Dance with my father

J’ai envie departager un coup de coeur musical qui dure. Coup de foudre pour la voix de Luther Vandross qui a eu l’extrême mauvaise idée de mourir et de me laisser orpheline de sa voix et de ses mélodies qui ont bercé mon coeur de midinette et même d’adulte (j’assume publiquement les tares et attardements adolescents). Parmi de nombreux chants celui ci me touche particulièrement parce qu’il parle de la perte d’un père et de l’absence. Il raconte pudiquement le vide laissé par son père dans sa vie et dans celle de sa maman. Vide qui se raconte dans l’impossibilité qu’ils ont l’un et l’autre de danser à nouveau avec celui qu’ils ont perdu. Ca me bouleverse pour avoir été, comme beaucoup amputée d’êtres que j’aimais, arrachés à mon affection par la mort, parfois brutale. Pour ceux qui ne connaissent pas Vandross, je vous propose de le découvrir. C’est beau. Au fait pour voir la vidéo si elle n’apparaît pas, cliquer sur le petit logo dans le cadre qui apparaît sous le texte. Sinon cliquez sur le l’icone qui représente play et…régalez-vous !

Image de prévisualisation YouTube

 DANCE WITH MY FATHER

Back when I was a child, before life removed all the innocence
My father would lift me high and dance with my mother and me and then
Spin me around ‘til I fell asleep
Then up the stairs he would carry me
And I knew for sure I was loved
If I could get another chance, another walk, another dance with him
I’d play a song that would never, ever end
How I’d love, love, love
To dance with my father again
When I and my mother would disagree
To get my way, I would run from her to him
He’d make me laugh just to comfort me
Then finally make me do just what my mama said
Later that night when I was asleep
He left a dollar under my sheet
Never dreamed that he would be gone from me
If I could steal one final glance, one final step, one final dance with him
I’d play a song that would never, ever end
‘Cause I’d love, love, love
To dance with my father again
Sometimes I’d listen outside her door
And I’d hear how my mother cried for him
I pray for her even more than me
I pray for her even more than me
I know I’m praying for much too much
But could you send back the only man she loved
I know you don’t do it usually
But dear Lord she’s dying
To dance with my father again
Every night I fall asleep and this is all I ever dream

 

                                                

 

UNE DANSE AVEC MON PERE

Quand j’étais enfant, bien avant que la vie ne me vole toute mon innocence

Mon père me soulevait tout haut et dansait avec moi et ma mère, et…

Il s’occupait et veillait sur moi jusqu’à ce que je m’endorme

J’avais alors la certitude qu’il m’aimait

Si je pouvais avoir une autre chance, une autre marche, une autre danse avec lui

J’écrirais une chanson infinie

Ô combien j’adorerais, j’adorerais, j’adorerais

.

Danser avec mon père de nouveau

Quand moi et ma mère nous chamâillions,

Pour avoir gain de cause, je m’éloignais d’elle et me précipitais vers lui

Il me faisait rire, uniquement pour me consoler

Et me faisait ensuite faire exactement ce que maman m’avait dit de faire

L’autre nuit pendant que je dormais

Il a glissé un billet sous ma couverture

Je n’avais jamais imaginé qu’il me quitterait

Si je pouvais avoir un dernier adieu, une dernière ballade, une dernière danse avec lui

J’écrirais une chanson infinie

Car j’adorerais, j’adorerais, adorerais

Danser avec mon père de nouveau

Parfois, je tendais l’oreille derrière la porte de maman

Et j’entendais comment elle pleurait papa

Je prie encore plus pour elle que pour moi-même

Je prie encore plus pour elle que pour moi-même

Je sais que je prie toujours pour mille et une choses

Mais pourrais-tu ramener le seul homme qu’elle a aimé ?

Je sais que tu n’as pas l’habitude de faire ce genre de chose

Mais Seigneur, elle souffre énormément

Elle voudrait danser avec papa de nouveau

Chaque soir, je m’endors et ne rêve qu’à cela…

Traduction trouvée sur le site de la coccinelle

http://www.lacoccinelle.net/traduction-chanson-2617-.html



8 commentaires

  1. Matha Dayas-Eyoum 6 octobre

    Merciiiiiiiiiiiii!!!J’ai le disque mais je n’avais jamais vu le clip étant très radio et cd!!!!Bizzzzzzzzzzzzzzz

  2. Malaïka 7 octobre

    Ce n’est pas le véritable clip mais ça permet de revoir des images de Vandross et surtout de l’entendre.

  3. sansanboy 13 octobre

    Pour la première partie de ton commentaire, on dit : »adulescent ».
    Il était effectivemet très grand par le talent. Quand aux thèmes
    abordés, j’avoue que certains de ses textes étaient très profonds…Paix à son âme !

  4. Malaïka 13 octobre

    Merci pour la définition de mon état quand je fais un voyage en « Vandrossie » : l’adulescence. Le souci c’est que ça m’attrappe aussi dans d’autres circonstances. C’est grave docteur ?

  5. sansanboy 17 octobre

    Loin de moi la prétention d’être médécin.
    Non c’est pas grave, en chacun de nous sommeille un éternel enfant, car « l’enfant est le père de l’homme ». Ce qui est vraiment nul, c’est le côté « enfantin »…Avec notre côté enfant, on arrive encore à s’émerveiller devant les choses de la vie, on sait qu’on ne sait pas tout et qu’on apprend tous les jours, même d’un plus petit que soi…

  6. Malaïka 17 octobre

    Je suis d’accord avec toi. Préserver la part d’enfance, de naïveté, la capacité à s’émerveiller, une certaine naïveté mâtinée des apports de l’expérience ça peut construire des adultes pas mal je trouve…

  7. Nath_Christiane 18 octobre

    C’est fou à quel point quelqu’un peut vous toucher tant ses mots ont et résonnent toujours comme ceux d’un être aimé. Luther est au fond de mon coeur et pour toujours il est de ceux qui m’enseignent et rechauffent mon coeur quand il est triste.

    Il me manque beaucoup mais comme toute perte semble avoir un sens j’espère qu’il est bien l où il est et qu’il a la chance d’être en paix avec ceux qui l’avaient quitté trop tôt.

    Merci ma soeur cette chanson et ce clip sont d’une beauté rare surtout en ce moment.

    RIP

  8. nacydymeg 18 septembre

    Très touchant ces paroles…Je ne connais pas vraiment cet homme qui visiblement était d’un talent incontestable pardon…
    Par contre l’absence d’un père ça ne se guérit jamais…
    Merci Malaïka d’être passée par mon blog et merci pour le tien qui me touche tellement…

Laisser un commentaire

Couissiz |
Ker Gwen |
Le Blog de Coco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Entrez dans mon univer de m...
| Réalité ou rêve ?
| formation-continue-à-l'ubo