de toute une vie…
    Très beau poème baigné de larmes… et d’espoir!
    Bisous malaïka. Marie.

  10. arnaguedon 30 juillet

    marie a très très bien résumé mes pensées, trouver les bons mots n’est pas une chose facile pour moi…dans tous les cas encore un texte qui touche en plein coeur.

    Dernière publication sur  : STAGE...

  11. Syl 30 juillet

    Une belle émotion encore à la lecture de ce texte… Difficile et beau à la fois. Je dis simplement merci pour ces moments de partage.

    Gros bisous, Syl

  12. binicaise 30 juillet

    Merci pour ta visite sur mon blog toi ma fidèle amie.
    Bises Jacqueline

    Dernière publication sur Binicaise : Blog en pause pour une durée indéterminée.

  13. zara whites 30 juillet

    c’est magnifiquement écrit, ma belle et je te remercie de ce que tu mas dit dans ton dernier comm, ça m’a profondement touché,merci, merci!
    bises,
    Es

  14. Michel 30 juillet

    Bonsoir Malaïka

    Superbe poème qui malgrés sa tristesse se termine sur une note d’espoir. J’aime.

    Bisous Amicalement

    Michel

  15. natty dread 30 juillet

    tellement touchant, tellement triste, tellement rempli d’espoir et comme d’habitude tellement bien ecrit !!!! Ta plume m’impressionne terriblement
    j’ai ecris un sur le meme theme , il y a juste un an. MAis le niveau d’ecriture est totalement different ça c’est clair. Je te le copie ici

    Petit ange
    Qui jamais ne verra le jour
    Petit ange
    Qui avait déjà tout mon amour
    Quel doux bonheur c’était
    De te sentir germer
    Dans mes entrailles enchantes
    D’accueillir, ta toute nouvelle vie
    Ma belle graine d’amour
    Sève de mes beaux jours
    Petit ange
    Qui jamais ne verra le jour
    Petit ange
    Qui avait déjà tout mon amour…
    Mais il existe des moments dans la vie
    Où tout bascule sous nos yeux
    On a beau invoquer les esprits
    Prier tous les seigneurs de tous les cieux
    Ce qui est écrit doit arriver
    On ne puis l’empêcher
    La vie suit son chemin
    Tel est son destin
    Ton destin petit ange,
    Etait de ne jamais porter tes langes
    Jamais je ne verrais ton sourire
    Jamais je n’entendrais ton rire
    Oh Ciel !
    Faites Seigneur que je me réveille !!!
    Petit ange
    Qui jamais ne verra le jour
    Petit ange
    Qui avait déjà tout mon amour
    S’est vide ce soir
    De mon ventre lourd d’espoir
    Tout doucement il a coulé
    En un liquide de rouge et chaud
    Sur mes jambes damnés
    Petit ange est reparti la haut
    Mais tu me reviendra dis ?
    Tu me reviendras un jour ?
    Je t’attendrai toute ma vie
    Je t’attendrai toujours…

    16/06/06

  16. Malaïka 30 juillet

    Réponse à Laudith,
    Elle est heureuse d’avoir laissé cette empreinte dans ton coeur et dans ta mémoire. Merci pour ton commentaire. Bises

    Réponse à Laura,
    Merci d’avoir apprécié.

    Réponse à Objectif Plume,
    Merci !!!

  17. Malaïka 30 juillet

    Réponse à Babyoflove,
    Merci pour ta visite et ton commentaire qui me touche. Je vous souhaite à tous les deux d’accéder à ce beau rêve très bientôt. Sincèrement.

    Réponse à Elisabeth,
    J’espère que ce beau message d’espoir encouragera les parents en espérance.

    Réponse à Marie,
    Je pense comme toi que c’est probablement l’une des plus profondes blessures de tous ceux qui hommes ou femmes sont des parents en espérance et dont l’espérance est sans cesse différée. Il est vrai qu’il est tragique d’habiter le désespoir. Que dire sinon souhaiter à ceux qui vivent cette intime tragédie de trouver des raisons d’aller de l’avant et de vivre malgré les rendez-vous manqués avec la parentalité. Mais ce ne sont que des mots n’est-ce pas ? Le vécu de cette absence est si personnel…
    Pensées chaleureuses et amicales à ceux qui passent par cette épreuve. Bisous à toi Marie et meri pour ton commentaire.

  18. Malaïka 30 juillet

    Réponse à Arnaguedon,
    Merci de t’être laissé toucher. Bises

    Réponse à Syl,
    Merci à toi d’avoir accepté ce partage. Bisous

    Réponse à Jacqueline,
    C’est toujours un plaisir et un enrichissement de passer sur ton blog. Merci pour tes visites qui comme toujours sont un plaisir. Bisous

  19. Malaïka 30 juillet

    Réponse à Esther (Zara)
    Merci pour ta visite et pour ton commentaire. Merci de t’être laissée toucher par ce texte. Pour ce qui est du commentaire chez toi j’en pense chaque mot et j’ai trouvé qu’il manquait cette vérité de toi qui n’apparaissait pas dans le portrait ce que ton coeur laisse passer dans tes partages. Bisous

    Réponse à Michel,
    L’espoir est en filigrane dans mes perceptions de la vie, même des épreuves de la vie. Ceci explique sûrement cela. Mais l’espoir ne nie pas la réalité du vécu de l’épreuve. Merci pour ton commentaire. Je suis heureuse que tu aies aimé ce poème. Bises et amitiés.

  20. Malaïka 30 juillet

    Réponse à la princesse peul,
    Merci de partager ici ton poème beau et touchant. Il parle d’une douleur immense de cet espoir qui naît, grandit et meurt sans qu’on puisse y faire quoi que ce soit. J’aime tes mots sister et j’aime l’émotion et la vérité qui coulent de ton coeur à tes doigts. Merci d’aimer ce poème. Bisous princesse de « pas si loin »

  21. natty dread 30 juillet

    merci sis
    j’ai juste oublié de te dire que c’etait ecrit pour ma meilleure amie (donc facile de me mettre dans sa peau) qui malheureusement a vecu ce drame

  22. Malaïka 30 juillet

    C’est heureux qu’elle ait eu quelqu’un qui lui prête ses mots pour dire une telle douleur. J’espère qu’elle va mieux.

  23. isabelle 31 juillet

    ne pas être mère peut être douloureux, en oublier d’être femme est un drame.

  24. Malaïka 31 juillet

    Réponse à Isabelle,
    Je partage cet avis. Peut être faut il du temps à certaines personnes déçues de cette maternité qui ne vient pas de ne pas pour autant s’exclure du féminin et de la féminité. C’est complexe et douloureux. Merci pour la visite et bienvenue sur le blog. Amicalement. Malaïka

  25. qualita1 31 juillet

    Triste poème … mais quelle jolie fin : « tandis qu’au loin à l’horizon se profile une solution »… Amitié

    Dernière publication sur PLUME FAREWELL : J'ETAIS VENUE

  26. Gibi 2 août

    Ton poême est très beau et triste mais l’espoir est là. Tout reste possible avec l’espoir. Bises encore.
    Gibi

Laisser un commentaire

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo