Elle m’appelait Tiki : partie 3

J’ai eu deux grand-mères.

Une que j’ai connue et qui haïssait ma mère et une autre qui l’aimait, mais que je n’ai pas connue. La détestation militante de ma grand-mère paternelle pour maman avait fait tomber entre elle et moi des murs invisibles mais réels qui avaient empêché qu’elle et moi établissions la moindre complicité. Nourrie à la complicité de Denise Grey et Sophie Marceau dans le film « La Boum » j’avais aspiré à cette relation idéale à mes yeux. Ma grand –mère détestait ma mère, elle ne pouvait m’aimer sans réserve, tout au moins à mes yeux et je ne pouvais lui faire confiance.

Mon autre grand mère, je ne connaissais son amour extraordinaire pour ma mère que grâce à ce qu’elle en disait. Ma mère l’avait perdue à dix ans et en gardait une nostalgie blessée. Avec cette grand mère absente j’avais construit une relation complice imaginaire me persuadant qu’elle aurait été réelle si elle avait été là.

Cette grand mère idéale et forcément parfaite parce qu’inaccessible à l’erreur, elle ne laissait pas de place à la grand mère vivante. Le fantasme exacerbant les défauts de la celle qui était là. J’ai porté ce rêve de grand mère pendant mon enfance et inconsciemment à l’adolescence. Une rencontre à six mille kilomètres de mon pays natal avec une mamie aux yeux rieurs et remplis de tendresse allait matérialiser mon rêve de grand mère. J’avais vingt ans, elle soixante dix huit et commençait ma plus belle histoire de tendresse. En été nous allions quelques fois nous promener dans le quartier. J’étais fière de lui donner le bras. Elle s’appuyait sur moi et j’étais heureuse. Dans ma famille ils ne comprenaient pas mon attachement à cette mamie. Je n’avais pas envie qu’ils comprennent. Ils n’étaient pas invités dans notre histoire, dans mon jardin secret.

Je n’avais pas besoin de me forcer à lui rendre visite. Mbambe Léone était de ces femmes qui ne se plaignait jamais, du moins en ma présence. C’était une femme incroyablement positive. Pourtant elle portait en elle une blessure profonde.

 

(à suivre)



Laisser un commentaire

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo