Savez-vous que ? Une histoire du racisme et de la xénophobie au quotidien

Savez-vous que l’autre jour en sortant de chez moi je me suis fait agresser verbalement par un homme qui a utilisé des mots abjects pour me signifier que je n’étais pas chez moi et que je devais par conséquent rentrer dans ce chez moi qu’il devinait hors d’ici à la couleur de ma peau ? L’homme n’avait ni l’excuse de l’extrême jeunesse ni celle qu’on prête à l’âge avancé qui déraisonne. C’était un homme jeune d’environ vingt-cinq ans qui n’a rien trouvé de mieux à faire qu’agresser verbalement une femme un matin. Propos outranciers et grossiers, déversement d’une haine plus grande que lui. Savez-vous qu’un jour en sortant du RER à la station Nation j’ai croisé une dame d’un certain âge qui faisait la manche. Je lui ai donné une pièce et il s’est produit une chose surréaliste. La femme s’est mise à m’insulter et à vociférer contre « la m… qu’avait ramenée le Général de Gaulle d’Afrique ». Elle me sommait avec haine de rentrer chez moi. Violence de mots sur un quai de gare. Histoire banale d’une personne dite « de couleur » (expression que soit dit en passant, j’exècre), face à la violence des mots. Histoire banale parce qu’elle se répète prenant des visages différents mais portant la même violence et les mêmes séismes. Histoire qui devient répétitive, qui se banalise dans les faits mais à laquelle je ne peux m’habituer.

 

 

Pour revenir à ce jeune homme et à cette dame d’un certain âge qui m’ont envoyé mon altérité pour l’un et mon africanité pour l’autre à la figure comme une insulte obscène. Ils se sont basés sur ma couleur de peau pour déduire que je n’étais pas d’ici. Tiens tiens !!! En se basant sur la couleur de peau d’une femme à Paris, un homme et une femme d’âges différents en on conclu qu’elle était d’ailleurs et devait y retourner. Aïe ! ça cache un présupposé effarant si l’on sait que l’être français n’est pas le fait d’avoir une couleur de peau.

 

 

Je peux décider de me cacher derrière la raison pour laisser derrière moi la dimension émotionnelle de l’offense mais je n’en ai pas envie parce que la banalisation de la parole raciste n’est pas qu’un fait divers lu dans la presse, rapidement dénoncé, le temps de remettre la tête dans le sable comme une autruche en se répétant « tout va bien, le racisme est marginal dans la société » au point de finir par y croire. Oui mais la vérité est qu’il n’est pas marginal, il l’est de moins en moins, des femmes et des hommes s’autorisant impunément la parole qui blesse, agresse et/ou humilie l’autre. Il se trouve que cette banalisation affecte le quotidien de plusieurs personnes. Moi je ne suis qu’un épiphénomène, une goutte d’eau dans l’océan de cette violence verbale qui parfois se transforme en actes.

 

 

Je me souviens que le jour où le charmant monsieur dont je parlais plus haut m’a agonie sa haine matinale, ma hantise était qu’il sache où j’habite (je n’étais qu’à quelques mètres de chez moi) et qu’il revienne convertir ses mots en violence physique. Le problème c’est que je ne suis pas capable de le reconnaître, je le croiserais que je ne le reconnaîtrais pas. Il était dans mon environnement de vie. Ce n’est pas rassurant. Je veux croire que je ne le croiserais plus.

 

Je ne peux pas brider les émotions que l’on ressent dans un tel cas et prétendre constamment atteindre des sommets de « zenitude ». La violence du racisme entraîne des déflagrations internes dans celui qui en est la victime.

 

Le racisme au quotidien c’est entendre un agent de la préfecture de police au service des étrangers me dire du temps où j’étais étudiante « pourquoi faire autant d’études puisque dans votre pays on peut être ministre avec le BEPC ». Le racisme au quotidien c’est de rester pétrifié devant cette femme qui se trouve drôle et qui pourtant ne l’est pas, et qui éclate de rires aidée de ses collègues dans un absolu sentiment d’impunité. Elle a le pouvoir, je mendie le droit de rester en France à ses yeux. Peu importe si j’ai tous les documents nécessaires eu renouvellement de mon titre de séjour, elle se sent en position de tenir des propos humiliants pour moi et pour mon pays. Le racisme au quotidien c’est ne pas pouvoir dire les mots qui me montent aux lèvres parce qu’elle a le pouvoir administratif de me pourrir la vie de différentes manières et a de fait développé la détestable mentalité de « petit chef » dont nous sommes tous un jour victimes à un moment où à un autre. Ca fait plus de quinze ans , et son visage ne m’a pas quittée. Le racisme au quotidien c’est sortir d’un service public avec ce sentiment d’humiliation et d’impuissance, c’est de ravaler sa colère et ses larmes éventuelles, de redresser la tête et de se dire que ça ne nous atteint pas. Le racisme au quotidien c’est n’avoir commis aucun délit et ne pas se sentir protégé quand la police déboule de peur d’être criminalisé par sa couleur. Les conséquences du racisme au quotidien c’est l’intériorisation de cette insécurité comme allant de soi. Les conséquences du racisme au quotidien c’est le sentiment qu’il faut raser les murs pour être toléré.

 

Le racisme au quotidien c’est d’entendre quelqu’un me dire « oui mais toi tu n’es pas comme les autres, tu n’as pas d’accent (j’en ai un désolée et je l’assume d’autant plus qu’il me raconte, il raconte mes origines et l’endroit où je vis, il est une synthèse de la personne que je suis avec ses voyages et son histoire), tu ne t’habilles pas comme eux. En un mot « toi au moins tu es une africaine acceptable ». Le pire c’est que ceux qui disent ces mots ne réalisent même pas que ce n’est pas un compliment, mais que c’est une offense absolue. Mon africanité n’est pas une tare, ni une injure n’en déplaise aux abrutis. Mon rêve secret n’a jamais été de m’en défaire, n’en déplaise aux sots.

 

Alors quand j’entends de certains hommes politiques et intellectuels irresponsables qui criminalisent à mots couverts les origines et la culture des autres je trouve ça de plus en plus insupportable. Je voudrais crier que derrière la figure de l’immigré, investi aujourd’hui à tort de la responsabilité de bien des problèmes de la nation, il y a des humains désécurisés au quotidien par la levée de tabous qui libèrent l’expression de la haine.

 

Derrière la figure de l’immigré « vorace et dangereux » pour le pays qui l’accueille il y a des personnes qui ont eu la faiblesse d’aimer un pays d’accueil et de vouloir construire une histoire commune avec lui. Derrière la figure du « profiteur » décliné sous toutes les formes dans les meetings politiques, il y a des individus qui ont une histoire autre que celle caricaturée par ces personnes aspirant aux plus hautes fonctions de l’Etat et qui sans gêne nous instrumentalisent pour être élus sans se soucier de l’humain derrière le mot tant galvaudé de l’immigration. Derrière cette figure, il y a moi et il y a d’autres qui vivent cette campagne électorale comme un doigt accusateur pointé sur eux comme cause de tous les maux qui prennent aux « ayant droit » travail et logement. Savez-vous que je me suis surprise à me sentir fautive d’avoir un travail ? A force de mots, à force de violence, voici un exemple de ce qui est semé dans un cœur d’humain derrière la figure de l’étranger prédateur. Les hommes politiques véhiculent sans vergogne ces images d’Epinal et monsieur et madame tout le monde fragilisé par la misère et la peur du lendemain ou nourri au biberon des thèses haineuses se sentent libres de tagger les murs d’un médecin dont la « faute » est d’être noir, d’insulter une personne qui vous fait l’offense de lui faire l’aumône alors qu’elle n’est que cette « m… ramenée d’Afrique par que général de Gaulle », ou de vomir sa haine matinale sur une femme qui sort de chez elle pour aller travailler.

 

J’en ai vécu des campagnes électorales en France, mais je ne vous cache pas que celle- ci m’est la plus intolérable. Pourtant il y a eu le 21 avril 2002. Il y a eu l’amalgame honteux et sournois entre immigration et insécurité. Le problème c’est que dans l’esprit de plusieurs aujourd’hui les deux mots se confondent comme une évidence criminalisant l’altérité. Jusques à quand ? Ils ont gagné les vecteurs de haine, mes regards se tournent vers un ailleurs parce et je sais qu’à terme, pour mon propre salut je partirai. Pourtant ce pays j’avais choisi d’y rester parce qu’il avait, et continue d’avoir un place particulière dans mon cœur. Tant pis pour une histoire d’amour apparemment à sens unique entre ce pays et moi. Tant pis pour les murs d’incommunicabilité érigés à coup de phrases et de bon mots par le monde politico médiatique. Je ne veux pas porter la figure du parasite, je refuse de l’intégrer. Partir pour ne pas périr, ou au moins rêver d’un ailleurs pour ne pas être détruit et se dire qu’une autre vie reste possible. Dérisoire refuge de l’altérité.

 

C’est le coup de gueule d’une personne sans voix et sans visage et qui n’a aucun poids ni aucune importance dans les enjeux du moment, mais qui existe, oh oui qui existe derrière le fantasme et les généralisations absurdes et imbéciles.

 

Paris le 31 mars 2007

 



39 commentaires

  1. Nath_Christiane 31 mars

    Hélas j’ai tellementd’histoire du même genre… Plus les choses avancent moins j’ai de réponse et moins je desire comprendre ou du moins essayer. Beaucoup d’hommes et de femmes de droite et de gauche d’ailleurs ont intérêt à ce qu’une frange de la société reste igonrante, reste raciste et intolérante. Concernant cette campagne présidentielle que j’observe d’Angleterre je suis comme toi je la trrouve totalement intolerable mais plus rien ne m’étone c’est la France que je connais depuis mon enfance. Quand vous dénoncez le racisme on vous dit que vous exagérez… il faudrait peut-être se faire cracher dessus tout les matins pour peut-être pouvoir dire et dénoncer un quotidien inacceptable. Contrairement à toi en 2002 j’ai dénoncé l’hypocrisie de ceux qui manifestaient en ces temps là le fait que Lepen puisse être présent au second tour. Pour moi un pays qui accepte et reconnait légalement qu’un parti politique ouvertement raciste et antisemite puisse exister doit également accepter que celui-ci puisse gagner ou perdre quelque elections que soient. Sinon, comme d’autres pays européens démocrates dire tout simplement que la liberté n’autorise pas tout et tout simplement interdire ces partis extrêmes et de fait ils ne pourront pas se présenter aux elections et répandre aussi aisément leur haine. C’est ce qui a été fait en Angleterre ou en Allemagne par exemple. Ca c’est le vrai courage politique. Mais comme ce n’est toujours pasle cas je considère que la France a intérêt à ceque ce parti existe puisque tous les gouvernement de gauche ou de droite n’ont jamais évoqué cette idée. En plus en France il n’y a pas que le front national, il ya celui de Maigret et celui de Devilliers. De toute façon les partis dits démocratiques et républicains ce qui n’a d’ailleurs aucun sens pour moi reprennent quand cela les arrangent les idées nauséabondes de ces partis. Il n’y a bien qu’en France qu’en tant que Noir on peut se faire insulter en direct par des journalistes, des hommes politiques et voir ceux-ci ne jamais être sanctionné. Notre président disait déjà que là nous habitions se dégagaient des odeurs nauséabondes qui expliquaient de fait que les « bons français » ne voulais pas de voisins noirs (je dis noirs car je ne supporte pas cette expression de personne de couleur) que notre ancien ministre de l’interieur se sentait insulté quand il recevait un homme d’origine africaine car cet homme alors que vivant en France depuis des années puisse se présenter devant lui en boubou, le même ministre pour montrer qu’il était ouvert de nommer un prefet noir d’origine camerounaise d’ailleurs non pas prefet (juste prefet) mais prefet de l’integration, qu’un responsable PS de déclarer qu’il y avait trop de noirs dans l’équipe de France, qu’un animateur du service public de déclarer que la famine en Afrique était due au comportement sexuel irresponsable des noirs… Nous français nous nous plaisons à dire que nous sommes le pays des droits de l’homme, le pays de la liberté, de l’égalité et de la fraternité mais pour ce que je connais c’est pas totalement vrai… en comparaison je regarde les Etats-Unis pourtant pas connus de ce côté de l’atlantique comme le pays le plus ouvert mais là bas je vois des noirs à des postes de haut niveau que cela soit dans le domaine politique qu’économique d’ailleurs je vous invite à lire les resultats de ce rapport du BIT (bureau international du travail) sur le racisme dans le domaine de l’emploi en France… J’arrete je n’en peux plus il faut que j’aille acheter un drapeau bleu-blanc-rouge et l’accrocher à ma fenêtre comme l’a demandé madame Royale pour montrer comment je suis fière d’être française….

  2. inero-marc 31 mars

    je deplore ces etats de fait qui sont lamentable et humillians pour toutes les personnes qui se sente du monde , comme d’habitude les elections sont la demonstration , en sous entendus biensur , de la xenophobie et du racismes , servant a certain candidat de moyen pour avoir la parole sur la place publique .
    ceux qui entraine par la meme , la reaction des gens simple (pas dans le sens modeste ) d’espris a suivre cette mode pour eux aussi avoir la parole . car on reproche toujours au autre ce que l’on se reproche soit meme .
    enfin je deteste les personnes raciste ou tout autre personnes lansant des theories fumeuse sur les diferences entre les etre humains .
    merci pour ta visite et je te souhaite un bon week end
    a bientot
    amitier
    marc

  3. balaline 31 mars

    Bonjour Malaïka,
    Je ne sais si ce message arrivera! je viens chez toi aujourd’hui, en passant par le blog de « Fleur de sel « ; je ne peux accéder à ton blog directement du mien!
    Je suis révoltée par tout ce que je viens de lire;tu sais j’habite dans un village où heureusement tous ces actes racistes n’ont pas cours; au contraire, les personnes sont plutôt respectueuses et fraternelles ! comment peut-on en vouloir à quelqu’un parce que sa peau est différente! que d’échanges perdus !
    Nous sommes tous des êtres humains avec nos qualités ,nos défauts, nos souffrances, c’est cela la richese du monde !
    J ‘espère que mon message arrivera ! de gros bisous pour ton samedi !

  4. Titophe 31 mars

    Bonjour Malaïka,

    Plusieurs choses.
    1/ Je trouve ton billet tres bien ecrit et souhaiterais le publier sur mon blog. Serais-tu d’accord? Si oui, reponds-moi sur mon blog directement.

    2/ Le racisme n’est pas en augmentation, je dirais meme au contraire. Ce qui augmente, c’est le nombre d’agressions racistes, verbales ou physiques. Ces violences augmentent car elles se banalisent. Par contre, l’etat d’esprit qui a conduit a ces violences (pas d’accents sur ce clavier QWERTY ;-) et qui est l’essence meme du racisme, cet etat d’esprit a toujours ete bien present, tapis la plupart du temps derriere la bienseance (d’ou le terme de personnes de couleurs par exemple).

    3/ Tu viens du Cameroun. J’y ai vecu moi aussi longtemps. Etre blanc a Yaounde demande souvent neaucoup de recul, crois moi! Tu sais ainsi que l’exclusion n’est pas une specificite francaise, meme si certaines raisons du rejet ont une origine differente. Je ne justifie rien, attention. Je dis simplement que si tu souhaites partir, tu risques de trouver la meme chose ailleurs. Il me semble plus judicieux de rester la ou tu peux etre utile, la ou tu peux contribuer a faire bouger les choses, a transformer ce que tu refuses d’accepter. En d’autres termes, je pense que ta place est ICI, car ton talent et ton coeur sont necessaires. Un peu de courage, je t’ai deja dit que le chiffre de 30% etait fortement sous estimé (un effort pour les accents!) mais je ne pense pas qu’il soit de 100% non plus. Trouves tes amis, ne te focalise pas seulement sur les autres.

    Merci d’avance!

    Titophe

  5. Brigitte 31 mars

    Je partage ta colère, je partage ta souffrance, je partage ton indignation.

    Et je suis d’accord :
    y’en a marre des belles phrases qui sonnent creux,
    marre des beaux principes auxquels tout le monde adhère intellectuellement mais dont bien peu sont capables de vivre au quotidien,
    et non à la banalisation facile du genre « c’est pas grave, c’est marginal, on n’est pas tous comme ça » !

  6. binicaise 31 mars

    Tu ne peux pas imaginer comme j’ai honte de ce racisme imbécile, je sens en ce moment que l’on cherche à diviser les communautés pourquoi…diviser pour régner mais j’ai très peur de l’avenir, surtout si un certain Monsieur devient Président …..Il sème la discorde …racaille , karcher c’est lamentable…
    Après cela tous les du…. la joie se croient obliger d’insulter toute personne qui ne leur plait pas.
    Il faut être pauvre d’esprit pour se livrer à ces insultes .
    Je comprends ta douleur et ton chagrin mais nous nous t’aimons Malaika.
    Bises Jacqueline

    Dernière publication sur Binicaise : Blog en pause pour une durée indéterminée.

  7. natureinsolite 31 mars

    Moi aussi j’ai honte de voir ce qui se passe encore en France aujourd’hui. C’est très grave. Ces agressions verbales que tu subis me font mal Malaïka.
    Le racisme est-il en augmentation, comme le dis Titophe? Ou bien ces personnes-là ne font-elles que transposer leur propre mal-être sur toi… les attaques et les agressions gratuites étant la plupart du temps des actes de faiblesse… Sans doute les deux, malheureusement!
    Je pense que tu es assez forte et intelligente pour faire la part des choses et comme le dit Milady, « ce qui ne me tue pas me rend plus forte. »
    Sache Malaïka que chaque fois que je te lis, je m’enrichis, aussi reste là avec nous, ta place est ici.
    Mes pensées s’envolent vers toi. Marie.

  8. natureinsolite 31 mars

    Cet autre regard qu’est le tien est très important pour nous!

  9. elisabeth 31 mars

    Bonsoir,
    Malaïka, ma petite fille est métisse (son père Guyannais). Elle a été élevée avec sa mère, ma fille, qui est blanche et voit son père tous les week end. Elle rit en disant « mon papa noir »….
    Elle a beaucoup de copines aussi bien blanches que noires (du Maroc, de Guyane, d’Afrique). On ne lui parle jamais de racisme. A Montpellier où elle vit, le métissage est fréquent. Tout le monde est mélangé. Je souffre pour toi qui a rencontré la bétise de ces personnes qui t’ont rejetée. Je t’embrasse bien fort et je te remercie pour tes commentaires sur mon blog.
    Je te souhaite un bon week end.

  10. muse 1 avril

    Je partage avec toi ces sentiments d’horreur vécus par toi dans ce pays de libertés et de tolérance qu’est laFrance. Nul n’a le droit de proférer ce genre d’insultes que l’on qualifie de raciale.
    Tout comme le fit Aimée Césaire en son temps tu as le droit d’affirme ta négritude, ce sont tes racines profondes et nul n’a le droit de t’enlever une seule parcelle de ta vie, de ta peau.
    Je suis en correspondance avec un ami sénégalais qui a travaillé comme tailleur au Cameroun;certes les conditions difficiles de ce pays en sont peut être la cause, mais il me parlait de ses difficultés à s’insérer dans la société camerounaise, depuis que son Président est en froid avec celui du Cameroun; au point de se faire racketter par la police locale, se faire battre aussi…et il me parlait là aussi de racisme…où des castes existent! Que penser de cette situation quand on voit comment un Camerounais parle d’un Burkinabé?dixit cet ami!!
    Vois-tu je pense que le monde entier est régit par ce type de relations et ce sont celles ci qu’il faut combattre avec véhémence et si un jour tu as besoin de quelqu’un pour t’aider à porter cette banière, je serai présente.

    restons en à cette vieille formule de 1789: »Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. »

  11. Delphinium 1 avril

    Chère Malaïka
    votre message m’a énormément touchée. Parce que nous avons tous des histoires de ce genre dans nos pays, mais peu de personnes qui osent véritablement les dénoncer. Etre attaquée ainsi, cela doit faire mal, cela fait mal et je partage votre souffrance.
    En Suisse, nous avons un article du code pénal qui dénonce justement ces actes de racisme, ces paroles et gestes qui blessent autrui. Il y a de cela quelques mois, le parti qu’on peut considérer d’extrême-droite en Suisse, a remis en cause cet article, faisant prévaloir la liberté d’expression. Le débat a fait grand remou mais les choses n’ont pas abouti et heureusement.

    L’autre jour, vous parliez de rêves dans un précédent post. J’espère de tout coeur, chère Malaïka, que vous pouvez encore rêver après de telles choses. Je l’espère vivement. Et ma main blanche serre la vôtre par-dessus la toile du Web. Je pense à vous.
    Bisous!

  12. Titophe 1 avril

    Merci Malaika pour avoir dit oui. Je viens de publier ton billet. Je n’ai bien entendu pas changé un seul mot, mais je me suis permis de l’agrementer de quelques illustrations. N’hesites pas à poser un commentaire si tu souhaites des retouches.

    Amicalement

    Titophe

  13. patricia cosmétique 1 avril

    Malaïka, je t’adresse tout mon soutien, pour ce que tu as dû vivre un beau matin, dans les rues de Paris et je n’en suis pas fière, car mes racines sont ici, et cette cruauté gratuite n’a pas de sens dans un monde soit disant civilisé.
    le respect des autres, la politesse n’est pas d’actualité et surtout depuis quelques temps, il va falloir y remédier pour retrouver une France juste, noble et humble et humaine, nous sommes tous égaux de couleurs différentes et tous sles enfants de notre créateur Dieu.
    un jour nous serons tous mis nus le jour du jugement dernier celui qui n’aura pas tendu la main à son frère ou sa soeur se verra finir en enfer, le monde a mal, penché sur son malheur, donnez lui l’espoir pour calmer sa douleur, par dessus les frontières qu’on entende mon appel, vivons tous ensemble ne versons plus le sang ni la haine, tout autour de nous il n’y a que l’amour, le ciel bleu, la mer, et notre terre si belle, avec un peu de chance nous entondrons les chants gorgés d’amour, d’espoir et de paix et s’envoler très haut vers le ciel la blanche colombe encore plus belle…
    garde l’espoir d’une vie meilleure, ma chère Malaïka, sois fière en te disant quelle tristesse pour ce jeune il a besoin d’aide il criait sa haine, son venin, sa colère, il avait mal un mal dont on ne sait , mais il avait mal pour se venger sur une diférence, nous sommes tous égaux dans ce monde, et la couleur n’est qu’une histoire de carnation pour nous protéger des ultra violets, notre créateur a pensé à tout et si il y a des couleurs différentes c’est une simple raison de protection de nous protéger, il faut se dire que la couleur noire et sa pigmentation est simplement pour une protection de climat, la couleur blanche est faite dans les mêmes conditions, et le racisme est une connerie monstrueuse inventée par l’homme, le racisme envers les personnes de couleurs noires est abollit depuis 200 ans en france, et ne laissons plus les gouvernements successifs détruire cette paix qui règnait encore dans notre pays, battons nous pour le respect des droits de l’homme.
    personnellement je maquille des femmes de couleurs noires, elles sont très belles, je vais prier avec des femmes de couleurs également nous sommes tous égaux d’égalité, de bonté, je m’excuse Malaîka de cette agression que tu ne mérites pas du tout pas plus que moi qui suis blanche pas plus que ma soeur qui est un peu plus jaune et tous les autres, ni notre couleur ni notre religion ni notre instruction ni nos coutumes ne doivent dépasser le non respect de chaque individu qui partage cette planète , vive la France et tous ces habitants venus de tous les horizons de la planète, nous parlons de laïcité prouvons le, mon père a fait la guerre la dernière la cruelle avec les juifs déportés les camps, nous disons non à tout cela stoppons cette haine venue du haut, il est inadmissible qu’à ce jour, Monsieur Nicola Sarkozy se permette de faire construire des centres pour y parquer des réfugiés sans papiers, dire NON à toute cette bassaisse que ce gouvernement met en place, vivons ensemble, apprenons à nos jeunes cette beauté de l’union différente de culture cette richesse d’enseignements que chacun donne à son prochain, pour un monde meilleure, pour nos enfants au dela de toutes les frontières aimons nous et ne faisons pas subir à Malaïka ce genre d’agression qui est une honte un scandale.
    avec toi chère Malaïka, ma soeur

    mes amitiés
    Patricia

  14. Callado Claude 1 avril

    Bonjour chère Malaîka
    Je viens de lire ton récit, qui est à la foi très beau et très prenant, d’avance je te dis reste là, tu est chez toi, le raçisme est présent partout, il sert à éviter, aux personnes de bas étages de pouvoir s’expliquer sur des faits de socièté qui nous entourent, c’est tellement plus simple de dire que le chomage est la faute des immigrés, que l’insécuritée est la faute aussi des immigrés…etc, etc, on pourrait en trouver des tonnes.Le grave du problème est que certaines personnes , souvent dans le besoin, écoute ce langage et tombent dedans, ce que je remarque poutant ,c’est quand tu parle d’élection avec d’autres personnes , aucun n’a le courage de dire: je vote Le Pen……….dans mon blog, dont tu as l’adresse, va faire un tour dans mes liens perso, car j’ai l’honneur d’avoir un gendre qui est Malien et qui pour ce marié à subit par l’intermédiaire d’un ancien Ministre de l’intérieur, un retour à la frontière le jour de son mariage, donc quand je parle de raçisme et de ce battre contre l’administration et tout ce qui en découle, malheureusement , je sais ce que sait, mais j’ai apris aussi que de baisser les bras, n’arrange rien, bien au contraire et puis de ce battre sert pour son honneur et celui des autres.
    Premet moi de te faire une bise.
    Amicalement

  15. tadipapy 1 avril

    la france pays des droit de l’homme et des « imbeciles »,qui n’ont toujours pas compris,l’importance du melange des genres et qui ne se complaisent que que dans la betise et dans des idées du siecle dernier.
    qui pense avançés alors qu’en fait ils reculent,mais heureusement si en france il y a des imbeciles il y a aussi des gens intelligent qui ont compris l’importance d’avoir des gens qui apportent la paix, la bonne humeur,et un savoir faire pour que notre pays continu d’evolué.c’est un vrai plaisir de visité ton blog malaika.

  16. Prunier 1 avril

    Bonjour Malaïka, ne te décourage pas, c’est vrai que le raciste se banalise mais il faut
    essayer de faire bouger les choses, on peut espérer qu’en votant « utile » notre France retrouve un peu de dignité et ne laisse pas s’instaurer ce climat. Eduquons nos jeunes dans l’amour du prochain. Ne perdons pas espoir. Je suis comme tous les autres commentaires, de tout coeur avec toi.Que tous les Chrétienss qui lisent ce blog prient pour
    l’unité des peuples en cette période carême.
    Je t’embrasse. Gibi

  17. binicaise 1 avril

    Je te fais un petit coucou , bises jacqueline.

    Dernière publication sur Binicaise : Blog en pause pour une durée indéterminée.

  18. objectif-p 1 avril

    tout le long de notre vie, on partage l’espace avec des gens qui, va savoir pourquoi, se sont encrassés. Leur belle mécanique intellectuelle s’est rayée à cause de ces crasses et plus rien ne fonctionne. C’est ça le racisme, non? des gens encrassés.
    Le pire, c’est que selon ma théorie, plus il y a de crasses dans la carcasse de ces personnes et, étrangement, plus les mots sortent de leur bouche immonde. Etrange!

  19. tanette 1 avril

    Terrible et triste témoignage d’agressions verbales que tu as pu vivre, qui te mettent mal à l’aise et dont nous avons honte. Résiste petite soeur. Tiens le coup, il existe des sots mais j’espère que tu cotoies aussi des gens qui valent la peine et qui t’apprécient pour ce que tu es.

  20. zara whites 2 avril

    vous savez, le rascisme est une chose tellement lache…je ne suis pas noire (mon mari pourtant, l’est lui) mais par rapport à mon passé, les gens me jugent aussi, et je sais que ces jugements sont blessants et tellement injustes…je peux tout à fait m’imaginer ce que ça fait d’être jugé par rapport à la couluer de peau…pendant un moment, les jugements me touchaient prpfondement…maintenant ces gens là, me font pitié, car mal dans leur peau, ils ne savent pas quoi faire d’autre que faire du mal aux autres…ils sont malheureux et moi, j’ai tout pour vivre, moi je suis heureuse…et donc la vie les punit tout seul!

  21. leblog 2 avril

    Quelle chose affreuse que tu nous racontes là, tu vas me penser bien naïve ou vivant sur ma bulle mais je ne pensait pas que les gens pouvaient agir avec une telle méchanceté comme ça gratuitement avec autant de haine !!!!
    Quelle horreur, cette femme que tu as voulue aider….
    Ne laisse pas ces gens de miner (je sais c’est facile à dire) par des personnes si on peut les qualifier d’êtres humains, car ils ne valent vraiment pas la peine qu’on se pose sur eux.
    Tu as tellement plus à offrir, tu as un coeur et des pensées qui sont honorables nous ne pouvant pas en dire autant des ces gens, je ne peux même pas identifier à des animaux, se serait blesser nos amis les bêtes.
    Je te souhaite une bonne soirée

  22. fleurdesel 2 avril

    Bonsoir Malaïka,
    voilà quelques jours que j’avais délaissé les blogs, le temps d’un week-end pour me ressourcer… Je reviens… Et lis sur ton blog des mots qui me font mal…. Je ne sais pas ce qui se passe dans la tête des gens pour sortir de telles « conneries », excuses moi du mot… C’est terrible, cette violence… La France est pourtant un pays libre… Et le mélange des couleurs, des cultures fait tout de même un monde meilleur, non???… !!!!A quand cette réalité…
    Tous ces mots résonnent en moi comme des fissures….
    Je t’embrasse et reçois toutes mes amitiés.
    Fleur de Sel

  23. susie 3 avril

    Ca me touche et me rappelle également combien le visage haineux du racisme s’est amplifié depuis ce fameux 11 sept…
    Je me rappelle avoir perdu mon travail quelques jours car, au lendemain des attentats,étant danseuse orientale dans un restaurant l’américanisé, j’ai eu affaire à des touristes qui étaient repartis en me voyant sur scène, avec des paroles méprisantes à mon égard…
    C’est comme si j’étais devenue du jour au lendemain un symbole politique, et depuis je ne dois pas danser sur des musiques où l’on chante en arabe, pour ne pas choquer les américains de passage sur Paris…
    Pour le raciste de base je suis arabe, donc musulmane, donc terroriste!!!!…C’est comme si la guerre en Irak était de ma faute, ma parano s’est décuplée et ça me faisais mal de me sentir rejettée, jugée à cause de mes origines….
    Bêtise, ignorance, méchanceté, amalgames…
    J’ai honte de l’avouer mais j’ai souvent souhaiter être blonde aux yeux bleus…
    Malgré ma croix autour du coup, ma culture française ( je vis içi depuis l’âge de 10 ans) et ma modernité je me sens parfois déracinée et désoeuvrée…
    Et pourtant ce ne furent que des mots, que des regards…
    Aujourd’hui je me dis qu’être de « tel » pays m’épargne un peu, mais demain si un terroriste venait de ce même pays je me sentirais responsable et serais jugée aussi…
    Nous portons le poids de l’histoire de nos origines…

    Il faut se battre où que l’on soit Malaïka, c’est notre destinée, içi ou ailleurs…
    Il faut continuer à rêver un monde meilleur, même si c’est dur..
    Cesser de rêver c’est dépérir…
    Je t’embrasse

  24. susie 3 avril

    Un film sur Nelson Mandela et son combat sort dans quelques jours…

    Dernière publication sur SUSIE : Le mystère des voix bulgares

  25. saxifrage 3 avril

    On est toujours l’ étranger de quelqu’un et ce n’est pas seulement une question de couleur de peau. La bêtise humaine va se loger dans des endroits insoupçonnés et sous toutes les latitudes…La richesse n’est pas qu’argent , elle est avant tout ouverture d’esprit .Ne baisse pas les bras , ma France à moi te tend les siens …amicalement

  26. troisdeux 3 avril

    Je suis d’accord avec Saxifrage, on est toujours l’étranger de quelqu’un.

    Ado, je me souviens encore des affronts que devaient subir mon ami Antillais.
    Puis, à mes début dans le monde du travail, je devais moi meme faire face au fait que j’étais banlieusiarde, du 93 qui plus est !
    Ensuite, mon fils porte un nom arabe, et déjà alors qu’il n’a que 5 ans, on le juge comme petit issu de cités !…

    On subit tous les injustices du regard de l’autre qui se croit mieux…
    A nous maintenant de faire grandir la nouvelle génération avec l’amour et le respect de l’autre, la curiosité et l’ouverture d’esprit, et lui apprendre que le mélange des genres, des idées, et la tolérence sont une richesse !!!

    Vive la diversité !

  27. DaTroll 4 avril

    Bonjour,

    J’ai repondu a votre billet sur le blog de Titophe. Je ne copie-colle pas mon texte ici car j’ai fait quelques references a d’autres commentaires ulterieurs, ce qui rend quelques parties peu claires pour ceux qui ne les ont pas lu.

    Pour votre information.

  28. cécile 4 avril

    Malaïka,
    je ne suis pas douée pour les longues phrases, mais tes mots résonnent très fort en moi, je les ai parcourus avec une extrême attention. Cela fait mal.

  29. Fiso 5 avril

    Salut Malaïka,
    Je découvre ton blog aujourd’hui. En plus d’avoir un prénom magnifique, tu écris avec beaucoup de style.
    Toutes les paroles de réconfort n’effaceront jamais ce que tu as vécu. Je ne suis pas dans ta peau.
    Comme d’autres plus haut, je constate que les discriminations en France touchent bien sûr les noirs et autres origines « visibles », mais aussi les gros, les handicapés, les femmes, les jeunes, les vieux, les moches (ou supposés tels)
    Ca fait du monde, hein ?
    Tout cela nous divise de plus en plus. Je pense que c’est voulu.
    Je voudrais rebondir sur ce qu’a dit Titophe, qui est la personne qui m’a amenée sur cette page. Mariée à un africain, j’ai bien sûr souffert avec lui des milliers de préjugés et vexations qu’on assène avec le sourire. J’ai souvent été mal à l’aise.
    Je l’ai connu en Irlande, pays qui a la réputation d’être chaleureux et ouvert.
    Je me suis fait cracher dessus et traiter de p… par des Irlandais qui me croyaient des leurs. Une amie camerounaise recevaient des seaux d’eau et des tomates lorsqu’elle se promenaient dans la rue avec son fils.
    Tout ça pour te dire , comme tu le sais sans doute, que la xénophobie n’est pas propre à un pays. C’est humain car c’est une peur irrationnelle que l’on peut tous ressentir à un moment ou un autre.
    Mon séjour en Irlande a bousculé pas mal de choses.
    Mon ex-mari a pris conscience de certaines choses. Que dans son pays (la RDC), c’était les Sénégalais qui étaient pris pour cible.
    Et moi, en tant que blanche, je me suis heurtée aussi à des préjugés. Et comme je ne me considère pas coupable de l’histoire de mon pays, je ne me laisse pas faire. Tu parles des gens qui vantent l’absence d’accent pour te flatter. « Tu n’es pas comme les autres » (tu es évoluée, intelligente, toi) …
    Moi les congolais que j’ai connus me flattaient en me disant avec beaucoup de chaleur que je n’étais pas une blanche, que j’étais une vraie africaine.
    C’est quoi alors, être une blanche ?
    On ne peut pas être blanche et aimer le manioc ? (là je reprend le titre d’un bouquin écrit par un de tes compatriotes)
    Etre blanche et humble ? Etre blanche et aider à débarrasser la table ?
    C’est bizarre cette tendance qu’à l’être humain à toujours vouloir assimiler l’autre. Tu nous étonnes positivement, tu es comme nous, tu correspond aux préjugés qu’on se fait de ton peuple, tu es « l’autre ». Et la moindre erreur est fatale.
    Désolée d’avoir squatté ton espace mais ce sujet me passionne depuis toujours. Juste une apparté pour t’inviter à lire, si tu en as le temps, mon témoignage sur un acte de violence doublé de malhonnêteté, dont j’ai été témoin.
    http://2yeux2oreilles.hautetfort.com/archive/2007/03/05/et-la-tendresse-bordel-2.html
    Courage ! On a l’impression que rien ne change et pourtant … Maintenant au moins on en parle. Et les actes de solidarité et de désobéissance qui se multiplient (rebéllion contre l’arrestation de sans papiers) nous permettent d’espérer.

  30. bayelef 5 avril

    ma chère soeur
    Ton texte m’a pénetré jusqu’au fond de l’âme ! toute ma vie j’ai lutté pour le respect des individus quelque soit leur origine ou la couleur de leur peau.D’ailleurs je pense que mes textes sont clairs la dessus .
    Jes humains oublient souvent que toutes les races excepté parait-il les asiatiques, sont issues du même berceau africain.Nous sommes tous genetiquement et biologiquement parents .
    Le français qui se laisse entrainer par de beaux parleurs , sur la pente glissante de la xenophobie ,oublie qu’alors qu’il vivait comme un sauvage, les peuples qu’il stigmatise avaient un degré d’évolution exceptionnel!
    Je suis blanche , noire , jaune et rouge, chretienne,musulmane , bouddhiste,….etc.
    dieu a mis dans le ciel son arc en signe de paix mais aussi pour que l’on oublie jamais qu’il est notre père et que par consequent nous sommes tous frères , peu importe la couleur et les vêtements que nous portons! nous venons au monde nus et c’est nue que notre âme retournera au père quelque soit le nom qu’on lui donne .
    bises à toi
    brigitte

    Dernière publication sur l'esprit des anges 2 : L' Amour est le lien que Dieu nous tend..........

  31. Papotine 20 mai

    Je vis au quotidien également ce genre de chose…pas parce que je suis noire …non … parce que je suis… différente… »hors norme »… plus…enrobée que la moyenne! Que dire de ces vendeuses qui gloussent quand je rentre dans un magasin, en se jetant des regards complices, et en me glissant « on n’a rien à votre taille »… que dire de cette hotesse de l’air et de ce stewart qui ont piqué un fou rire quand j’ai pris ma place dans un avion…, pire que dire de cet enfant qui dit à sa mère : oh t’as vu maman la dame…elle est grosse! et d’entendre la maman…oui chéri j’ai vu!… que dire…sinon serrer les dents, affronté leurs regards jusqu’à ce qu’ils en deviennent honteux, et ne jamais… non jamais baisser la tête et ne jamais fuir…. JAMAIS! puis pleurer…toujours …seule….en cachette……. parce qu’on ne s’y fait jamais!

  32. Papotine 20 mai

    affronter et non affronté…désolée pour la faute…trop d’émotions..! :o )))

  33. Malaïka 20 mai

    Réponse à Papotine,
    Combien la bêtise peut être blessante et douloureuse pour celui qui en est involontairement destinataire ? Serrer les dents, cacher ses larmes, taire sa douleur…
    Je suis révoltée par ce que tu as subi et que tu subis encore.
    Je suis indignée et révoltée par cette bêtise mâtinée de méchanceté.
    Je te souhaite d’avoir toujours la force et les ressources pour faire face.
    :-(

  34. Papotine 20 mai

    Mais personne ne mérite d’être rejeter…ni toi ni moi…ni personne d’autre! il n’y a AUCUNE RAISON d’accepter cela ! Maintenant avec l’age…ça ne me touche un peu moins qu’avant… je ne pleure plus…mais je ne peux pas dire que j’oublie…. ! ça laisse toujours une petite trace… tu vois il n’y a pas que le racisme anti noir, il y a le racisme anti gros, comme il y a le racisme anti handicapé, il y a le racisme anti blanc aussi…etc… bon le prochain qui m’insulte je lui sers ma phrase préférée (issue d’un dialogue d’Audiart dans le Pacha): Je pense que le jour où on mettra les cons sur orbite, t’as pas fini de tourner… fait comme moi! :o )))

  35. Papotine 20 mai

    Mais personne ne mérite d’être rejeté…ni toi ni moi…ni personne d’autre! il n’y a AUCUNE RAISON d’accepter cela ! Maintenant avec l’age…ça ne me touche un peu moins qu’avant… je ne pleure plus…mais je ne peux pas dire que j’oublie…. ! ça laisse toujours une petite trace… tu vois il n’y a pas que le racisme anti noir, il y a le racisme anti gros, comme il y a le racisme anti handicapé, il y a le racisme anti blanc aussi…etc… bon le prochain qui m’insulte je lui sers ma phrase préférée (issue d’un dialogue d’Audiart dans le Pacha): Je pense que le jour où on mettra les cons sur orbite, t’as pas fini de tourner… fait comme moi! :o )))

  36. Malaïka 20 mai

    Réponse à Papotine,
    Je suis d’accord avec tout ce que tu dis à une différence près je ne dirais pas racisme anti gros, anti handicapé. Pour moi c’est de la discrimination. C’est abject, c’est inommable, c’est à vomir, mais à mes yeux ce n’est pas du racisme même si dans le langage courant on appelle ainsi ces actes intomérables.
    Mais le racisme a trait à la race fut elle blanche, noire, de type asiatique, etc. Les présupposés derrière sont un sentiment de supériorité vis à vis de l’autre race. Ou une criminalisation de la dite race. Il y a derrière le mépris d’une race des présupposés insupportable.
    Je ne minimise pas la discrimation à l’égard des personnes fortes, des personnes handicapées, de petite taille, de plus de 50 ans etc (d’autant que certaines de ces discriminations me touchent de près) mais je ne peux mettre le même mot derrière ces réalités parce qu’il y a dans la mémoire générationnelle de bien des gens des conséquences tragiques de l’infériorisation d’une race. On l’entend à Johannesbourg, à Auchwitz, à Atlanta, et dans tellement d’endroit où l’on s’est cru autorisé à mépriser, briser, tuer, parce qu’à force d’entretenir ce qui ne semble être que de la bêtise on ouvre la porte au pire de ce que l’homme peut offrir. Ca ma glace de savoir que les germes sont là, dans nos sociétés d’Europe, d’Afrique, d’Amérique ou d’ailleurs, portant en eux de possibles violences.

    Ps : j’aime la citation d’Audiard. ;-)

  37. Papotine 20 mai

    oui tu as raison…. mais ces maux sont si proches…discrimination…racisme…. les effets ravageurs sur l’individu sont les mêmes…c’est ce que je voulais dire….j’ai volontairement utilisé le mot « racisme » pour faire comprendre le ressenti de la personne à qui l’on crache des insultes…mais j’adhère tout à fait à la définition que tu fais du mot racisme!

  38. amy 3 novembre

    juste un petit mot pour dire que le racisme vient de tous les cotés et pas seulement des blancs envers les noirs.
    L autre fois en sortant de chez moi un homme noir m a lancé « hey tu es un peu trop blanche faudrait bronzer un peu » comment prendre cette phrase ? j espere que personne ne lui trouvera d excuses car si j avais sortie cette phrase alors on m aurait tout de suite accuséEde discrimination. Nous vivons tous le racisme car nous sommes tous de couleur.

    Bonjour Amy,
    Bienvenue sur le blog. Oui c’est un fait que le racisme existe de part et d’autre et n’est pas unilatéral. Le racisme, la stupidité, la méchanceté n’a pas de couleur. Il faut dénoncer tous les racismes quelles qu’en soient les sources car jamais il n’est acceptable. Il faut le combattre en soi et autour de soi. Merci pour ce témoignage.

  39. mafrika 13 décembre

    salut à tous.
    Malaika,moi aussi je vis tous les jours ces histoires de racisme.Aujourd’hui encore une buraliste a refusé de me servir.
    Le racisme est partout,dans tous les pays du monde.Mais je pense que la discrimination raciale vient des pays européens.Si on remonte à l’antiquité déjà,ce sont les romains qui sont allés chercher des esclaves en Egypte.On me dira que les noirs utilisaient les noirs.Il n’ya pas si longtemps le gouvernement de vichy a collaboré avec les nasis,dénonçant les résistants.
    Nous sommes tous des hommes et en tant que tel,on collabore pour avoir la paix,et on aime être flattés.On veut toujours être préféré aux autres.Les blancs ont plus les maghrébins, qui se comportent comme s’ils n’appartenaient pas au continent africain.bien sur,il ya des exceptions parmi,les personnes;qui confirment la règle.Depuis toujours,il ya un ordre de hiérarchie.Même au sénégal,une personne qui vient de l’aristocratie est mal vue lorsqu’il veut épouser une personne d’origine modeste.C’est comme dans la société française d’avant la révolution et même de maintenant dans laquelle les « vraies » familles bourgeoises ou aristocrates acceptent difficilement les personnes de « condition inférieure ».Mais au moins on appartient à la m^me « race »(je le dis même si ça m’écorche).
    Pour moi,Le racisme des noirs au final n’est que le contrecoup du racisme blanc liée à sa politique du diviser pour mieux régner.a action,réaction.Il ne faut pas alors s’étonner que dans les pays africains,les blancs s’intègrent mal(confère le message de titophe).
    Après il ya une histoire de vécu personnelle.Moi par exemple,je suis arrivée en france à l’âge de treize ans.Je ne faisais pas de différence entre moi et mes camarades de classe. »je voyais la vie en rose ».C’est comme ça quand on est enfant(confère le message de la dame qui habite à montpellier)et je pense que c’est normal et l’enfance est le temps de l’innocence et de la naïveté.Puis on grandit et c’est là qu’on prend de plus en plus compte des vices cachés.Je suis sortie avec un blanc.J’étais follement amoureuse.C’était mon premier copain en plus.Bref,il me cachait à ses parents,à ses amis.Une fois m^me,j’étais dans sa maison et ses parents sont arrivés à l’improviste.Il m’a caché dans la chambre pendant toute la journée(durée de la présence des parents).
    Puis,il ya eu de nombreuses agressions verbales,(je me suis même fait crachée dessus une fois)les humiliations dans les services publics et tout ce que malaïka a si bien décrit.

Laisser un commentaire

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo