Un espoir pour demain

faceinblue.jpg

Assise sur les ruines de sa vie dévastée elle promène sur elles un regard désolé. Un vrai champ de bataille jonché de sépultures enfermant les dépouilles de ses espoirs défunts.

Tout au long de ses joues d’abondantes larmes coulent en empruntant les sillons d’un visage marqué par le chagrin. Elle a tout perdu sans avoir vu venir la destruction massive survenue dans sa vie. Il ne reste plus rien de ce qu’elle a bâti, l’édifice tout entier est réduit en cendres.

lonely.gif

Elle regarde autour d’elle surprise de constater que pour les autres autour la vie suit son cours. Leur vie va bien trop vite, elle les regarde courir, allant de ça de là, sans prendre une minute, pour se poser le temps de repenser leur vie. Pour elle désormais, éjectée du présent elle observe autour d’elle le tourbillon de la vie. De là où elle se trouve, tout est accéléré elle se trouve désormais hors de l’existence. Cloîtrée dans sa douleur, exilée dans la peine tout va trop vite pour elle dans ce remue-ménage.

C’est alors qu’elle les voit ses amis et ses frères, qui viennent à sa rencontre pour consoler sa peine. Elle se sent moins seule au cœur du son champ de ruines, le bruit de leurs pas lui chante une mélodie qui s’appelle l’espérance. A cœur de sa douleur s’est levée une lueur, en entendant leurs voix elle soupire de confiance ce sont eux ses amis ceux qui connaissent sa vie, ce sont eux les témoins de ce qu’elle a perdu.

La compassion, l’amour, l’amitié, l’empathie, ce après quoi son cœur désespéré soupire, elle sait les trouver auprès de ceux qui viennent. Ils peuvent imaginer ce qui reste de sa vie et alors qu’ils approchent son espérance croît. Dans quelques instants leurs bras vont s’ouvrir, et leurs poitrines offertes accueilleront sa tête. Elle éprouve le besoin de juste la poser un instant contre un cœur qui comprendra sa peine. Ce sont eux ses amis qui sauront trouver le moment pour se taire et celui, opportun pour parler.

Les voici tout près portant sur leurs visages la gravité qui sied à la circonstance. La solitude est telle que son cœur est meurtri, heureusement qu’ils viennent ses amis et ses frères pour l’arracher enfin à cette solitude qui comme un prédateur s’est abattue sur elle.

Quelques heures plus tard, elle regarde leurs visages et sur chacun d’eux elle voit un embarras qui se mêle à la peine.

Ses amis et ses frères semblent désarmés par le désarroi qu’ils lisent sur son visage. Plus sa peine est visible, plus grand est l’embarras qui s’écrit sur leurs traits. Ils se sentent impuissants à venir rencontrer, les profondes détresses que racontent son visage. Alors des mots jaillissent des lèvres pourtant amies, comme des flots incessants qui se déversent sur elle. Elle entend des poncifs qui parlent de pluies suivies par le soleil, et aussi de matins qui viennent après la nuit. Elle ne les entend plus, elle entend leurs voix comme le bourdonnement d’insectes importuns que l’on voudrait voir morts. Et les mots comme des flots coulent encore et encore des lèvres amies qu’elle se prend à maudire. Elle veut qu’ils s’en aillent ses amis et ses frères avant qu’il ne soit trop tard, avant qu’elle leur en veuille au point de les haïr. Avant qu’elle leur en veuille de n’avoir pas compris le besoin qu’elle avait juste de leur amour et de leur étreinte. En elle se lève un cri qui mêle colère et peine. Il faut qu’ils s’en aillent et qu’ils la laissent seule. Au fond elle est la seule à pouvoir comprendre la profonde détresse dans laquelle elle s’abîme. Il se trouve que ses propres bras sont inefficaces pour l’entourer et pour la consoler. Alors ce cri qui monte, qui est peine et colère se convertit alors au sortir de ses lèvre en un râle d’agonie qui murmure tout bas que ce ne sont pas des mots qui manquent à son cœur, que ce ne sont pas les mots venus d’une thérapeute qui correspondent à ce dont elle a besoin. Ce dont elle a besoin et qu’elle attendait d’eux c’étaient des bras amis pour entourer sa peine et une poitrine aimante pour accueillir ses larmes. Les amis et les frères semblent soulagés, ils semblent avoir reçu le mode d’emploi pour trouver le chemin qui mène jusqu’à celle qui semblait enfermée dans un fort imprenable construit par le chagrin. Sans se donner le mot ils se lèvent d’un bloc et l’entourent de l’amour qui était la demande qu’elle n’avait pas dite. Dans une même étreinte des êtres forment un bloc autour de celle qu’ils aiment et qui est dans la peine. Leurs larmes se mêlent à celles de leur amie et bien étrangement ce sont ces pleurs se mêlant aux siens qui fécondent le désert qu’est devenu son cœur et jettent pour celle qui pleure, des fondations inattendues d’un espoir pour demain. Elle sait que la solitude descendue sur sa vie, avec ses compagnons la peine et le regret, seront bien obligés de prendre parfois des pauses parce que la vie lui réservera encore des étreintes d’amitié et pourquoi pas d’amour. Depuis le champ de ruines qu’est devenue sa vie, blottie dans les bras de sa famille de coeur, derrière ses larmes et derrière son chagrin, se profile un sourire, qui ressemble à l’espoir.

amiestreinte.jpg

 



18 commentaires

  1. marie 29 mai

    jamais les crépuscules ne vaincront les aurores et au milieu du désespoir se trouve quelque part la lumière qui lui permettra de retrouver la vie. l’amitié est une de ces lumières, un lien sacré qui peut aider à dissiper les ténèbres, un flot d’amour pour retrouver un sourire…
    bisous malaïka. marie.

  2. arnaguedon 29 mai

    bonjour, je vois que tu trouves toujours le bon équilibre et les mots justes pour décrire tes pensées…

    Dernière publication sur  : STAGE...

  3. Marc 29 mai

    bonjour Malaïka
    j’adore c’est très beau et très triste aussi ,très vrais aussi …………..
    bises
    Amitiés
    Marc

  4. fleurdesel 29 mai

    Quelle tristesse et pourtant cette lueur d’espoir qui n’est jamais très loin…
    Quel bonheur de pouvoir se retourner et trouver des gens qui vous aiment et vous soutiennent… ce n’est pourtant pas toujours très facile…
    Ton imagination est débordante et tes mots si doux…
    Merci.
    Fleur de Sel

  5. zara whites 29 mai

    ah ma belle, tu as un vrai talent d’écrivain(e?) tu devrais essayer un livre, car c’est vraiment touchant de lire ces histoires!

  6. Malaïka 29 mai

    Réponse à Marie,
    Je crois comme toi que les aurores triomphent au final des crépuscules même quand au coeur de la douleur on croit ne jamais voir la lumière. Dans ces sombres vallées il est précieux d’avoir des mains qui se tendent, des vies qui s’offrent pour un instant ou pour plus longtemps le temps de voir à nouveau la lumière. Il est tout aussi précieux, d’avoir le privilège d’être cet(te) amie, cette main tendue à l’ami(e) qui perd pied.
    L’amitié véritable est un trésor.
    Bisous à toi

  7. Malaïka 29 mai

    Réponse à Arnagueddon,
    Quel plaisir de te retrouver après tes longues vacances. Vivement des photos qui nous feront partager les moments sublimes offerts par les vagues.
    Merci de tout coeur de ton appréciation de ce texte.
    Amitiés et à bientôt

  8. Malaïka 29 mai

    Réponse à Marc,
    Merci de trouver le texte beau et vrai. Il y a certes de la tristesse face à ce qui semble être un drame dévastateur, mais il y a cette note d’espoir, ces ponts vers l’espérance que sont les mains, les bras d’amis fidèles qui accompagnent de la nuit à l’espoir.
    Amitiés

  9. Malaïka 29 mai

    Réponse à Fleur de Sel,
    Merci de tout coeur pour ton commentaire qui me va droit au coeur. Oui c’est un merveilleux cadeau de trouver dans l’épreuve. Des amis qui savent être là sans s’obliger à multiplier les mots par peur du silence, ces amis si précieux. Ce n’est pas facile c’est vrai d’aider un(e) ami(e) qui souffre ou de discerner les saisons dans lesquelles se trouve un(e) ami(e) dans la souffrance mais tant qu’il y a de l’amour même quand on se trompe, même quand on est maladroit, l’essentiel est là et de loin peut être onn voit poindre l’espérance.
    Merci encore et bisous

  10. Malaïka 29 mai

    Réponse à Zara,
    J’essaie de le faire et je te remercie de m’encourager. Les réactions des lecteurs du blog m’ont beaucoup encouragée. Merci d’en faire partie.
    Je t’embrasse

  11. Solen 29 mai

    tes écrits ont un véritable sens à mes yeux.. et aux yeux de beaucoup d’autres je pense…
    Ils sont criants de vérité et sont forts d’emotions.
    Mais je tiens surtout et avant tout, à saluer le talent avec lequel tu les poses…
    BRAVO !

  12. natty dread 29 mai

    Ta plume est incoyablement belle ma soeur !!
    cette histoire est si touchante triste mais rempli d’espoir…
    merci

  13. sic 29 mai

    heelo Malaïka,
    je passe juste et
    Je me faufile dans tes nouvelles. une belle écriture
    on ressent cette douleur, cette tristesse du personnage.
    C’est beau et touchant.
    Amitiés sic
    je repasserai plus longuement bientôt.

  14. Malaïka 29 mai

    Réponse à Solen,
    Quel bel encouragement tu m’offres… Je te remercie de tout coeur.

    Réponse à Nattydread,
    Merci ma soeur. merci de m’encourager encore et toujours. toi dont la plume chante de si belles mélodies. Merci d’entendre l’espoir qui point derrière la tristesse.

    Réponse à Sic,
    Merci de me faire l’amitié de passer dans u temps ou tu te fais rare sur les blogs. Merci de prendre le temps de parcourir mes nouvelles.
    Amitiés

  15. Martine27 30 mai

    Tu as raison de t’essayer aux nouvelles, celle-ci est très belle et rend merveilleusement les sentiments qui nous étouffent parfois.

  16. Malaïka 30 mai

    Réponse à Marine27,
    Merci pour tes encouragements. Je suis ravie que les sentiments que j’ai essayé de faire passer soient reçus.
    J’ai essayé d’accéder à ton blog sans succès. Peut y a t-il une erreur dans la saisie.

  17. Martine27 31 mai

    Exact .com et pas .fr
    Au fait, je t’ai découverte en passant par chez Papotine

  18. Malaïka 31 mai

    Réponse à Martine,
    Ca ne passe toujours pas… :-(
    Je vais essayer de passer par le blog de Papotine pour atterir sur le tien.
    Merci à Papotine !!!
    Bonne soirée

Laisser un commentaire

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo