Youssou Ndour & Neneh Cherry : Seven seconds

« J’assume les raisons qui nous poussent de changer tout,
J’aimerais qu’on oublie leur couleur pour qu’ils esperent
Beaucoup de sentiments de race qui font qu’ils desesperent
Je veux les portes grandement ouvertes,
Des amis pour parler de leur peine, de leur joie
Pour qu’ils leur filent des infos qui ne divisent pas
Changer »

Ce qui précède est un extrait de la chanson qui suit.

http://www.dailymotion.com/video/7iMYOTayGhGaT86ZS



les manipulateurs

gourou.jpg

En parcourant les blogs amis pour une visite je suis passée chez Pitt  et j’ai  trouvé un article qui présentait un livre sur les manipulateurs que je vous encourage à découvrir : 

(http://www.pittlabo.org/index.php?post/2007/04/27/Les-manipulateurs-sont-parmis-nous-sachez-les-reconnaitre

Vous commencez à me connaître un peu : figurez-vous que les hélices sous la machine à cogiter se sont mis en marche me faisant parcourir les sentiers de la mémoire et de l’expérience personnelle ou partagée par le vécu d’autres.. 

Les manipulateurs : bien que le choix du mot soit masculin, quand je dis manipulateur je l’entends dans son acception générique bien entendu. 

Les manipulateurs… 

Comme dirait David Vincent : ils existent je les ai rencontrés. Clin doeil Parfois ils prennent le visage de la séduction, parfois celui de la force brute, parfois d’autres visages mais le but derrière est égoiste et égocentrique.

On peut les croiser dans bien des espaces de nos vies et de nos socialisations primaires et secondaires. On peut les croiser dans l’intimité d’une relation duelle, on peut les croiser au travail, dans la famille, dans les groupes, etc. Pas besoin d’être perdu sur une route sombre à moitié endormi pour les voir. Sourire

La manipulation est en soi pathogène et elle n’est pas certainement pas épanouissante loin s’en faut pour la personne qui en est victime dans la mesure ou elle est niée. Le manipulateur use de l’autre et l’abuse en transgressant une ou plusieurs de ses libertés fondamentales parmi lesquelles celle d’être soi. On n’imagine pas les conséquences  et les tragédies que l’on peut engendrer dans une vie pour n’avoir pas voulu respecter l’autre dans sa liberté d’être et de faire. Est-ce que nos égoïsmes et nos tentations égocentriques valent la peine que l’on piétine l’autre dans son être et dans son droit à la liberté ? Je suis encline à penser que non.

Il est vrai que nous sommes dans des temps où l’on porte aux nues ceux qui arrivent aux sommets en écrasant les autres, qui atteignent leurs buts en laissant derrière eux des routes et des chemins jonchés des dépouilles des libertés, des espoirs, des bonheurs des autres mais qu’importe n’est-ce pas si les sommets sont atteints ? J’ai du mal à penser l’air de ces sommets là respirable et sain. J’ai du mal à trouver admirables et respectables ces parcours et ces gloires là. Hé oui désolée pour les tentations de ce siècle l’humain et le respect de mon prochain prime sur la tentation des sommets solitaires du haut desquels on est au fond davantage craints qu’aimés. Parce que nous sommes  dans des temps où une certaine forme de réussite est érigée en valeur absolue la « surinflation » du soi fait qu’il est facile de transgresser et de piétiner l’espace intime et la liberté de l’autre dans la mesure où l’on ne regarde le monde que par le prisme de ce « soi » rendu détestable quand il prend ce visage prédateur.

Prédation dans l’intimité, prédation au travail, prédation dans l’intimité, prédation dans le groupe pourvu que l’on amène l’autre à faire ce que l’on veut, à être celui que l’on veut. L’autre entre au service de soi et de ses buts, instrumentalisé et non plus respecté et reçu dans l’intégrité de son être. Oui les manipulateurs existent j’en ai rencontré. Après leur passage quelque fois le champ de la vie est dévasté, en ruines. Quand je pense à ce qu’ils sont capable de laisser comme dégâts dans une vie je me dis Seigneur garde moi de jamais faire autant de mal à un autre, même inconsciemment. Au secours !!!!! 

Forcément au vu de ceci je me sonde et je fais acte de vigilance dans mon mode relationnel à l’autre parce que je ne veux pas être comptée parmi les violeurs de l’être que sont les manipulateurs. C’est si facile pourtant de franchir certaines frontières… 

Et si le temps d’une pause on s’examinait pour se garder d’être de ceux là ?  

Les manipulateurs existent, j’en ai rencontré (oui je l’ai déjà dit Langue) et ils peuvent dévaster une vie. Il est salutaire de s’en prémunir et de se garder aussi d’en faire partie, de faire du mal aux autres pour des raisons égoïstes ou égocentriques. On est toujours victimes de la tentation de se mettre au centre de tout au point de nier l’autre consciemment ou non dans sa liberté d’être et de faire. J’ai rencontré bien des personnes qui ont pris l’option « centre du monde » au bac. Ce sont les « me myself and I« 

Sur le lien cité plus haut Pitt, cite certains points tirés du livre « les manipulateurs sont parmi nous » (référence sur son blog) pour reconnaître les manipulateurs. Ces points sont déjà à mon sens un bon axe d’auto examen. 

En les lisant je me suis dit : plutôt que de faire primer la poutre sur la paille et faire l’économie de l’examen de soi, si nous faisions le point pas seulement pour chercher dans l’autre le manipulateur mais aussi pour en débusquer la tentation en nous pour veiller à ne pas l’être ? Oui je sais les hélices sous mon cerveau ont atteint des sommets de vitesse. Fumée sous le crâne de moi. Sourire 

Parfois j’entend ça et là des personnes se glorifier du « pouvoir » qu’ils ont sur les autres, de leur capacité à manipuler les autres pour arriver à leurs fins ça me hérisse et m’attriste. Est-ce vraiment un pouvoir et une force si comme une sangsue on se nourrit de l’autre ? J’ai envie de leur dire qu’ils ne sont pas forts mais dépendants et de surcroît destructeurs. Au fond leur force est faiblesse puisqu’ils n’ont pas le courage de se risquer à la co dépendance qui est intrinsèque aux relations humaines, ils se réfugient dans une domination qui ne durera que tant que l’autre ne secouera pas le joug de cette  domination.

J’espère n’être jamais en conscience surtout de ces faux indépendants qui tirent leur gloire à soumettre les autres à leurs desseins. Est-il besoin de dire qu’ils n’ont pas mon admiration ? Je me garderai d’ailleurs de dire quel sentiment je leur offre volontiers, et plutôt deux fois qu’une !

Les hélices de la machine à cogiter ralentissent, ma pensée va se poser. Attention… ouf ! Je me suis posée sans trop de dommages. Clin doeil 

Amitiés et bonne journée à tous. Merci de m’avoir lue

Malaïka Sourire 



Babyface et Karyn White

Désolés je n’ai pas trouvé de clip, ce n’est qu’une image figée mais ça fait si longtemps que je cherche cette chanson pour vous la faire découvrir. Oh quand Karyn White dit « my my my my boy  » je fais un bond dans le passé.. C’est un duo qui me rappelle de jolis souvenirs.

Image de prévisualisation YouTube

I used to think that love was so silly
Something that a girl like me never dreamed of
And it all was for me (no not really)
But there was not a guy who was special enough
Until you came and made me so happy
Like a child on Christmas Day
I was so, so, so, so anticipating
And I didn’t know I could ever feel this way

Love saw it
Love saw the change in my heart
You brought me so much joy
Love saw it
Love saw the hopes of a girl and a boy
You bring me joy, you bring me joy, you bring me joy

I used to think that love was a mischief
Something that a guy just could not figure out
As if I never had no fancy stuff
Not even a clue what true love was about
Until you came and made life worth living
Like the very first day of spring
I was so, so anticipating
Girl, I didn’t know I had love inside of me

Love saw it
Love saw the change in my heart
You brought me so much joy
Love saw it
Love saw the hopes of a girl and a boy

Oh girl, my, my girl
I never thought that I could love a girl the way I do
Oh boy, my my my my boy
I’m so glad that I found your love too

Love saw it
Love saw the change in my heart
You brought me so much joy
Love saw it
Love saw the hopes of a girl and a boy (x2)

You bring me joy, me joy, me joy, me joy, me joy
You bring me joy, me joy, me joy, me joy, me joy
Keep on bringin me
Keep on bringin me…joy

Love called my name, love saw me change
Love rescued me from the danger of pain
Love called my name, love saw me change
Love rescued me from the danger of pain
Love called my name, love made me change
Love rescued me from the danger of pain
Love called my name, love saw me change
Love rescued me from the danger, danger of pain

You brought me so much joy
Love saw it, love saw it
Love saw the hopes of a girl and a boy

I just can’t explain it
My heart can’t contain it
Love saw the change in my heart
You brought me so much joy
Love saw it, love saw it, love saw it, love saw it
Love saw the hopes of a girl and a boy



India Arie : Purify me

Elle est incroyable cette jeune femme. Et sa voix me renverse !!!!

Image de prévisualisation YouTube



Daniel Balavoine et Michel Berger : La minute de silence

Dédicace à Nadège car je sais que tu apprécieras.

C’est marrant je pensais mettre ce duo sur le blog parce j’aime ces deux chanteurs et je trouve qu’ils manquent. Et tu en parles…Alors dédicace à toi et à vous tous qui apprécierez .

http://www.dailymotion.com/video/6XKKWTfThvcYjai7S



Un espoir pour demain

faceinblue.jpg

Assise sur les ruines de sa vie dévastée elle promène sur elles un regard désolé. Un vrai champ de bataille jonché de sépultures enfermant les dépouilles de ses espoirs défunts.

Tout au long de ses joues d’abondantes larmes coulent en empruntant les sillons d’un visage marqué par le chagrin. Elle a tout perdu sans avoir vu venir la destruction massive survenue dans sa vie. Il ne reste plus rien de ce qu’elle a bâti, l’édifice tout entier est réduit en cendres.

lonely.gif

Elle regarde autour d’elle surprise de constater que pour les autres autour la vie suit son cours. Leur vie va bien trop vite, elle les regarde courir, allant de ça de là, sans prendre une minute, pour se poser le temps de repenser leur vie. Pour elle désormais, éjectée du présent elle observe autour d’elle le tourbillon de la vie. De là où elle se trouve, tout est accéléré elle se trouve désormais hors de l’existence. Cloîtrée dans sa douleur, exilée dans la peine tout va trop vite pour elle dans ce remue-ménage.

C’est alors qu’elle les voit ses amis et ses frères, qui viennent à sa rencontre pour consoler sa peine. Elle se sent moins seule au cœur du son champ de ruines, le bruit de leurs pas lui chante une mélodie qui s’appelle l’espérance. A cœur de sa douleur s’est levée une lueur, en entendant leurs voix elle soupire de confiance ce sont eux ses amis ceux qui connaissent sa vie, ce sont eux les témoins de ce qu’elle a perdu.

La compassion, l’amour, l’amitié, l’empathie, ce après quoi son cœur désespéré soupire, elle sait les trouver auprès de ceux qui viennent. Ils peuvent imaginer ce qui reste de sa vie et alors qu’ils approchent son espérance croît. Dans quelques instants leurs bras vont s’ouvrir, et leurs poitrines offertes accueilleront sa tête. Elle éprouve le besoin de juste la poser un instant contre un cœur qui comprendra sa peine. Ce sont eux ses amis qui sauront trouver le moment pour se taire et celui, opportun pour parler.

Les voici tout près portant sur leurs visages la gravité qui sied à la circonstance. La solitude est telle que son cœur est meurtri, heureusement qu’ils viennent ses amis et ses frères pour l’arracher enfin à cette solitude qui comme un prédateur s’est abattue sur elle.

Quelques heures plus tard, elle regarde leurs visages et sur chacun d’eux elle voit un embarras qui se mêle à la peine.

Ses amis et ses frères semblent désarmés par le désarroi qu’ils lisent sur son visage. Plus sa peine est visible, plus grand est l’embarras qui s’écrit sur leurs traits. Ils se sentent impuissants à venir rencontrer, les profondes détresses que racontent son visage. Alors des mots jaillissent des lèvres pourtant amies, comme des flots incessants qui se déversent sur elle. Elle entend des poncifs qui parlent de pluies suivies par le soleil, et aussi de matins qui viennent après la nuit. Elle ne les entend plus, elle entend leurs voix comme le bourdonnement d’insectes importuns que l’on voudrait voir morts. Et les mots comme des flots coulent encore et encore des lèvres amies qu’elle se prend à maudire. Elle veut qu’ils s’en aillent ses amis et ses frères avant qu’il ne soit trop tard, avant qu’elle leur en veuille au point de les haïr. Avant qu’elle leur en veuille de n’avoir pas compris le besoin qu’elle avait juste de leur amour et de leur étreinte. En elle se lève un cri qui mêle colère et peine. Il faut qu’ils s’en aillent et qu’ils la laissent seule. Au fond elle est la seule à pouvoir comprendre la profonde détresse dans laquelle elle s’abîme. Il se trouve que ses propres bras sont inefficaces pour l’entourer et pour la consoler. Alors ce cri qui monte, qui est peine et colère se convertit alors au sortir de ses lèvre en un râle d’agonie qui murmure tout bas que ce ne sont pas des mots qui manquent à son cœur, que ce ne sont pas les mots venus d’une thérapeute qui correspondent à ce dont elle a besoin. Ce dont elle a besoin et qu’elle attendait d’eux c’étaient des bras amis pour entourer sa peine et une poitrine aimante pour accueillir ses larmes. Les amis et les frères semblent soulagés, ils semblent avoir reçu le mode d’emploi pour trouver le chemin qui mène jusqu’à celle qui semblait enfermée dans un fort imprenable construit par le chagrin. Sans se donner le mot ils se lèvent d’un bloc et l’entourent de l’amour qui était la demande qu’elle n’avait pas dite. Dans une même étreinte des êtres forment un bloc autour de celle qu’ils aiment et qui est dans la peine. Leurs larmes se mêlent à celles de leur amie et bien étrangement ce sont ces pleurs se mêlant aux siens qui fécondent le désert qu’est devenu son cœur et jettent pour celle qui pleure, des fondations inattendues d’un espoir pour demain. Elle sait que la solitude descendue sur sa vie, avec ses compagnons la peine et le regret, seront bien obligés de prendre parfois des pauses parce que la vie lui réservera encore des étreintes d’amitié et pourquoi pas d’amour. Depuis le champ de ruines qu’est devenue sa vie, blottie dans les bras de sa famille de coeur, derrière ses larmes et derrière son chagrin, se profile un sourire, qui ressemble à l’espoir.

amiestreinte.jpg

 



Euro-pétition à signer en urgence pour le Darfour

darfourptition.jpg

 J’ai copié le texte qui suit ce qui suit sur le site urgence Darfour après avoir trouvé l’info sur le blog d’Am (Voice for Freedom voir liens sur le droite)

« IMPORTANT :

Aidez-nous en relayant cette pétition !
Si nous voulons être entendu, nous avons pour objectif de réunir,
en France, 1 million de signatures !
Faites signer cette pétition au plus de personnes possible, autour de vous !
Envoyez-la, par e-mail, à tous vos contacts de messagerie,

et demandez leur qu’ils la relaient à leur tour… pour créer, ainsi, une chaîne d’union pour le DARFOUR.  »

http://www.europetition-darfour.fr/

Merci pour eux.

Amicalement

Malaïka

Ce soir sur le site le compte des signatures était le suivant : nous avons enregistré 26060 pétitions papier et 173439 signatures en ligne, sur un objectif total de 1 million.



Un appel pour aider à retrouver Maddie Mc Cann

maddie.bmp

Je relaye un appel trouvé sur le blog maddieetsamamanetgrandmre.bmpde Zara (dans les liens sur la droite). 

On en parle un peu partout cette semaine, la maman, à droite sur la photo, est intervenue à la TV portugaise.
Les médias en parlent depuis une semaine, ce n’est malheureusement pas un Hoax, merci de relayer sur vos Blogs. Vous pouvez copier/coller cet article et photos et les mettre sur vos différents sites ou envoyer à toutes vos connaissances par mail. Merci !

Maddie McCann’s

(de la part de ses parents)
Maddie a disparu le 3 mai.
Agée à peine de 3 ans , disparue de sa chambre (Praia da Luz – Algarve – Portugal )
S’il vous plaît, transmettez ces photos au plus grand nombre de personnes de par l’Europe. AIDEZ-NOUS !!! Faites comme si c’était votre soeur, votre fille. S’IL VOUS PLAIT!
Cela nous donnera un espoir en plus si quelqu’un la reconnaît. MERCI

A preocupação é grande e o empenho na sua procura tem que ser ENORME. Fica aqui mais uma imagem da pequena MADDIE

Si quelqu’un reconnaît le signalement de cette petite fille
(elle va certainement être reconnue) qu’il (elle) contacte un de ces n° de téléphone de la police judiciaire portugaise :

PJ Faro : +351 289 884 500,

PJ Portimão :+351 282 405 400,

PJ Lisbonne : + 351 218 641 000,

Sans aucun doute on va retrouver MADDIE , si TOUS nous nous mettons à sa recherche .

Aidez-nous ? nous vous en prions! ne restez pas indifférent!
AJUDEM POR FAVOR! Não fiquem indiferentes.

Pour envoyer un signal fort à tous les détraqués qui croient pouvoir bousiller un enfant et la vie d’une famille, unissons nos moyens de communication pour apporter notre pierre à l’édifice de notre solidarité envers Maddie et sa famille.



Il y a vingt cinq ans Romy Schneider

Hommage à l’actrice magnifique et à une femme digne. Je l’admirais…

romy3.jpg

Merci à cette grande actrice pour ce qu’elle a offert à bien des gens, peut-être au péril de son coeur.

romyschneider.jpg

Un visage de la beauté

romy2.jpg

Un visage de la gravité

romy4.jpg

Le visage d’une vie .



Dimanche de Pentecôte : je fais une pause et me souviens…

Je me souviens de Celui que j’adore. De Celui à qui je suis éternellement reconnaissante…

CeCe Winans et Andrae Crouch chantent un medley dont le premier chant  through it all me touche au plus profond. Parce qu’au fond c’est mon histoire.

Image de prévisualisation YouTube

Danniebelle Hall – O Se Baba (Nigerian Praise)

Image de prévisualisation YouTube

 Schekina : Personne comme Jésus.

Ca aussi c’est mon histoire. Ce chant a une vertu surprenante celle de donner des ailes à mes pieds (hi hi). J’aime quand le chant de mon coeur rejoint les rythmes de mon Continent.  

Image de prévisualisation YouTube



12345...13

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo