Say it loud !

Image de prévisualisation YouTube

Merci à James Brown de l’avoir clamé dans un temps où on n’osait pas le faire. A sa manière il a participé à faire l’histoire…

Harlem reprend son cri pour lui rendre un dernier hommage.

Image de prévisualisation YouTube

Yes I say it looooooooooouuuuuuuuuuuud I’m black and I’m proud.

I’m a black lady and I’m proud. Proud to be who I am. Proud to be totally  me !!!!!!!!!!!!!!

Oui je l’affirme en écho à ce cri qui a précédé ma naissance, qui a précédé ma conscience. Je suis noire et fière. Je suis une femme noire et fière. Fière d’être la personne que je suis et d’être totalement, absolument et irrévocablement moi. Je porte avec fierté l’héritage de mes ancêtres et de mes ainés. Je suis fière d’être dans la continuité d’une histoire dont je n’ai pas à rougir et dont j’assume même les parts d’ombre. Je sais que de l’ombre jaillira la lumière, une lumière dont l’une des sources sera la connaissance pacifiée de soi et des autres. Merci à ceux qui de différentes manières, ont frayé un chemin vers la liberté, le chemin de la prise de conscience de soi. Ils avaient des moyens différents, des armes différentes. Certains avaient le verbe, d’autres avaient le poing, et d’autres encore la chanson, ou la plume mais leur but était le même celui de sortir de l’asservissement, celui du relèvement et de l’affranchissement des vies et des conscience de ceux longtemps ont dû courber l’échine et la pensée. Une chanson peut être anodine. Mais quand elle rencontre l’histoire, quand elle s’inspire de l’histoire de son temps elle peut donner une impulsion et là la musique, l’esthétique éventuelle du son n’a plus d’importance, le sens prime sur le son.

SAY IT LOUD PEOPLE !!!!



4 commentaires

  1. sansanboy 5 janvier

    Oui, James Brown un vrai monument de la musique afro-américaine et un cri de coeur que bcp de gens gagneraient à reprendre encore aujourd’hui…
    Mais il ne suffit pas seulement de crier sa fierté, il faut aussi poser des actes qui vont avec…

  2. Malaïka 5 janvier

    Des actes tels que … tu veux bien développer ta pensée s’il te plaît ? Ca pourrait donner des pistes à quelques uns d’entre nous. Mais reconnaître et affirmer déjà sont identité avec fierté, c’est un bon début. L’assomption d’une négritude qui progressivement s’affranchit des chaînes de la conscience, des sentiments d’infériorité inconscients c’est déjà un pas vers la liberté et vers la rencontre de soi. Oui me dirais-tu, ceci n’a qu’une dimension incantatoire. je n’en suis pas si sûre. Beaucoup de choses commencent par la parole, par l’expression des choses par des mots. Il viendra un moment où l’incantation appelera des actions positives et organisées. Des actions d’éducation, des actions de transmission de la mémoire comme on le faisait naturellement en Afrique il y a quelques temps. Les générations se parlaient, se transmettaient la mémoire familiale, clanique etc. Dans ma génération peut être y aura t-il juste une affirmation née d’un éveil ou plutôt d’un réveil de la conscience. Peut-être ne pourrons-nous pas faire autant de choses qu’on voudrait ou pourrait, peut-être en serons nous encore à réeduquer ou (re)découvrir la capacité à désirer et à rêver une autre africanité (fut-elle afro africaine, afro carribéene, afro-européenne, ou afro américaine). Tant que cette affirmation participe à la (re)construction des consciences et permet qu’au passage de témoin à la génération suivante, celle de nos enfants, puis à celles des enfants de nos enfants quelque chose ait avancé… Je t’entends d’ici penser que je rêve mais I am what I am…Je rêve sans honte d’une vie meilleure, d’un monde meilleur. Je crois profondément que celui qui est en sécurité dans ses définitions et racines identitaires n’a pas besoin de s’approprier l’autre, le différent comme un ennemi.

  3. Nath_Christiane 20 janvier

    J’ai trop pleuré l’année dernière; C’est dingue. J’espère que 2007 sera different sur ce point. Je sais bien que tout le monde doit partir un jour et que c’est l’essence même de nôtre humanité cette inévitable mortalité mais quand même je voudrais toujours garder plus longtemps ceux que j’ai aimé et peut-être manqué de temps pour leur montrer mieux encore que je les aimais. Comme beaucoup les disques de Luther, de James ou de Gerald je ne les avais plus écouté depuis longtemps. Dingue de musique je reste amoureuse pendant des mois de deux ou trois artistes seulement et il m’est difficile d’honorer toute ma discothèque… L’ année dernière j’ai été accompagnée en grande partie par Mary J Blige car j’ai adoré son come back et je dois l’avouer par Maria Carey egalement, mais il y a aussi eu Prince et Musicology (d’ailleurs un beau clin d’oeuil à James) il y a aussi eu Ray Charles un peu à cause du film, Sound of Blackness car j’avais vraiment envie de prendre le « Love Train », aussi Ben Harper car le live à l’Appolo moi il m’a electrifié, Joe, Cassadra Wilson et mon amoureux a été Anthony Hamilton après l’écoute de « the truth » je me le suis passé en boucle…

    Pardon James!!! Cette année tu es bien présente dans mon MP3 et je crois que tu battra bien des records parti comme c’est parti. Je redecouvre presque ton immense talent et j’ai honte mais je suis si heureuse en même temps.

    Rest in peace.

  4. Malaïka 20 janvier

    Encore un amoureux ? Mais la polyandrie n’est pas admise en Grande Bretagne la miss. Ca devient grave (ha ha). C’est vrai que la médiatisation des frasques de James Brown ont masqué l’immense inventivité du bonhomme. Profite bien de la (re)découverte cet immense artiste. Bises

Laisser un commentaire

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo